Macron nomme sa priorité pour un second mandat — RT World News

0
206

Le président français voit dans la balance commerciale, la “souveraineté énergétique” et le pouvoir d’achat de la population les éléments d’un même problème

A deux jours de l’élection présidentielle, le président français Emmanuel Macron a nommé la réalisation «souveraineté énergétique» comme l’une des priorités de son second mandat. La déclaration intervient au milieu des tensions croissantes sur l’offensive de la Russie en Ukraine.

Vendredi, s’exprimant sur la radio RTL avant les élections du 10 avril, Macron a déclaré que la France était actuellement «très dépendant» sur les énergies fossiles.

Je dirais que le problème de la balance commerciale, de la souveraineté énergétique et du pouvoir d’achat est le même problème : notre dépendance aux énergies fossiles. C’est pourquoi sortir de cette dépendance est l’une des priorités de ce quinquennat que je veux poursuivre,», a déclaré le président.

Il a expliqué que sa stratégie impliquait le «décarbonisation de l’industrie», ainsi que la rénovation thermique du parc de logements et la montée en puissance de la voiture électrique.

La transition des énergies fossiles vers les énergies renouvelables figure depuis longtemps sur la liste des choses à faire du gouvernement français. Néanmoins, la France est le seul pays de l’UE qui n’a pas réussi à respecter son obligation légale d’atteindre la part ciblée de 23% d’énergies renouvelables dans sa consommation totale d’énergie d’ici 2020. Selon les chiffres d’Eurostat, les sources renouvelables ne représentaient qu’un peu plus de 19% de la consommation d’énergie de la France cette année-là.

À la lumière de l’opération militaire russe en Ukraine, lancée le 24 février, les pays occidentaux ont annoncé leur intention d’éliminer au plus vite leur dépendance vis-à-vis des importations énergétiques russes. Macron, qui, selon de récents sondages, est confronté à une bataille difficile avec Marine Le Pen du parti d’extrême droite du Rassemblement national, a mis l’accent sur une “approche à deux voies” dans les relations avec Moscou. Il est l’un des rares dirigeants européens à poursuivre les discussions directes avec le président russe Vladimir Poutine, tout en insistant également sur le renforcement des sanctions contre le pays. Il a notamment appelé à davantage de sanctions visant l’énergie russe.

Au cours des dernières semaines, plusieurs nouveaux paquets de sanctions, dont certains visent le secteur de l’énergie, ont été adoptés par les pays occidentaux. Le 8 mars, les États-Unis ont annoncé une interdiction des approvisionnements énergétiques russes. Le 2 avril, la Lituanie est devenue le premier pays de l’UE à suspendre tous les achats de gaz russe, tandis que le 7 avril, l’UE a accepté d’interdire le charbon russe. Aussi, jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution demandant «un embargo complet immédiat sur les importations russes de pétrole, de charbon, de combustible nucléaire et de gaz.” Cette résolution, cependant, n’est pas juridiquement contraignante et pourrait donc représenter une position beaucoup plus radicale que le plan actuel de l’UE. L’UE, qui est actuellement beaucoup plus dépendante des approvisionnements énergétiques russes que les États-Unis, a l’intention de réduire de deux tiers sa dépendance au gaz russe avant la fin de l’année et d’éliminer progressivement les combustibles fossiles russes avant 2030.




Poutine, quant à lui, a critiqué le comportement de certains politiciens occidentaux, disant qu’ils sont prêts à sacrifier les intérêts de leurs citoyens afin de “profiter des bonnes grâces» des États-Unis.

Les gens sont invités à manger moins, à mettre plus de vêtements et à utiliser moins de chauffage, à renoncer aux voyages – probablement au profit des personnes qui réclament ce type de privation volontaire en signe d’une certaine solidarité nord-atlantique abstraite.», a déclaré Poutine, faisant référence à l’intention de l’UE d’interdire les importations énergétiques russes.

Selon Eurostat, la Russie est actuellement le plus grand fournisseur de pétrole de l’UE, ayant fourni 113 millions de tonnes en 2020, soit plus d’un quart des importations de pétrole brut du bloc cette année-là. La Russie couvre également environ 40 % des besoins en gaz naturel de l’UE.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire