« Nos corps, nos vies » : des centaines de personnes manifestent contre une manifestation anti-avortement à Londres

0
162

L’extrême droite grandissante est obsédée par la limitation de la liberté reproductive des femmes. membre RS21 Colin Wilson rapports de « Our Bodies, Our Lives », la contre-manifestation animée à la marche anti-avortement dans le centre de Londres le 2 septembre.

Crédit photo : Steve Eason, Flickr, 2023

Des centaines de personnes ont participé aux manifestations contre l’avortement, la « Marche pour la vie », dans le centre de Londres, le samedi 2 septembre. A quelques centaines de mètres du Parlement, une foule mixte de plusieurs centaines de personnes s’est jointe à la manifestation organisée par Feminist Fightback, l’Assemblée féministe des Latino-Américaines et DziewuchyLDN sous le slogan « Nos corps – Nos vies – Notre droit de décider ».

La contre-manifestation s’est rassemblée sur la route du Centre Emmanuel, où se rassemblaient les manifestants anti-avortement. Plusieurs milliers de manifestants avaient été mobilisés dans toute l’Angleterre – le site Internet « March for Life » répertoriait les transports depuis les villes de Leeds à Plymouth. Les églises catholiques romaines étaient souvent des organisateurs clés – l’autocar de Plymouth partait de l’extérieur de l’église catholique St Peter, le transport de Southampton depuis l’église catholique Holy Family, etc. Des prêtres, des religieuses et même des moines se sont joints à la marche, ainsi que quelques personnes brandissant des Union Jacks et des drapeaux anglais.

Les manifestants anti-avortement tiennent diverses pancartes.
Crédit photo : Steve Eason, Flickr, 2023

Les intervenants de la contre-manifestation ont souligné la nécessité pour toute personne enceinte de contrôler son corps plutôt que d’être forcée d’accoucher. Les femmes et les personnes non binaires du monde entier, y compris de Pologne et d’Amérique latine, ont souligné à plusieurs reprises la nécessité d’être solidaires avec d’autres groupes attaqués, notamment les migrants et les personnes trans – en particulier, elles ont souligné le fait que les droits à l’avortement et les droits des trans sont tous deux luttes contre le sexisme et pour l’autonomie corporelle. Les liens entre le droit à l’avortement et d’autres luttes sont devenus clairs lorsqu’une deuxième marche a eu lieu dans la rue appelant à de meilleurs services aux sans-abri et dirigée par les travailleurs de Sainte Mangouste, récemment en grève – les manifestants ont été accueillis par des applaudissements nourris et soutenus.

La contre-manifestation a été dépassée en nombre par la Marche pour la vie, mais a réussi à bloquer leur route. Les manifestants pro-choix ont défilé au coin de la rue et se sont tenus sur la route, bloquant le début de la Marche pour la vie alors qu’ils quittaient le Centre Emmanuel. Pendant une demi-heure, des manifestants pro-choix se sont tenus sur leur chemin, scandant et chantant avec assurance, notamment « Un violador en tu camino » (Un violeur sur votre chemin), une chanson de protestation féministe chilienne. Finalement, les anti-avortement ont pris la direction opposée, empruntant un chemin plus long jusqu’à la place du Parlement. Nous n’avions pas pu les arrêter, mais nous les avions retardés et empêchés de marcher sans opposition, et les personnes qui y avaient participé sont reparties pleines d’entrain.

Une ligne de contre-manifestants sur un trottoir
Crédit photo : Steve Eason, Flickr, 2023

Plusieurs centaines d’autres militants pro-choix ont pris part à une deuxième contre-manifestation au centre de la place du Parlement alors que la Marche pour la vie la contournait. Cette contre-manifestation a été organisée par le groupe de campagne Abortion Rights, une organisation liée aux parlementaires et aux associations caritatives, avec le financement et les affiliations de nombreux syndicats au niveau national. La politique respectable du droit à l’avortement a été mise en évidence lorsque certains militants pro-choix ont tenté de bloquer l’accès à une scène mise en place par le Mouvement pour la vie – un organisateur du droit à l’avortement. On leur a demandé s’ils allaient appeler d’autres à se joindre au blocus, mais ils ont refusé. des raisons pour lesquelles les gens pourraient craindre d’être arrêtés. Cet accent mis sur la respectabilité est d’autant plus frappant que, à en juger par cet événement, Abortion Rights entretient des liens étroits avec le SWP, avec plusieurs membres syndicalistes du SWP s’exprimant, et Abortion Rights partageant un rapport Socialist Worker sur Twitter. Le rapport fait l’éloge de l’événement organisé sur la place du Parlement, mais ne mentionne malheureusement aucune mention de l’action plus réussie « Nos corps – Nos vies ».

Des contre-manifestants s'adressent à une foule sur les marches
Crédit photo : Steve Eason, Flickr, 2023

Cette différence de tactique entre les deux contre-manifestations est importante. L’avortement est une préoccupation croissante de l’extrême droite internationale. Aux États-Unis, Trump a nommé des juges à la Cour suprême qui ont rejeté la décision Roe v. Wade de 1973 garantissant le droit à l’avortement. Le gouvernement d’extrême droite polonais a presque totalement interdit l’avortement. En Hongrie, depuis septembre dernier, les personnes souhaitant avorter doivent écouter les battements du cœur du fœtus avant que l’intervention ait lieu. Nous avons besoin des protestations les plus efficaces possibles. C’était bien de voir les deux manifestations établir des liens entre les travailleurs organisés et la lutte pour les droits reproductifs, mais il est également clair que les organisateurs de « Nos corps – Nos vies » ont une vision politique plus claire (éclairée par des liens internationaux) et des tactiques plus efficaces.

Pour vaincre les attaques sexistes et transphobes de la droite, nous avons besoin d’une action unie et de tactiques militantes. Samedi, lors de la contre-manifestation « Nos corps – Nos vies », les gens ont été activement impliqués, personne n’a été arrêté, les manifestations de masse ont fait la différence et les gens sont repartis joyeux. L’action a montré que même lorsque l’on est en infériorité numérique, on peut mettre en avant une puissante politique féministe de solidarité et affronter directement les anti-avortement. Sur la place du Parlement, les gens ont écouté passivement les orateurs, n’ont pas perturbé la marche et n’ont obtenu que peu ou rien. Affronter activement et collectivement la droite et les fanatiques semble être la stratégie évidente autour de laquelle la gauche devrait s’unir.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire