MBS et Poutine : pourquoi parler à l’un et pas à l’autre ?

0
152

Source photo : Kremlin.ru – CC BY 4.0

Le président Biden est confronté à deux décisions : la première est de se rendre cet été en Arabie saoudite pour rencontrer le prince héritier Mohammed bin Salman (MBS) pour tenter de le persuader d’augmenter la production pétrolière de son pays. La seconde est de savoir s’il faut parler directement avec Vladimir Poutine pour essayer de mettre fin à la guerre en Ukraine. Ni la sensibilisation n’est une forme de reconnaissance; c’est une nécessité pour des considérations beaucoup plus vastes.

L’argument pour une visite en Arabie Saoudite est évident. Avec la hausse des prix du pétrole, l’inflation croissante et les élections de mi-mandat en novembre, il est impératif pour Biden et les démocrates d’augmenter la production mondiale de pétrole afin que l’offre puisse répondre à la demande et faire baisser le prix à la pompe. L’hypothèse sous-jacente à la visite est que si l’Arabie saoudite augmente sa production de pétrole, l’offre mondiale augmentera, les prix baisseront, l’inflation diminuera et les démocrates auront de meilleures chances lors des élections de novembre.

Les arguments contre la visite sont également évidents. “Rencontrer Mohammed ben Salmane sans engagements en matière de droits humains donnerait raison aux dirigeants saoudiens qui pensent qu’il n’y a pas de conséquences pour les violations flagrantes des droits humains”, a déclaré un directeur du Moyen-Orient à Human Rights Watch. Biden avait déclaré lors de sa campagne de 2020 qu’il chercherait à faire de l’Arabie saoudite “le paria qu’ils sont”. Il a précisé qu’il y a “très peu de valeur sociale rédemptrice dans le gouvernement actuel en Arabie saoudite”.

Le lien entre le prince héritier et le meurtre du Poste de Washington le chroniqueur Jamal Khashoggi, a été documenté, tout comme les crimes de guerre commis par l’Arabie saoudite au Yémen. Outre l’argument des droits de l’homme, rien ne garantit que l’augmentation de la production de pétrole par l’Arabie saoudite ou d’autres membres de l’OPEP réduira les prix du gaz et ralentira l’inflation.

Interrogé sur le voyage à venir malgré le bilan lamentable de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme, Biden a répondu en termes de sa stratégie globale pour ramener la paix au Moyen-Orient : « Je ne vais pas changer ma vision des droits de l’homme, mais en tant que président des États-Unis , mon travail est d’apporter la paix si je le peux. Et c’est ce que je vais essayer de faire. »

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a répété l’argument de paix de Biden. Elle a déclaré: Le président Biden «se concentre sur la réalisation de choses pour le peuple américain. S’il détermine qu’il est dans l’intérêt des États-Unis de s’engager avec un dirigeant étranger et qu’un tel engagement peut produire des résultats, alors il le fera. Il ne fait aucun doute que des intérêts importants sont liés à l’Arabie saoudite », a-t-elle ajouté. “Et le président considère le Royaume d’Arabie saoudite comme un partenaire important dans une multitude d’initiatives sur lesquelles nous travaillons, tant dans la région que dans le monde.”

L’argument de l’administration pour une réunion Biden-MBS est qu’il est dans le plus grand intérêt pour la paix au Moyen-Orient et la paix “dans le monde” que les deux se parlent. La paix globale ainsi que l’augmentation de la production de pétrole l’emportent sur le bilan épouvantable du dirigeant saoudien en matière de droits de l’homme, selon l’équipe Biden.

Si « paria » était le terme utilisé par Biden pour décrire MBS pendant sa campagne et qu’il a ensuite changé d’avis, qu’en est-il de l’opinion du président sur Vladimir Poutine ? Si l’équipe Biden considère la rencontre face à face avec MBS comme une étape positive pour augmenter la production de pétrole et réduire les tensions au Moyen-Orient, il y a sûrement un besoin plus urgent d’avoir un autre sommet Biden-Poutine pour arrêter le carnage en Ukraine et augmenter livraison de céréales. Mais le dernier et unique sommet entre les deux, à Genève le 16 juin 2022, n’a abouti à aucun résultat concret. Au contraire; huit mois plus tard, les troupes russes envahissaient l’Ukraine. Poutine n’a manifestement pas été suffisamment impressionné par Biden pour modifier ses plans d’attaque contre l’Ukraine. Pour le moment, aucune mention n’est faite d’une réunion de suivi.

Si Biden ne peut pas parler à Poutine, qui le peut ? Le candidat le plus prometteur est le président français Emmanuel Macron. Selon des informations, Macron a eu une centaine d’heures de conversations téléphoniques avec le président russe depuis décembre. A quoi bon ? Alors que les conversations ont pu solidifier l’image de soi de Macron en tant que leader international de la grande ligue, la guerre continue de faire rage en Ukraine.

Le président Biden prévoit donc de rencontrer MBS dans l’intérêt de la paix au Moyen-Orient et de la paix « dans le monde », mais aucune mention n’est faite d’un suivi du sommet de Genève dans l’intérêt de la paix en Ukraine. Biden doit également rencontrer MBS pour une augmentation des approvisionnements en pétrole, mais il n’est pas disposé à rencontrer Poutine pour une augmentation des céréales. Les problèmes de paix et de pétrole l’emportent (j’évite l’utilisation d’atout même avec un petit t) les violations des droits de l’homme alors qu’une discussion directe avec Poutine pour la paix et le grain n’a aucune possibilité.

La question fondamentale est la valeur de la parole. Toute proposition de revoir Biden avec Poutine rappelle des souvenirs des pourparlers du Premier ministre britannique Neville Chamberlain en 1938 avec Hitler. L’apaisement convenu à Munich n’a eu aucun effet positif sur l’arrêt de la Seconde Guerre mondiale. Macron est critiqué dans ce sens. Biden serait certainement réprimandé pour avoir même proposé un deuxième sommet.

Pour l’équipe Biden, parler à MBS est acceptable ; parler à Poutine ne l’est pas. Est-ce que le fait que les violations des droits de l’homme par Poutine soient plus flagrantes est la logique derrière tout cela ? La preuve que la situation en Ukraine est plus humainement destructrice que le prix du pétrole ou d’éventuels minces progrès dans la paix au Moyen-Orient ne serait-elle pas une raison suffisante pour essayer de discuter ?

L’équipe de Biden soutiendra qu’elle ne voit aucun résultat positif dans les négociations avec Poutine. L’échec du sommet de Genève sera leur point de référence, tout comme les tentatives ratées de Macron par le biais de conversations téléphoniques avec Poutine. Pour le moment, seuls des autocrates comme Recep Tayyip Erdogan de Turquie et Alexandre Loukachenko de Biélorussie ont été les organisateurs de négociations de paix majeures.

Le voyage prévu du président Biden pour rencontrer MBS soulève de sérieuses questions sur les critères pour décider à qui parler. Si “la mâchoire est toujours meilleure que la guerre-guerre”, selon Churchill, alors une certaine forme de sensibilisation de Biden vers la Russie devrait être dans les cartes. Si parler à un violateur des droits de l’homme comme MBS est jugé acceptable parce que c’est dans l’intérêt général, parler directement à Vladimir Poutine suit cette logique.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/16/mbs-and-putin-why-talk-to-one-and-not-the-other/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire