Partout en Europe, de nouvelles lois criminalisent les réfugiés désespérés

0
158

Un samedi matin de novembre 2020, Dimitris Choulis, avocat des droits de l’homme originaire de l’île grecque de Samos, s’est réveillé avec un message l’informant que vingt-quatre demandeurs d’asile avaient débarqué sur la plage.

Craignant d’être renvoyés en Turquie par les autorités grecques, Dimitris s’est précipité vers les montagnes surplombant le rivage. Il n’y avait pas de demandeurs d’asile – très probablement, ils avaient immédiatement quitté la région par crainte d’être arrêtés. Pendant ce temps, les autorités grecques étaient apparues et Dimitris courut au port, pensant que les nouveaux arrivants pourraient être renvoyés à travers la mer Égée vers la Turquie.

Finalement, les demandeurs d’asile se sont présentés et Dimitris a commencé à reconstituer les événements : leur bateau avait atteint Samos à minuit, date à laquelle l’un des passagers, un garçon afghan de six ans, avait disparu en mer. Vers 1h30 du matin, une équipe de recherche et de sauvetage est arrivée – et est repartie immédiatement sans mener de mission de sauvetage.

Le même jour, le garçon a été retrouvé. La cause du décès n’était pas la noyade : il portait un gilet de sauvetage du cou à la taille. Au contraire, l’enfant était mort alors que les vagues frappaient son petit corps contre le rivage rocheux pendant neuf heures. Si l’équipe de recherche et de sauvetage avait mené une mission, l’enfant aurait été sauvé.

Lorsqu’elles ont été alertées du décès de l’enfant, les autorités grecques ont cessé de patrouiller.

Les autorités ont approché le père de l’enfant et ont accompagné la nouvelle de la mort de son fils en l’accusant d’être poursuivi pour la mort de son fils, au motif qu’il avait exposé son fils à un risque en cherchant refuge. Hassan, un autre passager du bateau, a été accusé de contrebande.

Dimitris s’est chargé de l’affaire et en mai 2022, près de trois ans après cette nuit fatidique sur les rives de Samos, Hassan a été condamné à un an et demi de sursis et le père de l’enfant a été acquitté. “C’était une affaire très stupide”, m’a dit Dimitris. “Il n’y avait aucune preuve, rien.”

Les acquittements sont cependant l’exception. Les passeurs ne montent jamais à bord d’un navire et les autorités arrêtent donc systématiquement les demandeurs d’asile qui dirigent le bateau à leur place, ce qui entraîne de nombreuses condamnations réussies.

Dimitris a pris en charge de nombreux recours pour des demandeurs d’asile qui, contrairement aux Samos2, n’ont pas été acquittés. En mai 2022, les Paros3, trois demandeurs d’asile syriens et seuls rescapés d’un naufrage, ont été condamnés à perpétuité pour chacun de leurs dix-huit compagnons de voyage morts en mer, entraînant une peine collective de 439 ans.

C’est le résultat de lois de plus en plus punitives qui criminalisent les demandeurs d’asile. La loi grecque 4251 de 2014 jette les bases de ces cas ; L’article 29 punit « la facilitation de l’entrée depuis le territoire grec d’un citoyen d’un pays tiers » d’une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison, tandis que l’article 30 criminalise « les capitaines ou capitaines d’un navire » d’au moins dix ans. En conséquence, Dimitris souligne que le résultat de l’affaire Paros3 était juridiquement valable, bien qu’horriblement injuste.

La loi grecque 4251 est fondée sur la directive de facilitation de l’UE de 2002, qui n’exige aucun gain matériel pour qu’un acte soit qualifié de contrebande. Cela signifie que toute personne qui aide les réfugiés pendant leur voyage peut être poursuivie pour trafic. Aujourd’hui, seuls quatre pays de l’UE se conforment à la définition de la contrebande de l’ONU qui exige un intérêt financier pour qu’une accusation soit portée.

Les campagnes pour réformer la directive ont abouti à une vague résolution visant à mettre fin à la criminalisation de l’humanitarisme en juillet 2018, mais l’UE n’a pas réussi à inclure une exemption humanitaire dans la directive qui aurait fait cela, arguant qu’elle manquait de preuves que la directive entraînait une criminalisation injuste. .

C’est difficile à comprendre tant le déluge d’affaires se poursuit : Amir et Razuli, tous deux afghans d’une vingtaine d’années, ont été condamnés à cinquante ans de prison après un refoulement où leur canot pneumatique a été coulé par les garde-côtes grecs. Leur appel était prévu pour mars 2022, reporté au mois suivant lorsqu’un témoin du gouvernement ne s’est pas présenté, et enfin à décembre de cette année pour échapper à l’examen public, m’a dit Julia Winkler de borderline-europe.

Comme la plupart des moyens de dissuasion, la criminalisation de la demande d’asile ne l’arrête pas, elle la rend simplement plus dangereuse. J’ai parlé à Julia des ramifications terrifiantes déclenchées par la criminalisation systématique des demandeurs d’asile qui dirigent le bateau. “Parfois, les demandeurs d’asile sont violemment forcés de barrer”, m’a-t-elle dit. “Nous avons même vu des cas où des demandeurs d’asile qui ont une expérience navale choisissent de ne pas barrer par peur de la prison.”

L’ampleur de cette situation est inconnue : Julia estime que des centaines de demandeurs d’asile sont emmenés directement du rivage à la prison. Les statistiques impliquent la même chose : 63 % de la population carcérale grecque sont des étrangers.

En gros, trois tactiques sous-tendent la criminalisation de la migration : les politiques de dissuasion qui tentent de rendre le pays d’origine si inhospitalier que les demandeurs d’asile choisissent de ne pas venir en Europe ; les refoulements qui maintiennent les demandeurs d’asile dans des pays de passage comme la Turquie ou la Biélorussie ; et la criminalisation qui enferme les demandeurs d’asile arrivés sur le sol européen. Ces politiques sont imbriquées (la menace de criminalisation, par exemple, contribue à la dissuasion), et sont mobilisées pour subjuguer les demandeurs d’asile à chaque étape.

Ces dernières années, les refoulements sont devenus systématiques, dirigés par les autorités et de plus en plus violents. Le mois dernier, 105 personnes ont été battues et embarquées sur un navire de la marine grecque lors d’un refoulement coordonné vers la Turquie. Les gardes-frontières bulgares ont utilisé des chiens policiers pour les repousser vers la Turquie, la police française a renvoyé des demandeurs d’asile en Italie par des températures inférieures à zéro et des soldats espagnols ont battu des milliers de personnes pour les renvoyer au Maroc.

Pendant ce temps, en Pologne, des rapports ont fait état de forces de défense territoriale abusant et harcelant des humanitaires, et même détruisant des ambulances fournissant une assistance médicale aux réfugiés, comme me l’a dit Grupa Granica, une observatrice polonaise des droits de l’homme.

Sans parler des décès résultant des refoulements financés par l’UE. Les garde-côtes libyens, financés par l’UE depuis 2016 pour empêcher les réfugiés d’atteindre l’Europe, ont été surpris en train de tirer sur des réfugiés en Méditerranée.

Les refoulements sont incompatibles avec le droit international, mais affirmer que la migration est un crime (d’où le terme « migrant illégal ») permet de considérer les refoulements comme une forme d’application de la loi.

La légalisation des violations des droits de l’homme ouvre inévitablement la voie à la violation elle-même. En prévision du projet de loi sur la nationalité et les frontières qui criminalise l’entrée sans papiers au Royaume-Uni, les forces frontalières ont été surprises en train d’effectuer des «exercices de refoulement» dans la Manche.

L’Europe, paralysée par sa propre xénophobie, a donné à la Turquie et à la Biélorussie l’occasion de tester l’instabilité du projet européen.

J’ai parlé à Natalie Gruber, cofondatrice de l’ONG Josoor, du bras de fer à la frontière turco-grecque. Le travail de documentation de l’ONG sur les refoulements a commencé peu après février 2020, lorsque les autorités turques ont commencé à diriger les réfugiés vers la frontière terrestre gréco-turque.

« Les autorités ont transporté des personnes des camps de pré-déportation à travers le pays jusqu’à la frontière, ont distribué des outils de coupe de clôture et ont obligé les réfugiés à prendre d’assaut la clôture », m’a dit Natalie. Les volontaires de Josoor ont reçu l’ordre d’arrêter de distribuer des tentes, car seules les tentes de fortune faites de bâches et de bâtons étaient autorisées. « Les autorités essayaient de rendre les choses aussi inconfortables que possible pour faire passer la frontière aux réfugiés.

La Grèce, soutenue par l’UE, a commencé des refoulements violents. Deux personnes ont été tuées par des balles en caoutchouc, mais Natalie estime que le nombre réel est plutôt de six à sept.

Et ainsi, l’UE s’est défaite de sa propre xénophobie, indiquant clairement qu’elle préfère une impasse diplomatique à l’acceptation de quelques milliers de réfugiés dans une zone de 447 millions. Voyant avec quelle facilité la Turquie déstabilisait l’UE, la Biélorussie a adopté la même tactique et, à partir de juillet 2021, a commencé à diriger les demandeurs d’asile vers la frontière extérieure de l’UE dans la forêt polonaise.

J’ai parlé à Mahmoud*, un demandeur d’asile yéménite qui a fait l’objet de six refoulements ici en août 2021. « J’ai fui le Yémen pour la Turquie, mais leur gouvernement n’autorise pas les Yéménites à s’enregistrer. J’ai essayé de passer de la Turquie à la Grèce à travers la frontière terrestre d’innombrables fois, mais j’ai été repoussé à chaque fois. Mon dernier espoir était la Biélorussie.

« C’est difficile d’exprimer ce que j’ai vu à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Six fois je me suis présenté aux gardes-frontières polonais pour demander l’asile, et six fois ils m’ont refoulé vers la Biélorussie. Ils ont détruit l’appareil photo et la prise de charge de mon téléphone, je n’ai donc pas pu naviguer ni documenter quoi que ce soit.

“J’ai supplié les gardes-frontières biélorusses de me laisser rentrer à Minsk pour rentrer chez moi, et ils m’ont donné deux options : aller en Pologne ou mourir ici.” Un volontaire a corroboré ce rapport en me parlant : il avait vu des tombes peu profondes du côté biélorusse.

Mahmoud n’a pu traverser que lorsqu’un groupe de défense des droits humains est apparu à la frontière pour surveiller la situation. Ce jour-là, les mêmes gardes polonais qui avaient bloqué son entrée six fois auparavant l’ont laissé passer.

Lorsque l’injustice est codifiée dans la législation, le mal devient banal, résultat de structures qui portent l’injustice, quels que soient les individus qui les occupent.

Dimitris confirme mes pires craintes : « On dit à la police grecque d’identifier un passeur, et bien que les réfugiés fournissent le numéro de téléphone et le nom de leur passeur, un bon travail de police prend du temps – alors ils choisissent des réfugiés sur le bateau et s’en tiennent là. La criminalisation de la migration ne fait pas toujours l’objet d’une stratégie – cela peut être simplement de la paresse.

Au lendemain de la première crise de réfugiés en Europe moderne après la Seconde Guerre mondiale, les chefs d’État ont inscrit la dignité humaine dans le droit international. Notre trajectoire actuelle trahit cet engagement, et pourtant le discours sur l’immigration ces derniers temps a été tellement imprégné de désinformation et de désinformation que nous nous retrouvons à discuter de la criminalité de la migration au lieu de la criminalité de notre politique migratoire.

Le droit des réfugiés reconnaît que les demandeurs d’asile peuvent traverser une frontière sans papiers pour déposer une demande d’asile. Alors que le droit pénal est conçu pour punir les individus qui constituent une menace pour autrui ou pour la société dans son ensemble, le franchissement d’une frontière ou le séjour irrégulier dans un pays ne constitue pas un crime contre les personnes.

Confondre le droit de la migration et le droit pénal est un abus de langage dangereux – et l’abrogation des lois qui confondent les deux doit être au cœur de toute réforme progressiste de la migration.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire