Maintenir les travailleurs pauvres est mauvais pour les affaires

0
49

Les PDG des plus grands employeurs américains à bas salaires rapportent désormais, en moyenne, 670 fois ce que gagnent leurs travailleurs typiques.

Mais nous n’obtenons pas seulement une injustice lorsqu’un patron peut gagner plus en un an qu’un travailleur ne pourrait gagner en plus de six siècles. Nous obtenons des entreprises maladroites et inefficaces.

La science de la gestion est claire sur ce point depuis des générations, depuis l’époque de feu Peter Drucker.

Les théoriciens de la gestion attribuent à Drucker, un réfugié du nazisme dans les années 1930, le mérite d’avoir posé « les fondements de la gestion en tant que discipline scientifique ». L’étude classique de 1946 de Drucker sur General Motors l’a établi comme la principale autorité nationale en matière d’efficacité des entreprises.

Cette efficacité, pensait Drucker, devait reposer sur l’équité.

Les entreprises qui rémunèrent leurs PDG à des taux bien supérieurs à ceux des travailleurs créent des cultures où l’excellence organisationnelle ne peut jamais prendre racine. Ces sociétés créent des bureaucraties toujours plus grandes, avec des couches de gestion sans fin qui ne servent qu’à soutenir d’énormes chèques de paie au sommet.

Drucker a fait valoir qu’aucun dirigeant ne devrait gagner plus de 25 fois ce que gagnent ses employés. Et, dans les deux décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les principaux chefs d’entreprise américains ont généralement accepté le point de vue de Drucker.

Leurs entreprises ont partagé la richesse lorsqu’elles ont négocié avec les syndicats puissants des années d’après-guerre. En fait, note l’Economic Policy Institute, les PDG des grandes entreprises américaines en 1965 ne réalisaient que 21 fois le salaire que leurs employés empochaient.

Drucker est décédé en 2005 à l’âge de 95 ans. Il a vécu assez longtemps pour voir Corporate America se moquer de sa norme de 25 contre 1. Mais la recherche depuis sa mort a constamment réaffirmé son point de vue sur l’impact négatif des larges écarts de rémunération entre les PDG et les travailleurs.

La 28e édition annuelle de l’Institute for Policy Studies qui vient de sortir Franchise exécutive rapport explore ces larges écarts avec des détails révélateurs. Le rapport se concentre sur les 300 grandes entreprises américaines qui paient le moins leurs travailleurs médians.

Dans ces 300 entreprises, le salaire moyen des PDG l’an dernier a bondi à 10,6 millions de dollars, soit quelque 670 fois leur salaire médian de 24 000 dollars.

Dans plus de 100 de ces entreprises, la rémunération des travailleurs ne suivait même pas l’inflation. Et dans la plupart de ces entreprises, les dirigeants ont gaspillé des millions en rachetant leurs propres actions au lieu de donner une augmentation aux travailleurs.

Tout comme Drecker l’avait prédit, cette injustice a conduit directement à des problèmes de performances. Bon nombre des entreprises les plus inégales de notre pays, d’Amazon à l’entrepreneur fédéral des centres d’appels Maximus, ont vu des débrayages et des protestations répétés de la part de travailleurs lésés à juste titre.

Les législateurs du Congrès, souligne l’Institute for Policy Studies, pourraient prendre des mesures concrètes pour limiter les disparités salariales extrêmes. Ils pourraient, par exemple, augmenter les impôts des entreprises dont les écarts de rémunération sont scandaleusement importants.

Mais avec ce Congrès peu susceptible d’agir, le nouveau rapport de l’Institute for Policy Studies met également en évidence une décision prometteuse que l’administration Biden pourrait prendre seule. L’administration pourrait commencer à utiliser l’action de l’exécutif “pour accorder aux entreprises ayant des ratios de rémunération étroits un traitement préférentiel dans les contrats gouvernementaux”.

Cela représenterait un grand pas en avant, puisque 40 % de nos plus gros employeurs à bas salaires détiennent des contrats fédéraux. Si l’administration Biden refusait des contrats gouvernementaux lucratifs aux entreprises ayant des écarts de rémunération supérieurs à 100 pour 1, ces entreprises à bas salaires seraient fortement incitées à payer les travailleurs plus équitablement.

Divers programmes fédéraux offrent déjà une longueur d’avance dans la passation de marchés à des groupes ciblés, généralement de petites entreprises détenues par des femmes, des anciens combattants handicapés et des minorités.

“Utiliser les marchés publics pour remédier aux disparités extrêmes au sein des grandes entreprises”, ajoute le rapport de l’IPS, “serait un pas vers le même objectif général”.

Et un pas dans cette direction, comme l’a dit Peter Drucker le journal Wall Street lecteurs en 1977, rendraient hommage à la grande réussite des entreprises américaines au milieu du 20e siècle : « le rétrécissement constant de l’écart de revenu entre le « grand patron » et le « travailleur » ».

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/17/keeping-workers-poor-is-bad-for-business/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire