Patient Humans et autres poèmes

0
140

membre rs21 Leïla Platt écrit sur les expériences de traitement de santé mentale, Covid et le pouvoir dans Patient Humans et d’autres poèmes. (Avertissement de contenu pour crise de santé mentale, sectionnement.)

Verre de mer. Crédit photo : Ama Strachan, Flickr (2015).

En 2020 au plus fort du confinement, j’ai été sectionnée et j’ai passé 6 semaines en Unité Psychiatrique. J’ai également eu une admission de crise de 48 heures en septembre 2020. Les poèmes suivants ont été écrits à la suite de ces séjours. En fait, ils ont été écrits pendant que j’étais à l’hôpital, principalement sur mon téléphone portable pour que je puisse les sauvegarder et ironiquement pour que personne ne puisse les trouver à ce moment-là. Bien qu’au bout d’un moment je me souvienne d’avoir prononcé les mots « Il y a un poème qui arrive »…

Avant d’aller à l’hôpital, je n’avais jamais écrit de poésie auparavant, je pensais que c’était un peu indulgent pour moi-même et peut-être trop difficile. J’ai maintenant un petit recueil d’une vingtaine de poèmes mais je n’en ai écrit qu’un depuis mon hospitalisation. Je connais des poèmes mémorables mais je ne suis pas un grand lecteur, même si j’aime écouter Holly McNish lire sa brillante poésie. Elle écrit de la poésie d’observation également largement inspirée de ses propres expériences et je la recommande vivement.

Patients humains

Nous sommes tous humains, nous avons tous de la peau, des os et des corps,
Mais nos organes les plus fragiles, vous ne pouvez pas les voir à l’œil nu.
Tu nous remplis de pilules, blanches, bleues, jaunes et tu nous dis qu’on s’en est sorti hier.
Qu’est ce qui a changé?
Nous émettons les mêmes bips que vous lorsque vous nous testez avec la machine obs,
Mais personne ne pose les mains sur la tête qui a besoin de guérison.
Vous, ceux qui donnent les pilules, vous avez aussi une santé mentale.
Vous devenez anxieux quand les choses « ne vont pas bien »,
Ou peut-être qu’ils ne se sentent tout simplement pas bien.
En fait, les choses qui guérissent notre corps ne peuvent pas toujours guérir notre esprit.
Les pilules déforment, atténuent, ponctuent les jours, exigent la conformité,
Et dicter la complaisance dans notre gestion.
Nous semblons soignés parce qu’on nous donne nos pilules,
Les pilules que nous ne choisissons pas parce que nous n’avons pas cette connaissance.
Eh bien je vous prie d’écouter : vous, le prescripteur, n’avez pas ma connaissance non plus.
Vous voyez la couleur rouge mais est-ce la même que ma couleur rouge ?
Vous avez peut-être vu et entendu parler de décès mais pas les mêmes que moi.
Vous mangez des aliments, peut-être les mêmes que moi, mais qu’est-ce que vous goûtez ?
Vous n’êtes pas tombé dans le même trou que j’essaie chaque jour de sortir.
Si vous le faisiez, vous vous rendriez compte que j’ai atterri ici sans échelle ni carte,
Alors je m’empresse de suggérer que vous aussi lutteriez.
Ce que je dois faire, c’est écrire, expliquer, mais les mots dans ma tête sont un fouillis.
Pas lisse et digne de pages nettes,
Angulaire et usant comme des arêtes vives.
J’ai besoin d’écrire, de parler et de dire ma vérité.
Cette vérité peut blesser, mais elle reste ma vérité.

Noyade dans la crème anglaise

Petit-déjeuner, déjeuner, thé et souper
Huit, douze, cinq et neuf.
Tous les jours.
Bouillie, Tarte, Sandwich, Toast.
Puddings.
Noyade dans la crème anglaise.
Les repas rythment notre journée hospitalière,
En attendant ce que nous allons manger aujourd’hui,
Et se demandant ce que nous pourrions avoir demain.
Nous ne pouvons pas cuisiner, parfois eux non plus,
Ils ont de bons yeux derrière les masques,
Les personnes qui servent les repas.
Alors on mange, on digère et on remercie.
Bouillie,
Tarte
Sandwich
Pain grillé.
Voulez-vous une crème avec ça?

Debout sur une jambe

Quand je me concentre, je me tiens sur une jambe,
Doucement, se balançant entre les deux,
Trouver un équilibre.
Le vieil adage est de garder les pieds sur terre.
Mais mon bercement apaise.
Parfois ça me laisse réfléchir,
Parfois, cela ne m’aide pas.
J’ai l’impression que mes pieds sont sur du coton
Et ma tête est au sol.
Mais, je sais que j’ai l’air d’être debout,
Certainement pas à l’envers.
Rester au sol, debout sur une jambe.

4h37

Je t’ai vu jeter un œil par le rideau
L’été sombre
Est-ce qu’il a fait noir du tout ce soir ?
Je t’ai vu, 2h, 3, 4…
Dans mon état agité
Je me demande qui d’autre est éveillé
Et ce qu’ils pensent de 4h du matin en juin
Ami ou ennemi?
La lumière jette un coup d’œil autour du rideau
Me suivant alors que je pose mon regard sur le mur gris
J’avais espéré 8 bonnes heures.
La nuit avait d’autres projets.

Smackdown 2020

C’est comme une bataille tous les jours,
Alors que nous nous battons avec les nouvelles et les opinions des autres.
Plus proche d’une guerre ou d’un match de catch
Qu’une urgence sanitaire internationale.
Quelle voix écoutons-nous quand
Quand on a l’impression que ceux qui nous dirigent sont libérés ?
Nous sommes laissés dans la tempête,
Certains sont littéralement laissés de côté sous la pluie.
Une urgence sanitaire internationale.
Qui se bat pour ceux qui ne peuvent pas ?

Admission de crise

Pas un endroit où je voulais être, mais un sentiment que je voulais avoir. Sécurité.
Je pense qu’ils ont fait une erreur en m’envoyant en premier lieu.
Pas une expérience thérapeutique.
Isolé.
Écouvillonné.
Ignoré.
Médicaments en retard.
Médicaments manqués.
Lacunes d’information.
De l’autre côté de la porte.
Pas d’air frais.
Somnifères.
Tartes et purée.
Nom erroné.
Un autre patient est parti pour me tenir la main.
Non “Bonjour, je m’appelle”
“C’est un aveu de crise”
« uniquement sur observation »
« Nous ne faisons rien de thérapeutique »
Trop juste vous ne le faites pas.
2 nuits, crise évitée ?
Accueil.
Lit.

Rien sur moi sans moi

Écrire constamment des notes et faire vos vérifications
Vérifier quoi ?
Ce que j’ai, vous ne pouvez pas le voir.
Je hasarde une supposition que je n’aurais pas de sens
De vos gribouillis, mais ils restent enregistrés.
Pour toujours.
Pourtant il tient toujours
Rien sur moi sans moi.

Le secret du verre de mer

Ton entrée dans ma vie n’était pas prévue
Aucun de nous ne veut être ici
Ce monde a des angles aigus
Des coins que les âmes douces ne peuvent pas pleinement maîtriser
J’aimerais pouvoir t’aider à lisser les bords
Je rêve qu’un jour tu déposeras une collection de verre de mer sur le rebord de ta fenêtre
Bords tranchants altérés par ta tempête
Des couleurs toujours scintillantes, un doux rappel de votre tentatrice.

Fins en milieu d’année

Il a atteint le temps pour moi de partir
Une fin est un autre commencement.
Même si je reviens à ce que je sais,
Les choses semblent encore incertaines.
« Vous dormez dans votre propre lit »
Est la promesse commune.
Ce lit était ma prison quelques jours,
Il n’y a pas si longtemps.
Je préférerais ne plus avoir de lit que cette prison à nouveau.
Il est temps de se concentrer sur d’autres nouveaux départs,
Le jardin, le vert et les plus longues journées de juin.
La mi-année se termine, la mi-année commence.
Je continue.

Helianthus

2013, Travaillant à Édimbourg, de jeunes professionnels s’essayent à la scène des rencontres
Une femme qui a réussi, appelons-la Lou, était pratique pour le rêve de rencontres.
Deux dates et une grande boîte sont apparues dans la chambre du médecin,
Un type passionné avait envoyé des tournesols à Lou en pleine floraison.
Pauvre gars.
Il a essayé.
Soudain, les tournesols sont devenus la fleur du danger.
Trop gros, trop, trop tôt.
Cependant, 2020, en sortant de l’hôpital cette fois, tout ce que je voulais voir
C’était le semis de tournesol que ma mère avait arrosé pour moi.
Et debout sur la table un vase d’une gloire dangereuse.
Une demi-douzaine de tournesols – Maman n’est pas au courant de l’histoire de Lou.
Alors, quand tu te sens comme un enfer, continue,
Ou,
Pensez à Helianthus.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire