Marine Le Pen détruirait la démocratie française

0
43

Le moral était au plus bas mardi dernier au Dorothy, un café et espace communautaire à Paris nommé d’après la militante syndicale catholique américaine Dorothy Day. Deux jours plus tôt, Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France Insoumise de gauche, avait terminé troisième du premier tour de l’élection présidentielle française, à un peu plus de 400 000 voix de se qualifier pour le second tour. La réalité sombrait dans la mesure où le 24 avril, les électeurs devront à nouveau choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Le président sortant Macron et la flopée de candidats conservateurs se sont partagé quelque 68 % de l’électorat au premier tour, signe indubitable de la dérive du pays vers la droite.

Avec un sens aigu du timing, le magazine anticapitaliste à tendance chrétienne Limite a choisi ce moment pour animer une discussion publique avec François Bégaudeau. Romancier, cinéaste et essayiste, Bégaudeau est l’un des rares grands polymathes de la culture française contemporaine, un fin observateur dont les romans sans prétention véhiculent un franc réalisme. Son film de 2008 La classesur un enseignant affecté à une école parisienne difficile, a remporté la Palme d’or au Festival de Cannes et a été nominé pour le meilleur film étranger aux Oscars.

Mais c’est comme critique social que Bégaudeau s’est le plus distingué. Son essai controversé de 2019, L’histoire de votre stupidité, mettent au pilori les prétentions morales de ce que Bégaudeau appelle désormais la « bourgeoisie cool » : les macronistes de la haute bourgeoisie qui vont à ces fins pour se distinguer des réactionnaires grossiers comme les Marine Le Pen et Éric Zemmour. Lorsque leurs intérêts en dépendent, soutient Bégaudeau, le côté branché des classes dirigeantes abandonne leur mystique décontractée et devient indiscernable de leurs cousins ​​plus rigides. La pression en ce sens ne ferait que s’intensifier alors que le capital lutte pour se maintenir à travers la vague de chocs sociaux, économiques et climatiques du XXIe siècle. C’est une belle description de la politique déséquilibrée de l’ère Macron, et a fait de Bégaudeau l’un de ses observateurs les plus lucides.

Sauf sur un sujet. Bégaudeau n’a pas voté le 10 avril et, inutile de le dire, il ne votera pas le 24 avril. Élevé sur des décennies de recul politique, il est devenu l’une des principales voix de l’abstention de la gauche française. À la mi-mars, il sort Comment s’occuper un dimanche d’élection, un essai vivant sur l’inanité de la politique électorale et le totem du vote. Le livre exposait plus clairement ce qui était déjà l’un des fils conducteurs de L’histoire de votre stupidité: Abstention de Bégaudeau lors du dernier face-à-face Le Pen-Macron.

La lutte, réelle ou imaginaire, entre les ailes «cool» et «dure» de l’élite française – les macronistes et l’extrême droite – était le sujet officiel de la conférence du 12 avril au Dorothy. Mais c’était un prétexte naturel pour évoquer le sujet qui préoccupe tout le monde : le vote. “Pour quelqu’un avec le luxe que vous avez”, a commenté une femme dans le public, “je trouve que votre position est irresponsable.”

“Luxe . . . irresponsabilité. . .” rétorque Bégaudeau. “Quand j’entends ces mots, le Nietzschéen en moi commence à s’énerver.”

Sous une forme moins intellectualisée, le dilemme de Bégaudeau est quelque chose auquel de nombreux Français seront confrontés aujourd’hui. Déjà le 10 avril, environ 26 % de l’électorat s’est abstenu – le niveau le plus élevé depuis 2002, lorsque l’extrême droite alors dirigée par Jean-Marie Le Pen s’est qualifiée pour la première fois pour le second tour. Macron semble avoir une avance suffisamment forte pour gagner de toute façon : 15 points de pourcentage, selon un sondage Ipsos publié le 21 avril. Mais cela reste une marge historiquement faible, certains sondages ne lui montrant que 6 points de pourcentage d’avance. Et il ne peut sûrement pas compter sur les votes de la gauche. Selon une consultation interne de la France Insoumise de Mélenchon publiée le 17 avril, 38 % prévoyaient de voter nul, exprimant leur mécontentement face au second tour, tandis que 29 % s’abstiendraient totalement.

Pour les électeurs de gauche en particulier, le relativisme entre Le Pen et Macron se nourrit des expériences des cinq dernières années, qui ont été vécues comme une série d’attaques et d’humiliations qui ont rapidement valu à Macron le surnom de « président des riches ». Le Pen, cependant, ne marquerait pas une rupture avec la teneur profondément antisociale démocrate des années Macron, malgré sa tentative de se positionner en défenseur des classes inférieures et moyennes françaises. Le Pen a notamment abandonné sa planche de campagne de 2017 consistant à annuler les récentes modifications du code du travail qui sapaient la sécurité de l’emploi. Ses propositions sur le pouvoir d’achat, principalement obtenu grâce à des dégrèvements fiscaux, rappellent les origines reaganistes du Front national des années 1980.

Mis à part la politique sociale et économique, ce sont les attaques de Macron contre les libertés publiques et son exploitation cynique des angoisses culturelles de droite qui ont le plus consterné les électeurs de gauche face au choix auquel ils sont confrontés. Mais il y a fondamentalement une différence de nature entre Macron et Le Pen lorsqu’il s’agit de préserver les normes démocratiques. L’administration Macron n’a pas fait grand-chose pour arrêter un dérapage qui a commencé bien avant son administration. La promulgation de l’état d’urgence en 2017, la “loi Collomb” sur l’immigration et l’asile en 2018, la “loi sur la sécurité mondiale” en 2021, la loi sur le “séparatisme islamique” en 2021, la dissolution des associations et la cajolerie des forces de l’ordre par Macron n’ont fait qu’accélérer cette tendance. Une présidence Le Pen bouclerait entièrement la boucle.

Le Pen prévoit de lancer son mandat avec une série d’attaques contre l’architecture constitutionnelle française. L’une de ses principales propositions est l’établissement par référendum de ce que l’extrême droite appelle la « priorité nationale », institutionnalisant une hiérarchie des droits entre Français et étrangers en matière d’emploi, de logement et de protection sociale. Pour ouvrir la voie à des mesures qui contrediraient directement le droit européen et international sur l’immigration, l’asile et les droits de l’homme, elle envisage également d’imposer la primauté du droit français sur le droit européen, un renversement qui, selon le professeur de droit de la Sorbonne Bastien François, reviendrait à une “sortie de facto de l’Union européenne”.

Un président français soutenu par une majorité parlementaire, et donc avec un Premier ministre docile, dirige un exécutif extrêmement puissant. Bénéficiant de l’initiative dans de nombreuses activités législatives, le président et le premier ministre peuvent dans certains cas contourner entièrement le Parlement par des voies constitutionnelles telles que l’article 49.3, qui permet à l’exécutif d’imposer une loi à moins que l’Assemblée nationale n’approuve un vote de censure en moins de vingt-quatre ans. les heures.

Sans majorité parlementaire, cependant, les capacités d’établissement de l’ordre du jour du président sont gravement affaiblies. C’est pourquoi, tout au long de la campagne, Le Pen a souligné son intention de gouverner par référendum, une façon de contourner un Parlement probablement hostile. Ce faisant, Le Pen espère se positionner comme une tribune directe du peuple français, utilisant la chaire de tyran pour forcer l’opposition d’institutions médiatrices telles que le système judiciaire, l’Assemblée nationale et le Sénat – au risque de provoquer une crise constitutionnelle.

L’argument juridique réel pour cela est fragile. La réforme constitutionnelle en France est organisée en vertu de l’article 89 de la constitution, qui requiert l’approbation à la majorité qualifiée des deux chambres du Parlement. Une hypothétique majorité Le Pen à l’Assemblée nationale, la chambre basse, c’est déjà exagéré. L’avantage dont jouissent les partis enracinés au Sénat suggère que la chambre haute serait presque certainement sous le contrôle de l’opposition.

Lors du débat présidentiel du 20 avril, cependant, Le Pen a de nouveau insisté sur le fait qu’elle utiliserait l’article 11 de la constitution pour contourner le processus officiel de réforme constitutionnelle. Cet article, destiné à être utilisé pour l’approbation de textes législatifs traditionnels ou de questions relatives à “l’organisation des pouvoirs publics”, a été utilisé de manière controversée en 1962 par Charles de Gaulle pour instituer l’élection directe des présidents français au suffrage universel. L’article stipule cependant qu’un référendum doit aboutir à une consultation du gouvernement au Parlement – un détail que de Gaulle a ignoré en 1962.

Le Pen a également balayé ces détails techniques. “Seul le peuple est souverain”, a-t-elle balbutié lors du débat du 20 avril, sous-entendant qu’il s’agit d’une simple question d’équilibre des pouvoirs – entre institutions, mais surtout, entre institutions et segments de la société française dont un président voyou prétendrait être le seul représentant.

« C’est à ce moment-là qu’on peut commencer à parler de coup d’État », a déclaré François.

Que se passe-t-il exactement ? Nous ne savons pas. Le Parlement peut décider de destituer le président. Les fonctionnaires de l’Etat appellent-ils à la grève générale ? Nous entrerions dans un terrain très trouble. C’est comme voir ce qui se serait passé si l’assaut du 6 janvier contre le Capitole avait fonctionné : dès qu’on sort des règles, il devient très difficile de dire comment les choses vont se passer.

“J’ai vraiment du mal à la voir s’engager dans cette voie”, tempère François. « Nous n’avons pas le système du butin », anticipant que, au sein des administrations de l’État du moins, Le Pen trouverait peu d’enthousiasme. Un Parlement opposé pourrait conduire Le Pen à appeler à la dissolution, bien sûr, inaugurant une élection anticipée dans l’espoir improbable d’exiger et de remporter un nouveau mandat parlementaire.

Mais même ce que l’avocat et juriste Jean-Pierre Mignard a appelé un Le Pen “enchaîné” – boosté par un mandat présidentiel, entravé institutionnellement – amènerait le pays aux limites d’une “crise de régime”. Ce genre de situation ne ferait que galvaniser davantage l’écosystème français d’extrême droite confiant. Les organisations médiatiques amicales, les généraux à la retraite et les clubs politiques extraparlementaires savourent déjà les discussions sur la guerre civile et cherchent constamment à se surpasser dans les coups de sabre racistes. Cette contre-société flattée bien que minoritaire deviendrait un pôle dominant en possession du pouvoir étatique effectif. Ils suivraient avec impatience l’aventurisme anti-institutionnel de Le Pen – exactement ce que la France ne peut pas se permettre en ce moment.

Pour toutes ces raisons, les électeurs de gauche doivent avoir l’esprit clair sur ce que signifie réellement le vote d’aujourd’hui. Dans la société qu’ils veulent construire, il y a de la place pour « ni Le Pen ni Macron », comme le dit le slogan qui refuse l’élection. Mais à partir d’aujourd’hui, le prochain président français sera soit Le Pen, soit Macron.

C’est la seule chose qui est résolue. Bégaudeau a sûrement raison de souligner que les élections ne sont qu’un aspect de notre existence politique : voter le dimanche est une intervention momentanée pour réduire le mal qui peut provenir d’une personnalité influente sur ce que les gens sont capables de faire ailleurs dans leur vie sociale. et la vie politique. Les injustices quotidiennes déjà endurées par de nombreux Français se sont aggravées ou ont été gonflées par Macron – elles croîtraient de façon exponentielle à travers une administration Le Pen. Concernant l’érosion des institutions et des droits démocratiques, la réponse n’est pas différente. Sans aucun doute, lutter contre, ou éventuellement inverser, la dérive vers la droite de la France serait massivement moins difficile lors d’un second mandat de Macron.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire