Nous devons continuer à lutter pour le socialisme d’en bas

0
67

Haley Pessin soutient que les échecs de l’ISO doivent être compris et utilisés afin d’améliorer le projet socialiste révolutionnaire, et non de l’abandonner.

IMMÉDIATEMENT AVANT la crise qui secoue actuellement l’Organisation Internationale Socialiste, nos membres se sont battus avec acharnement pour la changer.

Nous nous sommes battus pour transformer notre groupe en un groupe qui serait dirigé par ses propres membres, ouvert à de multiples perspectives (sans aucune illusion que seul le « leadership » avait les bonnes réponses), et apte à amener la politique du socialisme d’en bas dans et à côté une gauche en croissance et en radicalisation — et nous avons gagné.

Au lendemain de cette crise, j’étais furieux que notre victoire soit écourtée par l’impact rétroactif de dirigeants dont les actions se sont avérées plus dommageables que nous n’aurions pu l’imaginer.

Il semble que nous soyons au début de l’un des moments auxquels les révolutionnaires préparent toute leur vie – une renaissance d’une gauche socialiste, avec le retour de la lutte des classes et des mouvements pour la justice sociale. Et pourtant, la découverte que les dirigeants d’une organisation ouvertement antisexiste sont intervenus de telle sorte qu’un membre accusé de viol a été autorisé à accéder à notre plus haute instance dirigeante a été si destructrice qu’il est difficile de comprendre comment nous pouvons participer et aller de l’avant. .

Mais je reviens toujours à quelque chose que mon père (qui est également membre de l’ISO) a soulevé en réponse à la crise : et si notre organisation avait implosé à cause de ces révélations pas maintenant, au début d’une renaissance de la gauche socialiste, mais une fois que nous étions beaucoup plus avancés dans le développement de cette nouvelle gauche ?

Ce n’est pas par hasard que cette crise s’est produite après un changement de direction – non pas parce que nous avons eu tort de nous battre pour démocratiser l’ISO, mais parce que c’était le seul contexte dans lequel il y avait un sentiment réaliste que toute exposition des torts de la direction passée obtenir une audience.

Bien sûr, tout ce qui a été pourri à l’ISO n’est pas réductible à son leadership, passé ou présent – il y a des questions plus importantes, explicitement politiques et organisationnelles que cela soulève non seulement pour nous, mais pour toute la gauche. Mais je ne crois pas non plus que ces révélations invalident la nécessité d’une organisation révolutionnaire ou le projet de lutter pour le socialisme par le bas.

Mon travail à l’ISO est toujours ce dont je suis le plus fier. Mes expériences les plus enrichissantes en tant qu’activiste sont arrivées au plus fort de luttes dans lesquelles les idées de milliers de gens ordinaires ont soudainement correspondu ou dépassé le sens du possible qui, la plupart du temps, n’était détenu que par une infime partie d’entre nous à gauche qui insisté sur le fait qu’un autre monde est possible.

C’est pourquoi cette belle citation de Howard Zinn résonne toujours autant en moi : « Avoir de l’espoir dans les mauvais moments n’est pas seulement follement romantique. Il est basé sur le fait que l’histoire humaine est une histoire non seulement de cruauté, mais aussi de compassion, de sacrifice, de courage, de gentillesse.


AUCUN DE cela n’est invalidé par une structure organisationnelle, un leadership ou une pratique qui n’a jamais été digne de nos membres ou de notre politique, même si nous avons raison de soulever gros des questions sur ce qui doit changer et sur la façon dont nous pouvons nous ouvrir aux traditions, aux idées et (surtout) aux personnes que nous avons été préalablement formées pour éliminer parce qu’elles « n’avaient pas notre politique ».

Je comprends que faire face à cela, pour beaucoup d’entre nous, signifie que nous devrons procéder à un rythme beaucoup plus lent ou même prendre du recul par rapport à l’activité pour le moment. Mais je persiste à croire qu’il est nécessaire d’avoir une organisation qui à la fois rassemble et capte la force, les connaissances, l’expérience et le dévouement collectifs de militants, d’organisateurs et d’activistes qui s’accordent sur le besoin fondamental de gagner une société dirigée par ceux qui la font fonctionner, en les intérêts de la majorité, et non à but lucratif.

Et s’il est vrai, et c’est une excellente chose, que nous ne soyons pas (et n’avons jamais été !) la chose qui garantit qu’un parti révolutionnaire représentant les intérêts de la classe ouvrière se développera aux États-Unis, et s’il est vrai que nous n’en sommes qu’à Au début de cette renaissance de la gauche, les enjeux restent élevés – pour vaincre la droite, pour protéger l’avenir de la planète, pour reconstruire le mouvement ouvrier et l’infrastructure pour soutenir les luttes contre toutes les formes d’oppression.

Le besoin d’organisation révolutionnaire demeure parce qu’il y a encore un besoin d’unir les militants qui ont (inégalement) tiré ces conclusions, et parce qu’il n’y a aucune garantie que nous gagnerons.

Même si, comme d’autres l’ont dit, l’ISO ne peut plus être le vecteur de mise en relation de personnes qui partagent ces convictions, ou qui arrivent à ces conclusions et désireuses de savoir où se brancher et se battre, je ne pense pas qu’il faille dissoudre sans stratégie pour maintenir nos liens les uns avec les autres.

Je suis déterminé à comprendre à quoi cela ressemble avec quiconque est prêt et disposé à le faire. Et, heureusement, je sais que je ne suis pas seul.

La source: socialistworker.org

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici