Nous n’avons pas réussi à protéger les droits à l’avortement. Nous avons besoin d’une stratégie HIMO.

0
97

Il n’y a pas grand-chose de nouveau à dire sur la décision divulguée de la Cour suprême qui est sur le point d’annuler le précédent juridique établi en Roe contre Wade (1973). Ce précédent stipulait que les femmes ont le droit à la vie privée et donc le droit à un avortement. Les lacunes du précédent en matière de protection de la vie privée sont claires. Ce n’est qu’indirectement un droit de se faire avorter, car c’est vraiment un droit de ne pas laisser l’État s’impliquer directement dans ses décisions médicales.

La droite américaine conteste cette décision depuis des années dans la rue et devant les tribunaux, État par État. L’histoire de la fin de Chevreuil est l’histoire du mouvement social conservateur le plus organisé, le plus militant et le plus prospère des cinquante dernières années. En fin de compte, le Parti démocrate ne les a pas arrêtés. Pas plus que les droits reproductifs et les organisations à but non lucratif de justice sociale dont tant de personnes dépendent pour les soins de santé et le soutien juridique.

Suis-je en colère contre la droite ? Oh oui. Au-delà des affaires judiciaires, je les ai vus harceler, intimider et mentir aux femmes devant les cliniques encore et encore. Je n’ai jamais vécu dans un pays où ils n’ont pas dominé l’argument politique. Je les ai vus envahir et bombarder des cliniques, assassiner des médecins, traquer des employés de cliniques et suivre des femmes dans leurs quartiers et chez elles, tout cela au nom de la protection de la « vie ». Du Texas à New York, la droite anti-avortement est sans scrupule et impardonnable.

Mais ce résultat était tout à fait attendu. En conséquence, je suis maintenant plus en colère contre le mouvement pour le droit à l’avortement – des gauchistes aux démocrates libéraux.

Maintenant que Chevreuil est presque mort, j’aimerais comprendre pourquoi. Soixante-dix pour cent de la population américaine soutient le droit à l’avortement. Le fait que nous ayons perdu ces droits au profit d’une coalition minoritaire devrait inciter à l’autocritique. Il est notre responsabilité de former une coalition majoritaire qui puisse sauvegarder les droits reproductifs fondamentaux. Il est notre responsabilité de formuler la question d’une manière qui remet en question les récits de guerre culturelle avec un programme universaliste qui défend ces droits. Nous ne l’avons pas fait. Alors faisons le point.

Premièrement, nous avons accepté les termes du débat de la droite.

À chaque tournant, du discours d’Hillary Clinton sur l’avortement devrait être « sûr, légal et rare » à l’accusation de la droite « l’avortement est raciste », nous avons implicitement accepté que les avortements sont malveillants ou nous nous sommes laissés mettre sur la défensive. Nous avons décidé qu’il valait mieux minimiser les services d’avortement dans les cliniques pour femmes et plaider plutôt pour le financement de Planned Parenthood parce qu’il fournit des frottis vaginaux de routine. Eh bien, la droite ne s’en prenait pas à Planned Parenthood à cause des frottis vaginaux, n’est-ce pas ? Il est contradictoire d’exiger que le mouvement pour le droit à l’avortement minimise l’importance de l’avortement alors que l’avortement est la question qui anime la contestation de la droite.

En suivant la droite, nous avons brouillé ce qui devrait être une ligne de principe entre le respect de l’autonomie des femmes et sa suppression. La droite dit que l’avortement est raciste parce que sa fourniture est une tentative concertée des Blancs (féministes) de tuer des bébés noirs dans l’utérus – et nous semblons parfois d’accord en décrivant l’histoire du droit à l’avortement aux États-Unis en tant que problème de femmes blanches, toujours et partout entaché par les horribles épisodes de stérilisation forcée du pays. (Ce type de rhétorique, bien que courant dans les cercles du mouvement, a tendance à ne pas être imprimé – d’où le lien Twitter.)

Mais ce n’est pas raciste de fournir des services d’avortement. Il est plutôt raciste de forcer les gens à avorter à cause de leur race (ce qui n’est pas encore la même chose que la stérilisation forcée). L’avortement n’est pas le seul problème de santé reproductive qui compte – loin de là – mais la contradiction entre la demande de désaccentuation de l’avortement dans le mouvement et l’avortement comme fer de lance de l’offensive de la droite tient ici aussi. Comment, exactement, prévoyons-nous de défendre le droit à l’avortement en l’intégrant dans un programme de soins de santé plus large si nous ne pouvons même pas défendre le droit à l’avortement en premier lieu ?

Enfin, le mouvement pour le droit à l’avortement a permis à la droite de se présenter non seulement comme antiraciste, mais aussi féministe. Le scénario «féministe pro-vie» puise dans l’intuition que le Parti démocrate ne se soucie pas vraiment de la plupart des femmes, malgré sa rhétorique de «fille patronne». La droite se retourne alors et dit que elles ou ils se soucier des femmes. Bien que la droite n’ait aucune politique sociale qui soutiendrait les femmes et leurs personnes à charge, elle vend le mensonge qu’elle pourrait le faire avec de vagues promesses de soutien de l’église, de la famille et de la communauté. Cela semble être un bon compromis pour les droits reproductifs, n’est-ce pas ?

Deuxièmement, le mouvement pour le droit à l’avortement est devenu captif du monde libéral à but non lucratif, avec tous ses termes et conditions.

Cette captivité est à la fois stratégique et morale. Les organisations à but non lucratif « font le travail ». Ils sont “organisés par la communauté” et “dans la lutte”. Ils fournissent des services vitaux dont les gens ont besoin. Ils savent sûrement ce qu’il y a de mieux, surtout lorsqu’il s’agit d’obtenir des fonds publics et privés pour leurs opérations. Eux seuls savent comment naviguer dans les systèmes juridiques et électoraux avec leurs avocats, lobbyistes et rédacteurs de subventions.

Ce monde contient un réseau complexe d’activisme professionnel qu’il faut presque un diplôme pour comprendre, ce qui nous place sur le pied d’amateur lorsque nous remarquons que leur stratégie échoue. Après avoir reçu des critiques, les organisations à but non lucratif sortent leurs armes morales en insistant sur le fait qu’elles sont celles qui sont en première ligne pour protéger les femmes les plus vulnérables – et que leurs détracteurs “privilégiés” n’ont rien de valable à dire.

Troisièmement, le mouvement n’a pas soutenu sans ambiguïté un régime fédéral universel de soins de santé.

Ici, il convient de faire la distinction entre les socialistes et les démocrates libéraux puisque les premiers ont fortement soutenu Medicare for All. Ces derniers, cependant, ne l’ont pas fait, ce qui peut être vu dans la position incohérente de Planned Parenthood sur la question. Dans certains cas, ils le soutiennent. Dans d’autres cas, ils ne le font pas. Je soupçonne que l’une ou l’autre position est largement dictée par leur relation avec leur parti démocrate d’État.

Mais nous devrions nous demander pourquoi les acteurs féministes ont été incapables de pousser des organisations à but non lucratif comme Planned Parenthood vers la gauche en matière de soins de santé. Le seul moyen de sortir du bourbier stratégique État par État est de gagner un programme de santé fédéral qui inclut la couverture de l’avortement – il est donc important d’évaluer notre apparente incapacité à créer une coalition des droits reproductifs qui considère les soins de santé universels comme un moyen – objectif à terme.

La question, semble-t-il, est intimement liée au problème de capture des organisations à but non lucratif. Et cela explique également pourquoi les appels à réduire l’importance de l’avortement manquent d’une stratégie politique concrète. Comment pouvons-nous garantir l’accès à l’avortement sans l’intégrer dans un programme universel contraignant qui protège également d’autres droits reproductifs ?

Quatrièmement, le mouvement a critiqué sa propre idéologie, puis n’a apporté aucune amélioration stratégique.

Depuis trente ans maintenant, les féministes de gauche critiquent l’idéologie « pro-choix » des libéraux pour ne pas avoir abordé un large éventail de problèmes de santé reproductive et l’inégalité d’accès à celle-ci. Le cadre « pro-choix » est certes insuffisant, mais le cadre alternatif « justice reproductive » reste une idée largement académique et associative en proie aux mêmes problématiques stratégiques.

En d’autres termes, ces désaccords internes ont fait un travail respectable en remettant en question certains récits féministes libéraux dominants, mais n’ont pas fait grand-chose pour changer le cours du mouvement. Il est politiquement impuissant d’avoir deux idéologies concurrentes sans différences stratégiques discernables. Qu’importe si vous avez un cadre idéologique plus robuste s’il ne génère pas une politique distincte ? Comment, devrions-nous toujours demander, cela change-t-il la stratégie pour gagner le droit à l’avortement Plus précisément?

Cinquièmement, le mouvement pour le droit à l’avortement accepte des récits dépassés sur ce dont il s’agit.

La gauche s’est accrochée à l’idée que le mouvement anti-avortement est une réaction violente contre les mouvements féministes et de défense des droits civiques. La droite, selon le récit, veut que les femmes blanches reviennent à la maison et pompent les bébés afin de les contrôler et d’empêcher le déclin démographique anglo-saxon. Les femmes de couleur ne sont que des dommages collatéraux dans cet effort. C’est donc un certain succès féministe qui propulse ces politiques réactionnaires.

Cette idée, je pense, est à l’envers. C’est l’échec du féminisme à s’attaquer aux maux profonds de l’économie politique des États-Unis qui fait de la politique anti-avortement une force de réaction. Il suffit de regarder les pays sans mouvement anti-avortement militant : ils ont des programmes publics pour soutenir les femmes, les personnes à leur charge et les familles de la classe ouvrière pendant les crises et les moments difficiles. Même si de tels programmes ont été frappés par l’austérité, ils sont là et ils comptent. Ils ont isolé les droits à l’avortement des défis conservateurs en donnant à chacun un intérêt dans la défense de ces avantages sociaux.

Au lieu de cela, aux États-Unis, nous avons des suprémacistes blancs, des baptistes noirs, des catholiques latinos et des féministes évangéliques « pro-vie » qui se réunissent lors de manifestations pour accuser les escortes des cliniques d’être l’incarnation du Ku Klux Klan. C’est un truc sauvage, et c’est en partie grâce à notre incapacité historique à gagner des protections sociales plus larges.

Les gens s’inquiètent du statut social de la famille et de la fécondité des femmes pour des raisons extrêmement diverses, dont certaines sont complètement contradictoires. L’avortement leur donne un objectif. Ce que la gauche devrait souligner, cependant, c’est la nécessité de créer des liens entre les féministes, le mouvement ouvrier et les campagnes sur les soins de santé. Il existe actuellement un parti pris des classes moyennes et supérieures dans la plupart des politiques féministes aux États-Unis qui doit être soigneusement disséqué, compris et répudié.

Je n’ai pas de message édifiant à conclure. Je n’ai que mon grain de sel : la gauche doit respirer profondément, puis se regrouper pour se battre sur des bases plus solides qu’avant. Il a fallu cinquante ans à la droite pour en arriver là où elle en est, il est donc hystérique d’insister sur le fait que les “fascistes” sont maintenant, enfin, charger aux portes – ou qu’un autre vote harcelé pour les démocrates changera soudainement les choses.

Si la droite anti-avortement est fasciste (et certains le sont sûrement), alors considérez qu’ils sont là, grignotant, depuis des décennies, souvent par le biais des organes réguliers du système politique américain. Si tel est le cas, alors nous vivons depuis longtemps dans leur monde en pratique sinon en droit. La panique a peu de valeur politique. Nous pouvons donc aussi bien nous arrêter et réfléchir à nos échecs stratégiques, de peur de finir par faire exactement la même chose encore et encore.

Et peut-être – juste peut-être – que notre côté aura son propre moment « venez à Jésus ».



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire