Non, brûler des corans dans la rue ne fait pas “partie de notre démocratie”

0
53

Au cours du week-end de Pâques, les incendies du Coran organisés par le provocateur d’extrême droite danois Rasmus Paludan ont provoqué plusieurs jours d’émeutes en Suède. Les cascades en série ont été mises en scène dans des quartiers bien connus pour leurs communautés diverses avec de grandes populations musulmanes, qu’elles ont délibérément cherché à offenser. Les contre-manifestants ont réagi en lançant des pierres sur Paludan et en brûlant des voitures de police.

Des vidéos des véhicules incendiés – et des informations faisant état de trois contre-manifestants abattus – ont repris les cycles d’actualités et les flux de médias sociaux au cours des jours suivants. Le langage d’une «zone de guerre» est devenu omniprésent, un policier interrogé disant des émeutiers: «Ce sont des terroristes, pas des contre-manifestants».

De telles scènes sont devenues tristement familières dans les pays nordiques au cours des cinq années qui ont suivi la création par Paludan de son parti politique, Stram Kurs (Hard Line), au Danemark. Il a toujours échoué à obtenir des fonctions politiques dans ce pays, et semble aujourd’hui sur la bonne voie pour échouer en Suède également ; les provocations du week-end de Pâques étaient une tentative de mobiliser des soutiens pour son nouveau parti Stram Kurs Sweden, qui ne compte que 170 abonnés sur Facebook. Pourtant, s’il semble que Paludan continuera à faire un flop électoral, ce qui compte vraiment, c’est ce que les émeutes et l’islamophobie qui les ont déclenchées ont à dire sur la Suède.

Une leçon est le potentiel de longue date de la politique de droite radicale pour capitaliser sur les problèmes dans les quartiers provoqués par la stigmatisation raciste et la restructuration néolibérale. La seconde est la promptitude du courant politique suédois à affirmer que ces événements s’expliquent vraiment par les cultures et les valeurs déviantes des non-occidentaux.

Dans les jours qui ont suivi les émeutes, un consensus s’est dégagé sur le fait que les personnes impliquées dans les violences contre la police n’étaient pas des contre-manifestants légitimes mais des membres organisés de réseaux criminels ou même des agents étrangers. Mais même si de telles affirmations sont confirmées, elles ne doivent pas détourner l’attention de l’influence croissante de l’extrême droite derrière la cascade – et des conditions sociales mijotées derrière la colère provoquée par les incendies du Coran. En effet, avec la réponse politique à cet épisode, nous avons vu qu’il n’y a plus de place pour proposer des solutions sociales aux problèmes sociaux. Les élections suédoises de cet automne devraient plutôt être dominées par un cocktail de politiques anti-immigration et de mesures de répression du crime.

Lorsque j’ai parlé avec Paludan lors d’une de ses manifestations dans le centre de Stockholm l’été dernier, j’ai été choqué par sa capacité à sonder et à provoquer. La première chose qu’il m’a demandée quand j’ai approché sa manifestation très surveillée était si je voulais jouer au catch avec le Coran avec lui. J’ai refusé.

Les démonstrations de Paludan suivent une formule standard. L’aspirant politicien sélectionne d’abord un quartier bien connu pour sa communauté musulmane et stigmatisé dans les médias internationaux comme une “zone interdite”. Il annonce sur la page Facebook de son parti qu’il va brûler un Coran ou éventuellement dessiner une caricature du prophète Mahomet. S’exprimant dans une diffusion en direct d’une caméra sur téléphone portable une fois arrivé à sa manifestation, Paludan et une poignée de partisans fulminent sur les dangers de l’islam pour l’Occident. Il scande des railleries homophobes et racistes aux contre-manifestants positionnés à des centaines de mètres derrière les lignes de police. Étant donné que Paludan vit sous sécurité 24h/24 et 7j/7 (financée par l’État danois) à la suite de nombreuses tentatives d’assassinat, il est toujours photographié portant un gilet pare-balles.

Avant de fonder son propre parti, Paludan a rebondi entre plusieurs autres. Ancien professeur de droit à l’Université de Copenhague, il a fait ses débuts en s’exprimant lors des rassemblements PEGIDA (Patriotic Europeans Against the Islamization of the Occident) avant de rejoindre et d’être éjecté du New Right Party du Danemark. En 2018, il se présente pour la première fois aux élections au Danemark sous la bannière Stram Kurs. Bien qu’il ait raté de peu le seuil électoral de 2 % pour le parlement, il a obtenu suffisamment de voix pour obtenir le financement public de sa campagne.

Depuis, ce provocateur travaille à étendre son influence limitée. Le jour où j’ai parlé avec Paludan, il était censé prononcer un discours juste en haut de la rue lors d’un événement Alternative pour la Suède (AfS). Mais plus tôt cette semaine-là, des allégations ont émergé selon lesquelles il aurait eu des conversations sexuelles avec des enfants en ligne. Ces accusations de pédophilie étaient suffisantes pour que même les extrémistes de l’AfS déclarent Paludan lui-même zone interdite, le poussant à former Stram Kurs Sweden à la place.

Quand j’ai demandé à Paludan comment il choisissait où brûler un Coran, il a répondu : “S’il y a une question raisonnable de savoir si le gouvernement danois a un pouvoir complet dans ce quartier, ce serait une raison pour faire une déclaration.”

De telles revendications s’appuient sur une longue tradition de groupes anti-immigrés exploitant la stigmatisation des quartiers marginalisés. Les premières émeutes raciales de Suède, selon Jennifer Mack dans son livre La construction de l’égalité, étaient le produit d’une provocation nationaliste similaire. Le raggarre étaient des gangs de jeunes anti-immigrés, connus pour leur penchant pour les voitures anciennes, les plus actifs dans les années 1970 et 1980. Combats de rue entre immigrés syriens et raggarre découle d’une « campagne de provocation » comparable dans laquelle « le raggarre [claimed] que des Syriaques se promenaient dans Södertälje portant des T-shirts portant le texte « Nous allons prendre le contrôle de la ville ! C’est un récit sur les communautés d’immigrants enclavés qui persiste encore aujourd’hui.

Ce qui distingue les provocations de Paludan des années 1970 raggarre est, premièrement, comment les nationalistes d’aujourd’hui s’en remettent à l’État pour l’exercice effectif de la violence. Les affrontements en Suède ont opposé la jeunesse en colère de ces quartiers et la police, et non les skinheads néonazis des années 1990. La deuxième distinction est que les provocations d’aujourd’hui sont méticuleusement documentées. Des vidéos d’émeutes dans le sud de la Suède et à Copenhague produites par Paludan ont circulé dans le monde entier. Ces scènes ouvrent un espace politique crucial à la droite pour lier les thèmes anti-immigration aux appels à la loi et à l’ordre.

L’État et les médias suédois ont déjà coopté le message de la droite radicale que les émeutes doivent à la réticence des musulmans à s’intégrer. Dans le quotidien libéral Göteborgs-Postenun commentateur écrit que le contre-manifestant violent est le

éternel étranger et n’a aucune envie d’assumer la responsabilité que chaque nouvelle génération doit assumer pour que la société se développe avec succès. Vous ne respectez pas les normes sociétales qui existent ici, mais imposez à votre entourage les normes que vous préférez en ce moment.

Dans cette façon de poser les choses, les émeutes relèvent d’une ingratitude envers ce que l’État-providence suédois a offert aux « immigrés de deuxième génération ». Les immigrés paresseux ne veulent rien donner en retour.

Cette affirmation est cependant également faite dans le contexte où la Suède connaît l’inégalité qui connaît la croissance la plus rapide de l’OCDE et un État-providence saigné quotidiennement par des intérêts privés. Le fait de ne pas tenir compte du pouvoir aliénant de ces coupes dans des quartiers ciblés comme Rinkeby et Rosengård a conduit à l’adoption de la soi-disant valeur des valeurs comme réponse fourre-tout. Le spécialiste des médias Gavin Titley appelle cela une « force d’exclusion exploitant les « hiérarchies d’appartenance » modelées par l’appareil d’immigration. . . pour injecter davantage d’urgence, de conspiration et de pathologie dans les menaces qui menacent la nation.

Le gouvernement suédois de centre-gauche a également dépeint les contre-manifestants comme des assaillants contre les valeurs suédoises. Interrogé alors que les troubles à Norrköping s’intensifiaient, le ministre de la Justice Morgan Johansson a déclaré : « La Suède est une démocratie, et dans une démocratie, les imbéciles ont aussi la liberté d’expression. Vous devez accepter cela; cela fait partie de la vie en démocratie. Ceux qui attaquent la police sont des criminels. Il n’y a pas d’autre moyen de s’occuper d’eux que de mener un combat acharné. La Première ministre Magdalena Andersson a fait écho: «La violence aveugle était dirigée non seulement contre la police mais contre les valeurs démocratiques de toute notre société.» Elle a poursuivi en insistant sur le fait que “la police va grandir et obtenir plus d’outils”.

C’est précisément sur cette interprétation des événements que compte Paludan lorsqu’il asperge un livre saint d’essence à briquet et allume une allumette. La plate-forme de son parti repose sur l’idée que les non-occidentaux sont incompatibles avec la démocratie nordique. Lorsque l’extrême droite fixe les termes de l’équation, la seule solution à un prétendu déficit démocratique est la prison ou l’expulsion pure et simple de ces « éternels étrangers ».

Nooshi Dadgostar, un héros parmi la gauche pour sa protection audacieuse du contrôle des loyers l’automne dernier, a malheureusement rejoint le chœur des politiciens libéraux suédois exigeant plus de police dans les rues. Encore une fois, toute voix en faveur de solutions sociales aux problèmes sociaux a été réduite au silence. Le paquet politique des sociaux-démocrates en réponse, publié vendredi, est lourd sur la discipline et léger sur le soulagement, malgré le service du bout des lèvres pour briser la ségrégation et le chômage de longue durée.

Il n’y a eu que très peu de tentatives pour réfuter la délégitimation de ces protestations en tant qu’« interventions étrangères » ou produits de l’ingratitude des migrants de deuxième génération. Le cadrage de ces événements par le gouvernement suédois ne fait que refléter celui de Paludan – renforçant les efforts rhétoriques puissants mais vains de la droite radicale pour lier l’immigration et la criminalité.

En réponse aux émeutes de Stockholm en 2013, un commentateur a demandé : « Comment cela pourrait-il se produire dans un pays connu pour sa démocratie développée, son égalitarisme et son modèle de politique d’intégration qui fonctionne bien ? Pourtant, peu de gens auraient pu s’attendre à la vitesse à laquelle l’État-providence serait lui-même démantelé – ou l’emprise que la politique anti-immigrés aurait sur la politique suédoise. Ce cocktail a laissé les habitants des quartiers périphériques de la Suède supporter à la fois le poids de la privation socio-économique et la stigmatisation racialisante de vivre « en dehors de la démocratie suédoise ».

Revenant sur les émeutes de Paris en 2005, Alain Bertho écrit dans Le temps des émeutes, “Que nous vivons à l’ère des émeutes signifie que nous ne vivons plus – ou ne vivons toujours pas – à l’ère de la démocratie.” Toujours dans le cas suédois, l’émeute n’exige pas plus de police mais une réévaluation des conditions structurelles qui ont amené une démocratie au point d’émeute – une situation où des jeunes socialement exclus rejoignent des gangs tandis que des partis inclus dans la démocratie dominante défendent ces mêmes jeunes. « Déportation massive.

L’émeute révèle la puissance de la capitalisation de l’ethnonationalisme sur la pauvreté et la ségrégation du néolibéralisme – qui s’étend des années 1970 raggarre aux bûchers du Coran d’aujourd’hui. Et en fin de compte, cela ne peut pas faire plus de mal à notre démocratie que ce qui a déjà été fait.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire