Nous voulons des week-ends plus longs, mais pas des journées de travail plus longues

0
46

Un week-end de trois jours ressemble à une bénédiction – une partie de la semaine pour faire ce que nous voulons vraiment. Avec l’augmentation du travail à distance et les nouvelles technologies permettant de changer les modèles de travail, il n’est pas étonnant que les appels à une semaine de travail de quatre jours aient gagné du terrain dans le monde entier.

Pourtant, il existe une grande variation dans l’intention – et le résultat – de ces projets. Alors que les partis de gauche dans des pays allant de la Grande-Bretagne au Chili ont appelé à une réduction globale du temps de travail, la Belgique a introduit une semaine de travail volontaire de quatre jours, mais sans changement du nombre total d’heures. Des expériences en Islande ainsi qu’une recherche pilote dans la société de services financiers néo-zélandaise Perpetual Guardian ont prouvé que le raccourcissement de la semaine de travail est bénéfique pour les travailleurs, tout en soulignant ses avantages en termes d’augmentation de la productivité.

Mais l’idée qu’il s’agit d’une mesure favorable aux entreprises se heurte aux limites de la proposition. Le mois dernier, des députés roumains de partis de centre-droit et de droite ont présenté un projet de loi visant à faire passer la semaine de travail à quatre jours et la journée de travail standard à dix heures. Les parrains du projet de loi ont déclaré :

Une fois que l’employé aura traversé la période d’adaptation, il se rendra compte qu’il dispose d’un week-end prolongé, au cours duquel il se reposera beaucoup mieux, compte tenu des trois jours de congé. Dans le même temps, au niveau macroéconomique, il y aurait une augmentation de la consommation et, implicitement, des ventes et des bénéfices dans la restauration publique, les services et le tourisme, en raison du week-end prolongé.

Alors est-ce mieux pour tout le monde ? Pas assez.

La loi roumaine propose trois jours de congé, ce qui donnera aux travailleurs plus de temps de repos avec leur famille et plus de temps pour consommer.

Pourtant, la promesse que cet horaire sera plus reposant est contredite par le témoignage d’employés de restaurants aux États-Unis qui ont essayé les journées de travail de dix heures et ont trouvé l’horaire «trop exténuant». Malgré les affirmations d’entreprises telles que WeWork et Hourly, les recherches montrent que les personnes qui travaillent dix heures ou plus par jour ont un risque accru de développer des problèmes de santé au travail.

En Roumanie, les exemples du pilote chez Perpetual Guardian et celui de Microsoft Japon sont souvent inclus dans les articles prônant la nouvelle journée de travail plus longue. Ce qui est laissé de côté, c’est que ces entreprises ont diminué le nombre de jours de travail tout en réduisant le temps de travail global, ce qui a effectivement laissé aux employés plus de temps libre.

Sans une diminution claire du nombre total d’heures de travail, changer la structure de la semaine de travail à quatre jours au lieu de cinq peut en fait faire plus de mal à l’employé. Jonathan Malesic, auteur de La fin de l’épuisement professionnel : pourquoi le travail nous épuise et comment bâtir une vie meilleure, a déclaré à Healthline que “Travailler ces deux heures supplémentaires pendant la journée est vraiment difficile. Votre productivité après la huitième heure de travail diminue probablement, mais pas le stress. L’expérience en Islande a été un succès précisément parce qu’elle ne reposait pas sur du temps de travail supplémentaire chaque jour de travail.

La question de savoir qui décide est également cruciale. Alors que les syndicats faisaient partie du projet de mise en œuvre de la semaine de travail de quatre jours en Islande, en Roumanie, ils n’ont pas été consultés pour la proposition législative de droite. Bogdan Hossu, président du syndicat Cartel ALFA du pays, a déclaré jacobin que l’initiative roumaine est irrespectueuse envers les personnes qui ont combattu et même sacrifié leur vie dans les batailles historiques pour la journée de travail de huit heures. Alors que certains indiquent qu’Henry Ford a imposé la journée de travail de huit heures dans le cadre de son application de la gestion scientifique, la lutte pour des heures plus courtes remonte au XIXe siècle, lorsque la classe ouvrière a payé le prix du sang pour cette demande.

Même en dehors de cet important héritage historique, Hossu affirme que “changer la journée de travail normale à dix heures changera la façon dont les primes d’heures supplémentaires sont accordées et aussi la quantité de travail que les gens font chaque jour”. Dans un pays comme la Roumanie – où la majorité des salaires ne correspondent pas au coût de la vie et où 35 % des employés travaillent plus de quarante heures par semaine – la possibilité de gagner un revenu supplémentaire vient des heures supplémentaires. Les heures supplémentaires ne sont pas rémunérées dans tous les cas, mais lorsque les travailleurs y consentent volontairement, ils peuvent rester deux heures de plus et être rémunérés en conséquence.

En changeant la journée normale de travail à dix heures sans exiger que les deux heures supplémentaires soient payées en heures supplémentaires, on pourrait se retrouver avec une situation dans laquelle les plus vulnérables devront travailler plus de dix heures par jour ou même travailler le cinquième jour de pour se permettre de vivre. Les travailleurs se retrouvent donc avec plus de stress et des heures de travail plus longues dans l’ensemble.

Un cas indicatif des limitations des contraintes législatives sur le temps de travail vient de la France, qui a entamé le processus de réduction de la semaine de travail à trente-cinq heures en moyenne en 1998. Le changement a permis des modalités de travail flexibles, des entreprises comme la bagagerie Samsonite ayant choisi travailler des semaines plus courtes en hiver et plus longues en été lorsque la demande pour leurs produits est plus élevée.

Imposer une semaine de travail moyenne de trente-cinq heures permettait plus de flexibilité mais ne réduisait pas purement et simplement le nombre total d’heures effectivement travaillées. Les travailleurs français ont effectué en moyenne environ trente-six heures de travail par semaine l’année dernière, bien que la crise financière ait fait baisser la moyenne générale à travers une augmentation des emplois à temps partiel. En réalité, la semaine de travail des salariés à temps plein est d’environ trente-neuf heures par semaine, tout ce qui dépasse le seuil des trente-cinq heures étant comptabilisé en heures supplémentaires.

Source : Eurostat

Outre les avantages susmentionnés, les recherches sur l’écart de retraite entre les hommes et les femmes suggèrent que le raccourcissement de la semaine de travail peut être bénéfique pour ceux qui quittent la main-d’œuvre rémunérée pour s’occuper de membres de la famille (principalement des femmes). En Roumanie, l’écart de pension est d’environ 25 %. Cela s’explique principalement par le fait que les femmes quittent prématurément le marché du travail ou n’ont jamais été officiellement employées, car l’écart de rémunération entre les sexes dans le pays est l’un des plus faibles d’Europe (2,5 %). Le risque de pauvreté pour les femmes qui demandent une pension est beaucoup plus élevé que pour les hommes (28,5 % contre 16,4 %), ce qui montre à quel point le fait d’être en dehors de la population active rémunérée peut être préjudiciable à long terme.

Alors que certaines voix appellent à un revenu de base universel, la Roumanie est loin derrière les demandes de garanties sociales de base, la paralysie du système de santé et d’éducation résultant de décennies de politiques néolibérales. Avant d’en arriver à un point où l’on pourra assurer à chacun un revenu stable quel que soit son statut d’emploi, raccourcir la semaine de travail pourrait aider à diminuer la pression sur les épaules des femmes.

Mais il y a d’autres problèmes avec ce projet de loi. Ce n’est pas parce qu’une personne est censée travailler quatre jours par semaine qu’elle n’aura pas à répondre aux appels téléphoniques, à terminer des tâches supplémentaires le week-end ou à se présenter au bureau si son patron l’exige. Le projet de loi roumain s’appuie sur les discussions précédentes sur la flexibilité du travail qui ont surgi pendant la pandémie, lorsque certains travailleurs se sont retrouvés à la maison, devant s’occuper des enfants et les aider à l’école.

Les Roumains qui avaient la possibilité de travailler à domicile l’ont surtout apprécié : 70 % de ceux qui ont eu la possibilité de déplacer leur bureau dans leur salon se sont déclarés satisfaits. Mais malgré les appels à des semaines de travail plus flexibles, la réalité plus large est que nous nous dirigeons vers une économie permanente qui consolide et approfondit “l’empiétement des patrons et des forces du marché sur nos vies privées”. Afin de parvenir à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, la réduction de la semaine de travail devrait s’accompagner de lois sur le droit à la déconnexion, comme celles en Belgique et au Portugal, qui interdisent aux patrons d’envoyer des messages aux travailleurs pendant leur temps libre.

Les recherches menées en Nouvelle-Zélande, chez Microsoft Japon ou en Islande ont poussé le député californien Mark Takano, désormais soutenu par plusieurs groupes, dont l’Economic Policy Institute et le Congressional Progressive Caucus, à suggérer d’introduire la semaine de travail de quatre jours et de réduire temps de travail total à trente-deux heures. Selon le projet de loi, chaque heure supplémentaire travaillée au-delà de la barre des trente-deux heures devrait être rémunérée comme des heures supplémentaires, compte tenu des recherches empiriques qui suggèrent que le même nombre de tâches peut être accompli en moins de temps.

Alors que le mouvement visant à réduire la semaine de travail devient plus populaire dans le monde, nous devrions nous demander si cela peut signifier quelque chose de plus qu’un réaménagement du fardeau existant du labeur et du stress. L’entassement de quarante heures de travail en quatre jours n’a guère d’attrait pour les travailleurs qui seront plus sujets aux accidents et devront effectuer des quarts de travail péniblement longs qui auraient autrefois été rémunérés en heures supplémentaires. Une solution claire serait de réduire la semaine de travail à trente-deux heures et de fixer le maximum d’heures supplémentaires à huit heures par semaine. Sur la base des exemples précédents, cela rendrait les travailleurs plus heureux, leur donnerait plus de temps libre et leur permettrait d’échapper un peu plus au contrôle de leur patron.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire