N’abandonnez pas la Birmanie

0
98

Le Myanmar est au bord de l’effondrement de l’État près de 11 mois après un coup d’État militaire. La violence et l’insécurité ont suivi le coup d’État, tandis que le pays souffre également énormément du COVID-19 et de la crise économique qui en résulte. L’ancienne conseillère d’État Aung San Suu Kyi, qui a vécu en résidence surveillée pendant près de 15 ans dans les années 1990 et au début des années 2000, pourrait passer encore de nombreuses années en détention après que la junte l’a condamnée à deux ans de prison, tout en faisant face à des charges supplémentaires. Mais le pays d’Asie du Sud-Est de 54 millions d’habitants s’éloigne des gros titres, alors que d’autres problèmes mondiaux importants occupent l’attention du monde. Pendant ce temps, le Myanmar semble être complètement revenu à l’autocratie, montrant peu d’espoir pour la liberté de ses citoyens.

Que peut faire la communauté internationale pour résoudre la crise politique au Myanmar ? Les pays occidentaux ont déjà imposé des sanctions ciblées aux membres de la junte, notamment le gel de leurs avoirs sur des comptes bancaires étrangers et la restriction de leur accès aux visas. Mais ils ont du mal à changer le cours de la junte car son Conseil d’administration d’État (SAC) a été assez intelligent pour courtiser la Chine et la Russie, qui ont tous deux continué à saper les efforts de l’Occident pour faire pression sur le régime militaire. Bien que la Chine soit mécontente de l’instabilité politique créée par le coup d’État, elle ne s’est pas ouvertement rangée du côté du gouvernement d’unité nationale (NUG) rival. Pendant ce temps, les relations de l’armée birmane avec Moscou ont atteint un niveau record. La communauté internationale n’a donc pas beaucoup de poids pour faire face à la crise politique au Myanmar, mais elle peut encore faire au moins trois choses pour aider le pays.

Amener toutes les parties à la table des négociations

Le SAC de la junte est déterminé à obtenir un pouvoir complet et total par tous les moyens nécessaires – même si cela signifie tuer des civils. Le NUG croit que seule une révolution armée pourrait arrêter la junte, alors il a lancé la « guerre défensive du peuple » contre les Tatmadaw, les forces armées du Myanmar. Les deux parties sont déterminées à vaincre le camp adverse dans une guerre civile. Mais la violence n’est pas – et ne devrait pas – être la solution pour régler ce différend, surtout lorsque le conflit est dans une impasse. Le monde extérieur doit aider à favoriser un retour à une voie démocratique au Myanmar grâce à une résolution pacifique, car il a tellement investi dans le pays au cours des 10 dernières années pour soutenir la transition démocratique. L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) est parvenue à un consensus en cinq points avec les dirigeants du coup d’État en avril, qui comprenait l’arrêt immédiat de la violence et l’ouverture d’un dialogue constructif entre toutes les parties. Jusqu’à présent, le SAC ne souhaite pas mettre en œuvre le consensus de l’ASEAN. Pour être juste, le NUG n’est pas non plus intéressé à s’engager dans un processus de dialogue. Le mouvement d’opposition veut retirer la Tatmadaw du pouvoir une fois pour toutes.

Les deux parties tentent de prendre le contrôle du pays, mais avant la fin de cette concurrence féroce, le Myanmar pourrait s’effondrer. Une grande partie du pays a déjà été le champ de bataille de nombreux combats entre les militaires et les groupes de résistance, et les coûts humains et économiques d’une guerre civile seraient astronomiques. Le monde extérieur doit faire pression et persuader à la fois le SAC et le NUG de venir à la table des négociations. La junte est paranoïaque avec des sentiments anti-occidentaux, et elle n’a pas non plus beaucoup de respect pour l’ASEAN. Mais les généraux sont à l’aise avec certaines personnalités mondiales, telles que Bill Richardson des États-Unis et Yōhei Sasakawa du Japon. Tous deux se sont rendus au Myanmar en novembre et ils devraient continuer à parler aux hauts gradés. La diplomatie discrète des hommes d’État mondiaux en qui la junte semble avoir confiance pourrait peut-être persuader les généraux de négocier. De même, l’Occident doit convaincre le NUG que le dialogue politique est une voie à suivre. La Chine détient une grande influence des deux côtés, il est donc essentiel d’avoir également Pékin à bord dans ce processus de négociation.

Fournir une aide humanitaire

Le Myanmar connaît l’une des pires crises depuis son indépendance. Les combats avec plusieurs organisations ethniques armées ont repris après le coup d’État. Le NUG et son aile militaire, les Forces de défense du peuple (PDF), ainsi que divers groupes de résistance armés, mènent une guérilla contre les Tatmadaw. La junte semble déterminée à détruire les PDF. Comme dans les zones de conflit par le passé, l’armée birmane commet désormais des violations des droits humains contre les combattants et les civils. La violence a forcé des centaines de milliers de personnes à fuir leurs maisons. En plus de cela, une nouvelle vague de COVID-19 en juillet et août a tué des milliers d’autres et paralysé le système de santé du pays. Comparé à d’autres pays de la région, le Myanmar a de faibles niveaux de couverture vaccinale, ce qui le rend vulnérable aux futures vagues de COVID-19. Par ailleurs, la double crise du coup d’État et de la pandémie impacte gravement une économie qui devrait se contracter d’environ 18% cette année, selon la Banque mondiale. Le coordinateur des secours d’urgence des Nations Unies a déclaré que trois millions de personnes à travers le Myanmar ont besoin d’une aide humanitaire vitale en raison de la montée des conflits et de l’insécurité, de la pandémie et d’une économie défaillante.

La communauté internationale doit travailler avec l’ONU et les ONG pour fournir une aide humanitaire au Myanmar. Comme Richardson l’a dit au New York Times, 54 millions de personnes ne devraient pas souffrir à cause de la crise politique de la prise de contrôle militaire. Le monde peut aider en fournissant des vaccins contre le COVID-19, en offrant une assistance aux personnes déplacées à l’intérieur du pays et en apportant un soutien économique aux petites entreprises et aux pauvres. Il existe un risque que la fourniture d’aide au Myanmar permette à la Tatmadaw de revendiquer le mérite et de renforcer son soutien interne. Pour éviter ce risque et ne pas légitimer la junte et renforcer le régime militaire, la communauté des donateurs doit consulter les organisations de la société civile (OSC) locales et les organisations internationales de développement au Myanmar pour élaborer une stratégie d’aide efficace.

S’engager avec le Tatmadaw

Pendant la transition démocratique du Myanmar, les gouvernements occidentaux et les ONG ont versé des millions de dollars dans le pays pour renforcer les capacités des OSC locales et nourrir les militants politiques et sociaux. Ils sont désormais à la pointe du mouvement de résistance contre le coup d’État. Les nations occidentales, cependant, n’ont pas réussi à s’engager avec la Tatmadaw. Lorsque le Myanmar jouissait d’une plus grande liberté et prospérité, les soldats n’avaient pas beaucoup d’occasions d’interagir avec le monde en dehors de leur propre institution, et la propagande militaire leur était renforcée par la formation et d’autres moyens d’endoctrinement. Les médias sociaux, en particulier Facebook, ont alimenté la polarisation politique au Myanmar, créant des combats intenses entre les partisans de Tatmadaw et les fans d’Aung San Suu Kyi sur Internet. Même si l’armée a envoyé des milliers d’officiers en Russie pour des études supérieures, elles cimentent toujours des mentalités autoritaires en raison d’un manque d’exposition à l’éducation démocratique.

Pour changer le Myanmar, le Tatmadaw doit être changé. La communauté internationale devrait commencer à penser à s’engager avec l’armée du Myanmar après la fin des troubles politiques actuels. Quelle que soit l’issue de la crise actuelle, il est probable que la Tatmadaw, en tant qu’institution la plus forte du pays, sera toujours là. S’engager avec la Tatmadaw est donc nécessaire, mais cela ne signifie pas lever les embargos existants sur les armes ou transférer la technologie militaire au Myanmar. Les pays occidentaux devraient assurer la transmission et la diffusion des normes par le biais d’une exposition internationale et d’une éducation liée aux valeurs démocratiques. Offrir la formation Tatmadaw sur la démocratie, les droits de l’homme et le leadership devrait être envisagé. Même enseigner l’anglais à des officiers militaires birmans serait un bon début. Les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays ont brièvement tenté ces initiatives, bien qu’elles aient toutes pris fin après le déclenchement de la crise des Rohingyas en 2016-2017. Cette fois, l’Occident devrait faire plus d’efforts pour aider à intégrer les Tatmadaw dans l’arène internationale pour mettre fin à leur isolement. Réformer une armée autoritaire ancrée au pouvoir depuis des décennies – avec un bilan de violations des droits humains – prendra du temps, bien sûr. Mais avec de la patience et la bonne stratégie, cela vaut la peine d’essayer.

Le chemin de la paix

La crise politique actuelle au Myanmar n’a pas de fin en vue. Les acquis démocratiques durement acquis des 10 dernières années ont disparu. Personne ne sait à quoi ressemblera l’avenir. Mais une révolution armée n’est peut-être pas une idée judicieuse, étant donné l’histoire brutale de la contre-insurrection de la Tatmadaw. La communauté internationale devrait amener toutes les parties à la table des négociations pour entamer des dialogues constructifs afin de parvenir à un règlement pacifique. Les hommes d’État mondiaux devraient poursuivre une diplomatie discrète pour persuader les généraux d’arrêter la violence et peut-être finalement accepter de parler avec le mouvement démocratique. Le NUG pourrait venir à la table des négociations lorsqu’il se rendra compte que la révolution armée ne peut pas renverser le régime militaire. L’aide humanitaire doit être fournie aux pauvres et aux groupes les plus vulnérables à l’intérieur du pays et le long de la frontière. Comme solution à long terme, l’Occident devrait s’engager avec la Tatmadaw pour la réformer en une armée professionnelle en décourageant leur isolement et en leur donnant accès à une éducation libérale.

Le monde ne devrait pas abandonner le Myanmar.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire