Macron et Le Pen l’emportent au premier tour des élections françaises

0
255

Le président sortant et son rival populiste se rencontreront lors d’un second tour après avoir mené le peloton lors du vote de dimanche

Le président français Emmanuel Macron et l’instigateur populiste Marine Le Pen ont préparé le terrain pour une bataille face à face pour déterminer la présidence plus tard ce mois-ci après être devenus les leaders du premier tour de dimanche aux urnes.

Les projections des sociétés de sondage ont montré que Macron avait recueilli jusqu’à 28,4 % des voix au premier tour, dépassant l’estimation maximale de 24,2 % pour Le Pen. Le candidat socialiste Jean-Luc Mélenchon est arrivé troisième, à environ 21 %, tandis que le candidat anti-immigration Eric Zemmour a terminé loin quatrième à 7 %.

Les premiers résultats officiels du ministère français de l’Intérieur ont en fait montré que le décompte de Le Pen dépassait celui de Macron. Cependant, les chiffres de Paris et d’autres zones urbaines n’étant pas encore disponibles, les premiers chiffres étaient probablement faussés en faveur de Le Pen. Avec 84% des votes comptés au moment de la publication de cet article, Macron était légèrement en tête avec 27,41% contre 25,41% pour Le Pen.

Lire la suite

Les électeurs français pourraient porter un coup majeur au mondialisme

Le système électoral français exige qu’un candidat remporte la majorité des voix pour assurer la présidence sans second tour – un défi de taille lorsqu’il y a un champ bondé, comme la course de 12 personnes de cette année. Les deux meilleurs votants doivent maintenant s’affronter lors du tour final du 24 avril.

Le second tour présentera probablement une dynamique différente de celle du tour préliminaire, comme cela a été démontré lors de la dernière élection présidentielle en France. Lors de la course de 2017, Le Pen a devancé Macron d’un peu moins de trois points de pourcentage au premier tour, mais a ensuite été battu par une marge de 66-34 au second tour, lorsque la plupart des partisans des autres prétendants se sont consolidés derrière Macron, le candidat de l’establishment.

Plusieurs des également-rans de dimanche auraient apporté leur soutien à Macron. Les candidats Valérie Pecresse, Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Fabien Roussel – qui ont remporté ensemble environ 14% des voix au premier tour – ont déclaré qu’ils soutiendraient Macron pour bloquer le “extrème droite” de gagner la présidence. Zemmour, quant à lui, soutient Le Pen.

Cependant, les électeurs d’extrême gauche ne devraient pas soutenir Macron au même degré qu’ils l’ont fait lors du second tour de 2017. En fait, un sondage Atlas Politico réalisé la semaine dernière a montré que Le Pen avait dépassé Macron, par une marge de 50,5 % à 49,5 %, dans la course en tête-à-tête. Le titulaire a été favorisé par de larges marges dans les sondages en tête-à-tête contre les trois autres principaux candidats.

“Nous allons gagner, nous allons gagner” Le Pen l’a dit dimanche à ses partisans enthousiastes. Elle a appelé le ruissellement un “choix de civilisation” disant qu’elle ferait campagne pour rendre la France plus indépendante et protéger les faibles.

Les médias traditionnels ont tenté de présenter le concours comme un référendum sur la crise ukrainienne, dépeignant Le Pen comme un partisan du président russe Vladimir Poutine et de l’offensive militaire de Moscou contre Kiev. Un point de vente américain, le Daily Beast, l’a qualifiée de “fasciste” et un “Fangirl de Poutine.”

LIRE LA SUITE: Macron nomme sa priorité s’il est réélu président français

Cependant, cette stratégie n’a pas été couronnée de succès lors des élections de la semaine dernière en Hongrie et en Serbie, où les dirigeants sortants ont remporté haut la main bien qu’ils aient été vilipendés pour ne pas avoir suffisamment soutenu l’Ukraine.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire