Non, la guerre n’est pas une excuse pour traiter les Russes comme un “peuple ennemi”

0
193

Une épidémie a à peine eu la chance de se terminer qu’une autre arrive à sa place – une épidémie de déshumanisation. Des milliers de personnes apparemment pacifiques et civilisées ont montré leur capacité à atteindre des niveaux zoologiques de haine envers leur propre espèce.

La vague de russophobie qui monte en Europe en ce moment a déjà balayé l’apport bien reconnu de la science et de la culture russes et le patrimoine de l’humanité. Même Fedor Dostoïevski, généralement acceptable, que les élites occidentales ont adoré pour son esprit réactionnaire sincère, n’a pas été épargné.

Mais où se situe la faute des compositeurs russes décédés depuis longtemps, comme Dmitri Chostakovitch ? Ceux qui refusent aujourd’hui de jouer sa musique, invoquant des motifs politiques, seraient négligents de ne pas savoir qu’il n’a jamais été courtisan et qu’il a entretenu des relations tendues avec le pouvoir. Heureusement, il y a quelques exceptions.

Sans parler de nos propres scientifiques russes, torturés par les sanctions de leur propre gouvernement pendant des années. La réforme de l’Académie des sciences en 2013 en est l’exemple le plus notable. Certains sympathisants ont même commencé à insister pour qu’Alexandra Elbakyan – la créatrice de l’agrégateur de bourses gratuit SciHub – ferme boutique. Tout le monde comprend que cela poserait une pierre tombale sur nos jeunes étudiants pauvres.

Les ONG internationales de divers pièges pacifiques semblent être engagées dans une compétition pour savoir qui exclura la Russie et les Russes de leurs rangs en premier. Même le serment d’Hippocrate n’est pas un obstacle à l’hystérie chauvine. Les actions d’OncoAlert, le réseau international d’oncologues qui s’est retiré de toutes collaborations et congrès en Russie, nous donnent envie de leur dire : médecin, guéris-toi toi-même.

La propagande russe officielle répond de la même manière. Apparemment, l’Allemagne n’a pas été suffisamment dénazifiée, disent-ils en réponse à toute accusation venant du côté allemand. En conséquence, la bravade banale «nous pourrions avoir une refonte de la Seconde Guerre mondiale» a pris des nuances menaçantes. Cependant, le mérite revient à notre peuple : nous ne voyons pas de menaces massives contre les expatriés pacifiques, et nous ne pouvons pas non plus observer de sanctions « ciblant les personnes » contre les étrangers.

Tout cela ne parle que de pays qui ne sont pas actuellement en guerre ; cela fait pâlir les mensonges et la haine échangés entre la propagande de guerre russe et ukrainienne en comparaison. Néanmoins, c’est épouvantable. L’auteur a pu communiquer avec un gars de Kherson assiégé. Sa haine envers les troupes russes est facile à comprendre. Mais une autre chose est plus effrayante : la perception de la réalité comme s’il s’agissait d’un jeu vidéo. D’un côté, un héros armé d’une mitrailleuse et d’un cocktail Molotov, de l’autre des hordes d’orcs de l’horrible Mordor oriental.

Il est également facile de comprendre la haine de l’adversaire venant de quelqu’un qui a failli être brûlé vif par des nationalistes ukrainiens dans la maison syndicale d’Odessa en 2014. Mais lorsqu’il poursuit en justifiant la cruauté asymétrique avec cette tragédie, cela le déshonore non seulement en tant que un communiste mais aussi un être humain.

Après tout, l’un des principaux objectifs de la propagande spéciale est la déshumanisation de l’adversaire. C’est simplement parce qu’il est très peu probable qu’une personne ordinaire soit capable de tuer quelqu’un comme elle sans conditionnement psychologique spécial. Cependant, étant donné la grossièreté et la mauvaise qualité de la propagande dans le conflit actuel, il est peu probable qu’elle ait pu causer à elle seule l’épidémie actuelle de déshumanisation.

Ici, nous arrivons à l’aspect le plus amer de tous – que l’étincelle actuelle de cruauté internationale est depuis longtemps en marche. Et pas par une sorte de cabinet fantôme mondial, mais par le fonctionnement quotidien du capitalisme néolibéral. Il est plus facile d’observer cela dans l’exemple de l’Europe occidentale, qui n’avait pas pris les armes depuis un bon moment. Vous pourriez penser qu’un homme ordinaire avec ses besoins satisfaits et sans risque de conscription serait docile et de bonne humeur. Mais au lieu de cela, nous voyons une créature rancunière et cruelle réceptive aux mensonges les plus agressifs.

Nous avions vu une occurrence au niveau micro du même paradoxe dans la Scandinavie des années 1990. Nous pouvons admirer la disparition progressive des États-providence en Suède et en Norvège autant que nous le voulons. Mais peut-on vraiment qualifier de bienheureuse la terre qui a donné naissance au black metal adepte des nazis, plein de haine sincère, la terre où Varg Vikernes et Anders Breivik ont ​​commis leurs atrocités ?

Mais si nous sommes contre l’empilement de la responsabilité collective sur tout le peuple russe, nous devons également résister à rejeter la faute sur tous les Européens. D’autant plus que la profonde hétérogénéité et les contrastes saisissants inhérents à l’Europe sont l’une des raisons de l’événement qui nous intéresse.

Il n’y a pas de fraternité démocratique des nations. L’Union européenne et les autres structures adjacentes sont des organisations profondément hiérarchisées. Depuis l’avènement de la crise économique mondiale, cela a été tout à fait évident, même d’où nous sommes assis. Personne n’a poussé les bureaucrates de l’euro à unir le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne sous le parapluie péjoratif “PIGS”.

Ensuite, il y a ceux qui ne font pas partie de la hiérarchie européenne – les migrants et les réfugiés. Beaucoup de nos compatriotes deviendront probablement aussi de tels ilotes sans droits, suivant les traces des malheureux Ukrainiens. Le politiquement correct prévoit une forme sophistiquée de ségrégation sociale. Mais on apprend à un Européen ordinaire à mépriser ceux qui ne font pas partie du «milliard doré» nominal – comme les Russes appellent les gens dans les pays les plus riches – et à estimer leur vie comme des commandes moins chères que la leur. L’Europe n’a pas de paix sociale. De plus, il n’y a même pas une fragile illusion de collaboration entre les classes, comme le permettaient les États-providence de l’Europe d’après-guerre. Au lieu de cela, il y a le chômage, l’impuissance des vestiges des États-providence et la dégradation de la culture.

Toutes les formes d’inégalité et de ségrégation décrites ci-dessus ne sont qu’un élément de l’oppression de classe. Et cela devient plus flagrant à mesure que les vieilles nations européennes poursuivent leur décadence.

Les libéraux russes et occidentaux avancent souvent que puisque le peuple russe ne se soulève pas contre le gouvernement, il partage avec lui la responsabilité de l’actualité. Mais quelques objections : d’abord, notre peuple sont en difficulté, bien qu’avec une énergie épuisée. La faiblesse du mouvement n’est pas due à un manque d’enthousiasme, mais à la peur, à l’inexpérience et au manque d’organisation.

Deuxièmement, une telle logique de responsabilité collective peut aller très loin – et alors, nos frères et sœurs en Occident devraient partager la responsabilité de tout l’impérialisme américain – même ceux qui ont protesté contre les guerres au Vietnam et en Irak. Après tout, ils n’ont pas pu les arrêter.

Et enfin, le tribunal de Nuremberg ne jugeait pas le peuple allemand, mais les organisations criminelles qui avaient déclenché et mené la guerre de destruction.

Les défenseurs de « l’opération militaire spéciale » absout le gouvernement russe de tout blâme en disant que la Russie est un impérialiste faible, poussé dans un coin par la plus grosse bête et obligé de se protéger. Cependant, tout peut être toléré de cette façon – les fascistes en Ukraine et ceux qui bombardent le Donbass peuvent invoquer des prétextes similaires pour leur propre agression. Certaines analogies me viennent à l’esprit. En particulier, le site russe répertoriant les « traîtres au pays » semble être une copie des sites similaires créés en Ukraine après l’Euromaïdan ou par Sviatlana Tsikhanouskaya et ses camarades pendant la crise politique en Biélorussie.

On en a assez dit sur les motivations économiques de chacune des parties. Nous laisserons cela aux économistes. Les élites en Russie, en Ukraine et en Occident en général ont de nombreuses raisons modestes – contrairement aux considérations idéales annoncées – non seulement pour lancer mais aussi pour prolonger le conflit. De plus, certains d’entre eux sont partagés par tous les participants en toute solidarité. L'”opération spéciale” annulera tout, pensent les capitalistes du monde : la politique intérieure bâclée, l’incapacité à échapper à la crise économique mondiale, l’impuissance à combattre le coronavirus.

Pendant ce temps, le coronavirus n’a pas disparu. Les dirigeants corrompus, étrangers aux intérêts des peuples, n’ont pas été en mesure de vaincre la pandémie – ils l’ont simplement écartée. Ces dernières années, les citoyens russes ont constaté que même en période de difficultés, le gouvernement ne freine pas les affaires ni ne freine la spéculation sur les produits essentiels. Nous avions vu de nombreux exemples de charlatans avec des relations de haut niveau profitant cyniquement de notre peur du virus. L’exemple le plus révélateur est le gadget miracle “Tor” qui a été annoncé pour tuer les virus et fabriqué par “Granit Concern”. Il s’est avéré que sa production était liée à des personnes profondément empêtrées dans l’oligarchie du pays, les services secrets (FSB) et l’entourage de Vladimir Poutine.

Oui, les gros chats se battent entre eux, mais ils nous volent tous en bons termes. Non, il n’est pas nécessaire de commencer à chercher un complot mondial ou un jeu truqué ici ; le problème, ce sont les intérêts communs. Quoi qu’il arrive, le profit doit continuer à venir. Et les opprimés, en tant que première source de profit, doivent rester obéissants à leurs maîtres : sur le front ou à l’arrière, dans le Kharkiv brûlant ou les provinces russes dévastées, dans la Roumanie misérable ou la Belgique bien nourrie.

Mais la chose la plus horrible qui soit faite aux citoyens ordinaires du monde entier est qu’on nous apprend à voir nos frères et sœurs dans le malheur, pas même comme des opposants, mais comme des représentants d’une espèce biologique différente. Quant aux organisateurs et bénéficiaires des conflits, ils gardent intact leur niveau de relations antérieur. Des sanctions sont introduites sporadiquement, et de nombreux oligarques les contournent par des moyens triviaux, comme le transfert de leurs avoirs à leurs proches et à leur entourage. C’est par exemple ce qu’a fait Alexei Mordashov, patron de la société sidérurgique et minière Severstal. S’il y a des excès – comme un sénateur américain fou proposant de faire assassiner le président russe – ce ne sont pas ceux-là qui comptent.

Alors, comment pouvons-nous dire que les opprimés sont frères et sœurs ? Le mécanisme le plus crucial de la déshumanisation mutuelle est l’imposition d’une solidarité nationale artificielle, la fausse unité des oppresseurs et des opprimés, des chasseurs et des proies. Cela s’est produit plusieurs fois dans l’histoire. Au cours des années de propagande massive, beaucoup ont été amenés à penser que les classes étaient une invention des marxistes. Mais aujourd’hui, nous n’avons que deux options : la solidarité de classe – et à travers elle, la solidarité humaine – ou la déshumanisation complète.

Dans l’atmosphère d’hystérie et d’intimidation qui englobe tout, il est impératif de rappeler aux gens que la vie continue et que rester humain est la première nécessité. Tout représentant d’Homo sapiens appartient d’abord à l’humanité, à sa classe ensuite – et à une entité nationale ou ethnique, tout en bas de la liste.

Combattre la déshumanisation des deux côtés du front est d’une importance cruciale. C’est quelque chose qui est en notre pouvoir. C’est quelque chose que nous pouvons contrôler. Nous avons du pain sur la planche pour tout le monde ici. Nous devons nous sortir de l’hypnose de la propagande de guerre, aider à tisser des liens ruinés, calmer ceux qui sont paralysés par la panique. La liste de choses à faire est interminable.

Il est peu probable que nous puissions arrêter les chars, mais nous pouvons facilement soutenir ceux qui se battent pour sauver des vies et préserver la décence humaine des deux côtés de la ligne de front. Nous voudrions porter une attention particulière au Front des travailleurs ukrainiens, qui a refusé de se joindre à l’hystérie nationaliste mais se consacre à l’action humanitaire au profit de la population civile des territoires ravagés par la guerre. Ceci est en juxtaposition frappante avec les ONG internationales et les pays autrefois neutres qui fournissent une aide militaire sous le couvert de fournitures humanitaires.

L’« opération spéciale » prendra fin et nous devrons vivre ses conséquences. Mais, si nous laissons la xénophobie et la ferveur nationaliste s’installer, les gens ordinaires continueront à souffrir, et différents types de prédateurs et de parasites continueront à s’en nourrir. Ce n’est qu’en préservant l’humanité et en rejetant les stéréotypes qui nous sont enfoncés dans la gorge que nous pourrons nous unir, survivre dans les moments difficiles et reconstruire les pays pillés et détruits. Et puis de déposer notre facture à ceux qui ont commencé ce cauchemar.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire