Macron révèle si les Saoudiens et les Émirats arabes unis peuvent rapidement augmenter la production de pétrole — RT World News

0
152

Le président français a déclaré à son homologue américain que le dirigeant des Émirats arabes unis avait affirmé que son pays pompait déjà “au maximum”

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, pays riches en pétrole, ne peuvent pas augmenter radicalement leur production de brut de sitôt, a déclaré lundi le président français Emmanuel Macron à son homologue américain Joe Biden.

Les dirigeants réfléchissaient à la manière de limiter les revenus pétroliers de la Russie sans déclencher de nouvelles hausses des prix de l’énergie.

La brève conversation entre Macron et Biden a été filmée par des journalistes en marge du sommet du Groupe des Sept (G7) dans le sud de l’Allemagne.

Macron a déclaré à son homologue américain qu’il avait eu un appel avec le dirigeant émirati, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan. « Il m’a dit deux choses. ‘Je suis au maximum [production capacity]’. C’est ce qu’il prétend” a déclaré Macron.

Le président français a poursuivi : « Et puis il a dit [the] Les Saoudiens peuvent augmenter de 150 [thousands barrels per day]. Peut-être un peu plus, mais ils n’ont pas d’énormes capacités avant six mois.

Le ministre émirati de l’Énergie, Suhail Al Mazroui, a précisé sur Twitter que “les Émirats arabes unis produisent près de notre capacité de production maximale sur la base de leur production actuelle de l’OPEP+” de 3,168 millions de barils par jour. Il a dit que l’État du Golfe resterait “engagé” au même niveau de référence jusqu’à la fin de l’année.

Les pays occidentaux ont cherché des moyens de réduire les revenus de la Russie provenant du commerce du pétrole, tout en essayant d’éviter de nouvelles hausses des prix de l’énergie chez eux. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étaient considérés comme des pays disposant d’une capacité de réserve pour augmenter la production de pétrole afin de réduire les prix, selon Reuters.




Le G7, qui comprend les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon, a convenu mardi d’explorer l’imposition d’un plafond de prix sur les importations de pétrole russe. “Nous invitons tous les pays partageant les mêmes idées à envisager de nous rejoindre dans nos actions”, ont déclaré les dirigeants du groupe dans un communiqué conjoint.

De nombreux pays, dont des membres de l’UE et de l’OTAN, ont imposé des sanctions radicales à la Russie après que Moscou a lancé sa campagne militaire en Ukraine fin février.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire