Mettre fin au cauchemar de Guantanamo – CounterPunch.org

0
282

Source de la photographie : Shane T. McCoy, US Navy – Domaine public

La légende raconte que le 30 avril 1494, Christophe Colomb arriva dans la région de Guantanamo Bay et y passa la nuit. Christophe Colomb n’avait probablement pas imaginé que cette région allait faire l’objet de débats acrimonieux des siècles plus tard. Et le débat n’a pas cessé, suscitant des appels à la fermeture de l’établissement. Plus convenablement, il devrait maintenant être restitué à ses propriétaires d’origine, le peuple cubain.

L’histoire controversée de Guantanamo est ce que le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a découvert, à son grand dam, lorsqu’il a été interrogé par Mansoor Adayfi, un ancien détenu de la prison de Guantanamo, au Musée de la tolérance à Jérusalem-Ouest fin avril. Il a nié avec colère l’accusation d’Adayfi selon laquelle il a regardé sans être dérangé alors qu’Adayfi était nourri de force pour interrompre sa grève de la faim en 2006. Deux autres anciens détenus, ainsi que des avocats de la défense et des responsables de la base, ont confirmé l’affirmation d’Adayfi.

Bien que DeSantis ait initialement déclaré qu’il avait conseillé les autorités de la base en faveur du programme de gavage, il est ensuite revenu sur sa déclaration. Que trois anciens détenus de l’établissement remettent en question le comportement de DeSantis est une accusation grave qui devrait être prise en compte dans les discussions sur ses qualifications en tant que candidat à la présidentielle.

La base navale de Guantanamo Bay, familièrement appelée GTMO par les membres de l’armée américaine, a une histoire complexe. Il est situé sur 45 miles carrés de terre et d’eau sur la rive de la baie de Guantanamo, à l’extrémité sud-est de Cuba. C’est la plus ancienne base navale américaine au monde et elle est louée depuis 1903 comme station de charbon et base navale. Initialement, le bail était de 2 000 $ en or par an. Cela a été modifié en 1974 à 4 085 $.

Après la fin de la guerre hispano-américaine avec le traité de Paris en 1898, l’Espagne a officiellement renoncé au contrôle de Cuba. Les responsables américains ont refusé à Cuba un siège à la conférence de paix de Paris.

En 1901, le gouvernement américain a adopté l’amendement Platt, qui fait partie d’un projet de loi sur les crédits de l’armée. Dans sa section VII, il était écrit : « Que pour permettre aux États-Unis de maintenir l’indépendance de Cuba et de protéger son peuple, ainsi que pour sa propre défense, le gouvernement de Cuba vendra ou louera aux États-Unis les terres nécessaires pour les stations charbonnières ou navales à certains points spécifiés à convenir avec le président des États-Unis.

Après l’incorporation de l’amendement Platt dans la Constitution cubaine, le général Leonard Wood, nommé gouverneur militaire de Cuba par le président William McKinley, a déclaré au président Theodore Roosevelt : « Il reste, bien sûr, peu ou pas d’indépendance réelle à Cuba sous l’amendement Platt. .” Lors de l’invasion de Cuba menée par des exilés cubains à la Baie des Cochons en avril 1961 avec le soutien des États-Unis, Washington a concentré des troupes et des armes à Guantanamo.

Au cours des deux dernières décennies du XXe siècle, la base a également été utilisée pour héberger des réfugiés cubains et haïtiens fuyant leur pays et interceptés en haute mer. Depuis le 11 janvier 2002, la base abrite le centre de détention de Guantanamo, où quelque 780 musulmans, capturés lors de l’invasion américaine en Afghanistan, ont été détenus et torturés. En février 2023, 31 détenus étaient toujours emprisonnés à Guantanamo Bay. Ce ne sont pas les conditions dans lesquelles le bail a été signé.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme telles que le Comité international de la Croix-Rouge, Amnesty International et Human Rights Watch, ainsi que les Nations Unies ont condamné le traitement des détenus à Guantanamo, dont plusieurs se sont suicidés plutôt que d’accepter les conditions de détention à Guantanamo. camp de détention.

Depuis 1959, le gouvernement cubain a déclaré vouloir mettre fin au bail de Guantánamo, une demande que les États-Unis ont systématiquement refusée. Le gouvernement cubain insiste sur le fait que les conditions du bail ont été imposées sous la contrainte, puisque le traité a été imposé à l’Assemblée nationale cubaine comme condition préalable à l’indépendance cubaine limitée. Alfred-Maurice de Zayas, avocat américain et professeur de droit international, note que l’article 52 de la Convention de Vienne sur le droit des traités stipule : « Un traité est nul si sa conclusion a été obtenue par la menace ou l’emploi de la force en violation des principes du droit international consacrés dans la Charte des Nations Unies ».

Des arguments juridiques et éthiques plaident en faveur du retour de Guantanamo à Cuba. Le monde est épuisé par des images infâmes de cruauté et de violence. Ce qu’il faut à la place, ce sont des exemples de civilité et d’intelligence qui montrent la bonté de l’esprit humain. Rendre Guantanamo à Cuba, une mesure longtemps retardée qui apporterait une vague mondiale de bonne volonté, serait un pas dans la bonne direction.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/05/15/ending-the-guantanamo-nightmare-2/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire