Master Mania – CounterPunch.org

0
79

Yannick Néget-Séguet entraîne Leonard Bernstein de Bradley Cooper. PHOTO : JASON MCDONALD/NETFLIX.

Le trait essentiel partagé par les créateurs de films et de symphonies est la vanité. Aucune de ces formes d'expression n'existerait sans la conviction inébranlable du réalisateur ou du compositeur que l'ensemble du public de la salle de concert ou du cinéma, les millions de fidèles au foyer d'autrefois se rassemblaient autour de la radio ou, aujourd'hui, devant des écrans personnels allant de la taille du timbre-poste à la couverture de plage restera captivée par l'épopée offerte au monde par l'artiste et exécutée par des subalternes et des épigones.

Même les mégalomanes hollywoodiens les plus notoires pouvaient difficilement surpasser la grandeur centrée sur moi de Leonard Bernstein. Bradley Cooper fait de son mieux.

Lenny a écrit des succès à Broadway (West Side Story) et les flops (1600, avenue de Pennsylvanie), une bande originale de film puissante et poignante (Au bord de l'eau), de musique sérieuse (symphonies, messe…), dirigea les plus grands orchestres du monde et fut une personnalité majeure de la télévision. Cooper écrit, réalise et produit des films. Il a fait de la comédie et de la tragédie, a gagné ses galons de réalisateur sur grand écran avec Une star est néeet a chanté avec Lady Gaga pour un Grammy, mais pas pour l'Oscar que son Maestro maintenant il tâtonne désespérément. Comme Lenny, Cooper aspire à être une star et un artiste doté d'un solide bois intellectuel, balançant son bâton comme une hache.

Ce biopic de Bernstein est fait sur mesure pour et par les ambitions de Cooper. Le réalisateur-scénariste-producteur-acteur de Maestro entre directement dans le personnage de Lenny, et dans sa garde-robe qui s'étend sur une décennie aussi, des costumes classiques des années 50 aux larges cravates pourpres avec une chemise rose pressée et une veste de sport kaki, ainsi qu'un costume de loisirs beige (avec un mouchoir noué autour du cou) , cette variété confite ancrée par l'uniforme à cravate blanche du maestro en plein ravissement.

Cooper ne veut pas seulement jouer Bernstein mais être Bernstein. Ce besoin ne ressort pas comme un pouce endolori (j'ai oublié d'ajouter à la liste des talents de Bernstein ses dons de pianiste), mais, comme disent les Français, comme le nez au milieu du visage.

C'est un gros nez.

Cet accessoire désormais très ridiculisé porté par Cooper (au milieu de la figure) souligne non seulement les caméras que Lenny adorait se faire filmer, mais aussi une autre vérité qui s'avère être un réel problème pour le film. Bernstein était peut-être le musicien classique le plus filmé de tous les temps.

La plus longue séquence de direction d'orchestre survient 90 minutes après le début du film, lors d'une reconstitution de la clôture d'une représentation de 1973 dans la cathédrale d'Ely en Angleterre de la Symphonie n°2 en ut mineur de Mahler : « La Résurrection ». L'œuvre fait appel à un orchestre massif (parmi ses forces figurent dix trompettes et dix cors et dans le cinquième mouvement final un orgue), des voix solistes et un chœur.

La caméra du directeur de la photographie Matthew Libatique observe Bernstein/Cooper d'abord depuis le milieu de l'orchestre, un cor ardent sonne quelque part derrière. L’intensité monte dans un crescendo inexorable. Après avoir coupé le chœur et dépassé les solistes alto et soprano, la caméra prend position directement devant le podium, s'avançant encore plus comme si elle était prise dans l'attraction gravitationnelle du charisme irrésistible du chef d'orchestre. Cooper bouge et tisse, tranche et scie, étreint et masse l'air, lève les bras en signe de paralysie, se caresse, frappe et tire la partition des musiciens qui l'entourent, comme s'il cherchait à mettre en déroute le paradoxe du chef d'orchestre, le seul musicien qui ne produit aucun son musical mais met en scène la création musicale, se croit en effet le créateur même de cette sublime succession de moments qu'il espère ne jamais finir mais qui doivent le faire.

Une émission télévisée remasterisée de l'original est disponible sur YouTube. Voici une surprise : Bernstein est meilleur pour jouer Bernstein que Cooper.

Il faut néanmoins admirer le dévouement de Cooper à son métier. Encadré par l'actuel directeur artistique du Metropolitan Opera, Yannick Nézet-Séguin, Cooper offre la meilleure direction d'acteur de cinéma que je connaisse. Il est vrai qu'à force de visionnage, le point culminant de Mahler de Cooper devient vite peu convaincant, tandis que celui de Bernstein ne perd rien de son punch, même si beaucoup ne supporteront pas trop de portions de ce plat hyperbolique. Le critique musical de longue date du New York Times, Harold C. Schonberg pensait que la direction d'orchestre de Bernstein était plus un spectacle – un spectacle de Broadway – que de la musique, et Cooper se lance à fond pour son spectacle Resurrection. Après tout, la performance de Bernstein sur le podium était aussi un acte auquel il croyait absolument.

Juste avant le générique de clôture, Cooper inclut des images d'archives de Bernstein dirigeant sa Symphonie Kaddish. Cette coda pourrait être considérée autant comme un hommage au style extra-exubérant du maestro qu'à l'imitation de celui-ci par Cooper.

L'extrait de Mahler, qui revendique trois minutes des deux heures du film, intervient juste après que sa femme Felicia (jouée avec une tristesse qui souffre depuis longtemps par Carey Mulligan) se soit confiée à sa belle-sœur (une Sarah parfaitement interprétée). Silverman) que les problèmes au sein du mariage de Bernstein, qui a donné naissance à trois enfants, n'étaient pas dus à l'amour de Lenny pour les hommes. Il avait été ouvert avec elle à ce sujet, dit-elle à sa confidente et à nous. C'était plutôt Felicia qui était malhonnête, ne s'avouant pas qu'elle refusait de reconnaître qu'elle ne pouvait pas se passer de lui, qu'elle vivait pour l'attention de Lenny. Après le dernier accord du Mahler, on voit en gros plan le visage radieux de Felicia. Elle aussi a été transportée par le génie visionnaire de son mari. Mais la mort menace derrière l'un des piliers massifs de la cathédrale. Nous passons des conséquences résonnantes de l'apothéose de Mahler et Lenny à un cabinet médical new-yorkais et à un diagnostic.

Un biopic de deux heures doit être sélectif lorsqu'il s'agit de traiter d'une vie, et il est trop facile de critiquer un film pour ses omissions et sa licence effrénée. Mais au lieu d'un engagement complexe dans les actes de création musicale Maestro consacre l'essentiel de son énergie à dresser le portrait blafarde d'un mariage parfois tendu, mais finalement rédempteur.

Libidineux, sexuellement omnivore, omnivore ou non, viennent avec le territoire, et Maestro s'efforce de faire ressortir son motif principal : le refus de Bernstein de se laisser enfermer dans l'hétéro-paradigme. Il y a beaucoup de noms et quelques apparitions rapides du groupe de mentors et collègues de Lenny, parmi lesquels Aaron Copland, « Jerry » Robbins et Steven Sondheim. On voit une paire de bas nus et un baiser homosexuel sur 5ème Rue. Le conflit interne dans l’âme du chef d’orchestre qui préfère composer fournit un thème secondaire, mais celui-ci manque également d’arc dynamique et de texture. Les tentatives visant à imprégner le film du souffle de l'histoire et de l'excitation de la célébrité ressemblent à des entrées manquées et à des sforzandos aléatoires dans un film très mezzo-forte.

Le film s'ouvre avec Lenny, en fin de vie, assis au Steinway dans sa propriété de campagne du Connecticut, la cigarette omniprésente à la main. Le maestro dit que sa femme lui manque, la voit sortir le linge et l'étendre dehors sur les pelouses qui s'étendent jusqu'au Long Island Sound. Cette tâche était en dessous de la richesse de Felicia, mais la vignette fantomatique de Lenny est censée parler de son rôle supposé dans sa vie : servir sa carrière et fournir une couverture pratique, bien que poreuse, à sa sexualité non conformiste.

C’est un mauvais service rendu au mari et à la femme. Les deux étaient politiques. En raison de ses opinions et de ses affiliations de gauche, Bernstein a été soumis à l'examen minutieux du comité des activités anti-américaines de la Chambre, bien qu'il n'ait jamais été assigné à comparaître. Le Département d'État a gelé son passeport et il a été mis sur liste noire par CBS dans les années 1950. Lenny et Felicia étaient d’ardents critiques de la guerre du Vietnam. Ils ont soutenu Eugene McCarthy contre ce que Lenny a appelé la « vacuité » d’Humphrey et de Nixon, qui, pensaient à juste titre les Bernstein, prolongeraient la guerre et poursuivraient la politique étrangère « psychotique » des États-Unis.

En avril 1969, les Bernstein ont organisé une collecte de fonds dans leur appartement de Manhattan pour la défense juridique des membres du Black Panther Party arrêtés lors d'une descente de police à Harlem.

Une décennie plus tard, Bernstein a signé une lettre ouverte qualifiant la politique israélienne de colonisation en Cisjordanie de « moralement inacceptable ». Ces positions franches et cet engagement public sont exposés dans le document de Barry Seldes. Leonard Bernstein : La vie politique d'un musicien américain.

La peau noire n'apparaît qu'une seule fois Maestro, à la toute fin du film, lorsque Bernstein entraîne de jeunes chefs d'orchestre lors d'un programme d'été à Tanglewood, dans l'ouest du Massachusetts. Il instruit et flirte avec un maestro noir en devenir. Pour Bernstein, la musique était un mode de séduction – d’un public entier et, même simultanément, d’objets de désir individuels. Plus tard dans la nuit, sur la piste de danse d'une discothèque baignée de lumière rouge, Lenny transpire et déverse sur le jeune homme, qui semble encourager, quoique avec une bouffée de sollicitude indulgente, cette rencontre rapprochée du genre Lenny.

Au lieu de monter une enquête complexe et dramatiquement puissante sur l'art et la vie, la politique et la performance, la musique et la mégalomanie, Maestro se contente du sexe et de la scénographie ; un nez prothétique et une pantomime sur podium ; beaucoup de fumée de cigarette et encore plus d'ego. Cooper est le plus fidèle à Bernstein dans la réalisation Maestro tout sur lui-même.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/05/309961/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire