Lutter contre le glissement autocratique en Amérique centrale

0
74

Après des décennies de progrès difficiles et inégaux, la démocratie en Amérique centrale connaît sa pire crise depuis l’autoritarisme militarisé des années 1970. En effet, aucun des présidents du Guatemala, du Salvador, du Honduras ou du Nicaragua n’est invité au Sommet pour la démocratie de l’administration Biden.

Le Nicaragua a montré le pire glissement vers l’autocratie. L’ancien commandant révolutionnaire Daniel Ortega vient d’obtenir un quatrième mandat de six ans à la présidence après avoir emprisonné pas moins de sept de ses concurrents et réprimé les manifestations de rue ces dernières années, faisant des dizaines de morts dans des manifestations de rue. Ortega a institutionnalisé la corruption, pris le contrôle du pouvoir judiciaire et persécuté des journalistes critiques et des chefs d’entreprise, y compris nombre de ses collègues les plus proches pendant et après la guerre civile.

Au Guatemala, le Congrès a adopté des lois accordant à ses membres l’impunité en cas de corruption et a faussé le processus juridique de nomination des juges. La procureure générale María Consuelo Porras a entravé les enquêtes et affaibli l’unité de poursuite qui a condamné des centaines de hauts fonctionnaires et de politiciens avec l’aide d’une commission internationale anti-corruption qui a été fermée par le dernier gouvernement.

Au Salvador, le parti dirigé par Nayib Bukele, le jeune président très populaire, a pris le contrôle de la législature en mai dernier, profitant de son premier jour pour remplacer illégalement la Cour constitutionnelle et le procureur général par des loyalistes. Le président Bukele a vilipendé des personnalités de l’opposition, des journalistes critiques et des groupes de défense des droits, dont beaucoup font l’objet de perquisitions et d’enquêtes policières spécieuses.

Le président en exercice du Honduras, Juan Orlando Hernández, a été nommé en 2019 co-conspirateur par les procureurs américains dans un procès pour trafic de stupéfiants visant son frère, et plusieurs législateurs et fonctionnaires ont été inculpés de corruption. Mais le pays peut offrir une lueur d’espoir. La candidate de l’opposition Xiomara Castro vient de remporter la présidence et prendra bientôt ses fonctions, à moins d’un coup d’État comme celui qui a renversé son mari Manuel Zelaya en 2009.

Les présidents de ces pays sont confrontés à de moins en moins de contrôles sur leur pouvoir. Les organes de surveillance de l’État tels que les législatures, les tribunaux pénaux, les tribunaux de contrôle financier et les procureurs généraux sont de plus en plus sous le contrôle de l’exécutif.

La pression internationale s’est avérée inefficace pour enrayer les tendances autoritaires. L’administration Trump a fait pression sur les gouvernements de la région pour qu’ils répriment les émigrants. Ces gouvernements ont imité le comportement du président Donald Trump aux États-Unis : proclamer haut et fort leur souveraineté, réduire la surveillance de l’exécutif, nommer des loyalistes qui ne croyaient pas aux institutions, calomnier les médias indépendants et saper les enquêtes criminelles sur la corruption.

L’administration Biden est arrivée en mettant davantage l’accent sur la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et l’état de droit que même l’administration Obama. Le vice-président Kamala Harris (dont la réaction initiale après avoir été informé de l’implication du président Hernández dans le trafic de drogue aurait été « Allons le chercher maintenant ») a livré des messages forts en faveur d’une gouvernance propre et de la lutte contre la corruption. L’administration Biden a saisi les avoirs de certains fonctionnaires corrompus de la région et en a placé d’autres sur la « liste Engel » pour leur refuser des visas. Il a réorienté le financement des bureaux du procureur général au Guatemala et au Salvador après des changements de personnel défavorables.

L’administration Biden et les donateurs européens ont stratégiquement pivoté pour mettre l’accent sur le renforcement de la société civile et des voix indépendantes comme les journalistes. Pourtant, de tels efforts mettent des années à porter leurs fruits. De plus, le Nicaragua, le Guatemala et El Salvador ont décidé d’adopter des lois visant à intimider et à museler les voix critiques et les sources indépendantes de reportage.

Une nouvelle direction à considérer est le renforcement des plateformes régionales pour des voix indépendantes et la responsabilité. Par exemple, des coalitions régionales d’organisations non gouvernementales pourraient fournir une couverture politique et des mécanismes financiers pour le travail des ONG. De nombreuses ONG anticipent le jour où elles devront peut-être opérer depuis l’extérieur du pays pour leur propre sécurité. Des coalitions ou organisations régionales pourraient leur permettre d’opérer à partir de pays voisins.

En outre, les donateurs pourraient faire pression sur les gouvernements récalcitrants de la région pour qu’ils acceptent la vérification des processus juridiques par des organismes régionaux réputés. La Commission interaméricaine des droits de l’homme, par exemple, pourrait créer un organisme régional composé de fonctionnaires à la retraite réputés intègres pour certifier que les lois et réglementations nationales ont été respectées en proposant des candidats aux postes clés de la magistrature et des procureurs. Les institutions financières internationales comme la Banque interaméricaine de développement pourraient conditionner leurs prêts et leurs subventions aux conclusions de ces organismes. Ils pourraient également conditionner le soutien à des institutions nationales indépendantes exerçant une surveillance et une responsabilité efficaces, y compris un contrôle non gouvernemental.

Les acteurs internationaux pourraient également travailler plus activement avec la diaspora. Étant donné que les personnes résidant à l’étranger ne sont pas confrontées à des actions policières ou judiciaires politisées dans leur pays d’origine, elles peuvent exercer leurs libertés d’expression et de réunion depuis leur nouveau domicile. Leurs voix dans les médias sociaux pourraient aider à contrer la propagande du gouvernement et à défendre les pratiques et les droits démocratiques.

Une réponse plus ambitieuse serait de suspendre le financement bilatéral et le financement des institutions internationales en échange d’améliorations spécifiques en matière de transparence et de responsabilité. Il semble raisonnable que les contribuables qui financent des prêts et des subventions multilatéraux s’attendent à des organes de contrôle efficaces et à des tribunaux et procureurs généraux indépendants. De telles approches montreraient que la communauté internationale était sérieuse dans sa lutte contre les tendances autocratiques en Amérique centrale – plaçant cette priorité sur un pied d’égalité avec la dissuasion des Centraméricains d’émigrer.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici