Motifs cachés : pourquoi Lapid n’est pas sérieux au sujet d’un État palestinien

0
56

Image de Jakob Rubner.

Le Premier ministre israélien Yair Lapid a mis un frein à l’action lorsqu’il a déclaré depuis la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies : « Un accord avec les Palestiniens, basé sur deux États pour deux peuples, est la bonne chose pour la sécurité d’Israël, pour l’économie d’Israël et pour l’avenir de nos enfants.

La déclaration en a surpris plus d’un, y compris les dirigeants palestiniens.

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas s’adresse à l’Assemblée générale des Nations unies chaque année en septembre, recyclant le même discours sur la façon dont il a rempli ses engagements en faveur de la paix et sur le fait que c’est Israël qui doit s’engager dans des négociations sérieuses vers une solution à deux États.

Cette fois aussi, Abbas a fait sa part comme prévu. Dans son dernier discours, il a fait référence à « l’impunité totale » et aux « politiques préméditées et délibérées » d’Israël visant à « détruire la solution à deux États ».

Lapid, comme Naftali Bennett et Benjamin Netanyahu avant lui, devait également s’en tenir au scénario : accuser les Palestiniens de terrorisme et d’incitation, s’ébranler contre la prétendue “partialité” de l’ONU et expliquer pourquoi Israël devrait s’investir davantage dans son propre sécurité que dans un État palestinien.

Lapid, cependant, n’a pas emprunté cette voie. Il est vrai qu’il a régurgité une grande partie du discours israélien typique, accusant les Palestiniens de “tirer des roquettes et des missiles sur nos enfants”, etc. Cependant, il a également parlé, de manière inattendue, du désir d’Israël de voir un État palestinien.

Par conséquent, Lapid a lié l’État palestinien théorique à la condition qu’il ne devienne pas “une autre base terroriste à partir de laquelle menacer le bien-être et l’existence même d’Israël”.

Conditions mises à part, la référence de Lapid à un État palestinien reste intéressante et politiquement risquée. En effet, la majorité des Israéliens – 58 %, selon l’Israel Democracy Institute – ne soutiennent pas un État palestinien. Alors qu’Israël s’embarque dans une nouvelle élection générale – la cinquième en moins de quatre ans – nager contre le courant politique dominant d’Israël ne semble pas, au départ, être une idée gagnante.

En fait, les condamnations immédiates de la déclaration de Lapid par la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked indiquent que les commentaires de Lapid à l’ONU seront certainement un sujet de campagne controversé dans les semaines à venir.

Alors, pourquoi Lapid a-t-il prononcé ces mots ?

Pour commencer, Lapid n’est pas sérieux au sujet d’un État palestinien.

Les dirigeants israéliens ont utilisé cette ligne depuis le début du soi-disant processus de paix pour montrer leur volonté d’engager un dialogue politique sous l’égide de Washington, mais sans aller plus loin. Au contraire, pendant 30 ans, Tel-Aviv – et Washington – ont agité la carotte de l’État palestinien devant les dirigeants palestiniens pour gagner du temps pour l’expansion illégale des colonies et pour, en fin de compte, citer le prétendu rejet, l’incitation et la violence palestiniens comme de véritables obstacles à l’établissement d’un tel un état.

Le langage de Lapid – sur l’État palestinien devenant une « base du terrorisme » menaçant « l’existence même d’Israël » – est tout à fait cohérent avec le discours israélien typique sur cette question.

De plus, Lapid visait à bouleverser la routine prévisible à l’ONU, où les Palestiniens plaident leur cause, qui est généralement soutenue par la plupart des membres de l’ONU, et où Israël se met sur la défensive. En faisant allusion à un État palestinien – un jour avant qu’Abbas ne lance son appel à l’adhésion à part entière des Palestiniens à l’ONU – Lapid voulait reprendre l’initiative et apparaître comme un leader proactif avec un plan.

Bien qu’il puisse sembler que la déclaration de Lapid était une mauvaise décision politique dans le contexte de la politique israélienne dominée par la droite, cela pourrait ne pas être le cas. Pendant des années, la gauche et le centre en Israël ont été assiégés, car ils semblaient n’avoir aucune réponse à aucun des problèmes externes et internes d’Israël.

À l’opposé, la droite, avec ses alliances croissantes au sein des camps religieux et ultra-nationalistes, semblait avoir réponse à tout : leur réponse aux demandes palestiniennes de liberté et de souveraineté était l’annexion. Leur réponse aux protestations palestiniennes contre les démolitions de maisons à Jérusalem-Est occupée est davantage de démolitions de maisons, de destructions massives et d’élargissement du cercle des expulsions.

Incapables d’arrêter le raz-de-marée de la droite, la gauche d’Israël, comme le Parti travailliste, et le centre, comme Kahol Lavan, se sont rapprochés de la droite. Après tout, les idées de ce dernier, bien que sinistres et violentes, sont les seules qui semblent gagner du terrain parmi les électeurs israéliens.

La dichotomie politique d’Israël s’est toutefois accentuée, comme en témoignent les impasses des quatre élections précédentes, à partir d’avril 2019. La droite n’a pas réussi à gérer des coalitions stables et la gauche n’a pas réussi à rattraper son retard. Lapid et son parti Yesh Atid espèrent changer tout cela en présentant une coalition de centre-gauche potentiellement stable qui peut offrir plus qu’une simple opposition aux idées, visions et plans de la droite.

Bien qu’un État palestinien ne soit pas une idée populaire parmi la plupart des Israéliens, le public cible de Lapid n’est pas seulement la gauche, le centre et peut-être les partis arabes d’Israël. Un autre public cible est l’administration Biden.

Le président américain Joe Biden et son Parti démocrate, qui restent, au moins verbalement, attachés à une solution à deux États, s’engagent dans des temps très difficiles à venir : les élections de mi-mandat de novembre, qui pourraient leur coûter cher à la Chambre et au Sénat, et les élections présidentielles qui ont suivi en 2024. Biden tient à présenter son administration comme celle de la force militaire et d’une vision de paix et de stabilité. Les propos de Lapid au sujet d’un État palestinien visaient à attirer l’administration américaine, qui s’engagera probablement avec le parti de Lapid, et un éventuel gouvernement de coalition à l’avenir, en tant que « pacificateur ».

Enfin, Lapid est conscient de la transition imminente dans les territoires palestiniens occupés. Alors qu’une Intifada armée se développe dans le nord de la Cisjordanie occupée, le chef de l’AP Abbas, 87 ans, va bientôt quitter les lieux. Un successeur potentiel, Hussein al-Sheikh, est particulièrement proche de l’appareil sécuritaire israélien, donc complètement méfiant de la plupart des Palestiniens.

Parler d’un État palestinien est donc censé donner à quiconque suivra Abbas un levier politique qui lui permettrait d’éviter une révolte armée et d’entraîner les Palestiniens dans une autre chasse futile à la recherche d’un autre mirage politique.

Il reste à voir si la stratégie de Lapid rapportera des dividendes – si cela lui coûtera lors des prochaines élections israéliennes, ou si ses paroles s’évaporeront dans la poubelle de l’histoire, comme l’ont fait de nombreuses références de ce genre par les dirigeants israéliens dans le passé.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/hidden-motives-why-lapid-is-not-serious-about-a-palestinian-state/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire