Pas d’alternative au pétrole russe, dit l’Opep à l’UE

0
306

Sanctionner le pétrole russe pourrait déclencher une catastrophe record, prévient le cartel des exportations de pétrole

Les sanctions actuelles et futures contre la Russie pourraient engendrer l’un des pires chocs pétroliers de l’histoire, a averti lundi le secrétaire général de l’OPEP, Mohammed Barkindo, des responsables de l’UE, ajoutant qu’il serait impossible de remplacer le volume de pétrole perdu dans un tel événement. Quelque 7 millions de barils de pétrole russe par jour quittent le marché mondial en raison des sanctions et autres restrictions sur le commerce russe, a affirmé Barkindo.

Lire la suite

Le prix de la politique : que se passera-t-il si l’Occident abandonne vraiment le gaz russe ?

Le responsable de l’OPEP a également déclaré à l’UE que la volatilité actuelle du marché est due à “facteurs non fondamentaux” échappant au contrôle de l’OPEP et qu’il est de la responsabilité de l’UE de promouvoir un “réaliste” approche de la transition énergétique.

L’UE a annoncé son intention de se joindre aux États-Unis et au Royaume-Uni pour instaurer un embargo sur les produits énergétiques russes. Cependant, contrairement aux États-Unis et au Royaume-Uni, l’Europe importe la majorité de ses approvisionnements énergétiques de Russie, et les experts ont averti que tenter de couper l’approvisionnement pourrait avoir des résultats catastrophiques. En particulier, l’Allemagne anticipe l’effondrement d’industries entières, tandis que le patron du géant autrichien de l’énergie OMV a déclaré que ce serait «impossible» pour que son pays arrête d’acheter du gaz russe.

Alors que les États-Unis ont promis d’intensifier et de combler les lacunes avec leurs exportations de gaz naturel liquéfié plus chères, la plupart des terminaux GNL européens fonctionnent déjà à pleine capacité, ce qui signifie qu’il n’y aurait aucun endroit pour stocker le carburant. D’autres pays sont impatients d’utiliser la crise comme une ouverture pour se lancer dans les carburants renouvelables.

LIRE LA SUITE: Le Parlement européen approuve l’interdiction totale de l’énergie russe

Néanmoins, le Parlement européen a exigé la semaine dernière un embargo immédiat et total sur les importations russes de pétrole, de charbon, de gaz naturel et de combustible nucléaire, et il devrait avoir un impact négatif significatif sur le niveau de vie européen s’il est suivi. Certains pays, comme la Hongrie et la Slovaquie, ont clairement indiqué qu’ils prévoyaient d’ignorer l’interdiction de l’auto-préservation, bien que d’autres aient averti leurs citoyens de se serrer la ceinture et de se préparer aux périodes de vaches maigres à venir.

Le pétrole et le gaz ne sont pas les seuls produits de base dont l’approvisionnement se tarit au milieu de la guerre en Ukraine. La Russie et l’Ukraine produisent ensemble environ un tiers des exportations mondiales de blé, et les deux pays sont également de grands exportateurs d’huile de tournesol et d’engrais. En conséquence, les prix des denrées alimentaires ont atteint des sommets historiques, et de nombreux pays et ONG mettent en garde contre des pénuries alimentaires imminentes.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire