Pendant le Ramadan, Israël semble aimer attaquer les Palestiniens

0
265

Peu importe où je suis dans le monde, j’ai toujours célébré le Ramadan. Je me souviens avoir été entouré de ma famille palestinienne en Amérique et me gaver de nourriture avant de mettre notre repas de côté une fois que nous avons entendu les appels à la prière au lever du soleil. Le ramadan est bien plus qu’un simple jeûne, c’est un souvenir de notre foi et de notre peuple.

À partir du samedi 2 avril, des centaines de millions de musulmans du monde entier se sont lancés dans le Ramadan, le mois le plus sacré du calendrier islamique, célébré en ne consommant ni nourriture ni eau du lever au coucher du soleil. Mais pour les Palestiniens vivant sous occupation israélienne, célébrer cette fête suprême ne peut se faire qu’à travers d’immenses difficultés.

Entouré d’imposants murs de fil de fer barbelé, le peuple de Gaza vit chaque jour enfermé dans ce que beaucoup ont appelé « la plus grande prison à ciel ouvert du monde ». Depuis le blocus israélien illégal de juin 2010, qui empêche les Gazaouis de quitter la ville et empêche toute aide internationale d’y arriver, la crise humanitaire à Gaza s’est aggravée. La moitié des 1,8 million d’habitants de Gaza sont des enfants, qui sont tous soumis à l’emprisonnement d’Israël ; 38 % des Gazaouis vivent dans la pauvreté, 54 % sont en situation d’insécurité alimentaire ; et 35 % des terres agricoles de Gaza sont totalement ou partiellement inaccessibles en raison de l’occupation. Et Israël ne lâche rien pour le Ramadan.

Pendant le Ramadan en 2014, l’occupation a largué 280 bombes sur la population de Gaza, principalement dans les zones résidentielles, tuant plus de 500 enfants. Les tueries ne s’arrêtent pas pour la prière. Contrairement à Israël, il n’y a pas de Dôme de fer, la force de défense aérienne israélienne tout temps (fortement payée par l’argent des contribuables américains) pour protéger la population de Gaza. À une époque où l’Adhan, l’appel musulman à la prière, et les rires des enfants auraient dû remplir les rues la nuit, ils ont plutôt été défilés par les bruits de la mort.

Depuis lors, Israël a régulièrement réprimé toutes les formes de culte des musulmans palestiniens. L’année dernière, Israël a renforcé sa surveillance des Palestiniens en exigeant que les soldats « taguent » les Palestiniens pour les suivre et les surveiller. Cette politique a intensifié l’utilisation des points de contrôle militaires en y stationnant davantage de soldats et en empêchant l’entrée des Palestiniens sans raison, et a empêché les Palestiniens d’accéder à la mosquée Al-Aqsa – le troisième lieu saint de l’Islam – pendant le Ramadan.

Chaque année, Israël provoque régulièrement les Palestiniens qui adorent juste avant le Ramadan. L’année dernière, des soldats israéliens ont pris d’assaut l’Aqsa, expulsant des fidèles, lançant des gaz lacrymogènes et commettant des actes de violence ; ces événements à l’Aqsa pendant le Ramadan ont conduit à une guerre violente à Gaza. Israël sait qu’un afflux de musulmans de toute la Palestine visitent des lieux de culte comme la mosquée Al-Aqsa, alors ils lancent des gaz lacrymogènes aux visiteurs à l’extérieur de la mosquée ou empêchent simplement les gens d’entrer par la porte de Damas.

Le but de cette violence est de rendre la vie des Palestiniens difficile. Cela, bien sûr, met en colère les Palestiniens qui traversent d’innombrables points de contrôle pour pratiquer leur foi, mais se voient refuser l’entrée à la porte alors que les soldats pointent leurs armes sur eux – et permettent simultanément aux colons illégaux de se déplacer librement.

Cette violence s’est poursuivie cette année. Pas plus tard que la semaine dernière, une fillette sourde de onze ans a été hospitalisée après avoir été blessée par une grenade assourdissante alors qu’elle se préparait pour le Ramadan.

La vie des Palestiniens dans des villes comme Jérusalem est remplie de points de contrôle, de murs, de patrouilles et de postes militaires qui restreignent leur droit humain à se déplacer. Pendant le Ramadan, ces points de contrôle deviennent encore plus fastidieux. Depuis qu’ils observent la fête, ces Palestiniens sont sans nourriture ni eau ; ils sont alors parqués comme du bétail, souvent intimidés par les forces d’occupation, se voient refuser l’entrée dans certaines villes de Cisjordanie ou sont emmenés pour interrogatoire. Un Palestinien qui travaille dans la ville de Naplouse pourrait se voir refuser l’entrée sur le chemin du retour vers une ville voisine de Ramallah ; dans ce cas, il serait obligé de faire demi-tour et de rompre son jeûne loin de chez lui.

Les raids nocturnes israéliens sont également devenus de plus en plus populaires pendant le Ramadan. Les forces d’occupation israéliennes mènent des raids nocturnes sur les villes palestiniennes depuis 1967, soit dans l’espoir de désorienter les familles en tentant de démolir leurs maisons, soit de démanteler leurs mouvements vers la libération. Les raids nocturnes ne s’arrêtent pas pendant le Ramadan ; Que ce soit dans une mosquée ou à la maison, les soldats terrorisent les familles palestiniennes avant, pendant et après leur jeûne – ou au milieu de la nuit pendant que les musulmans récitent le Coran.

En plus de la brutalité physique de l’occupation, Israël contrôle la grande majorité de l’eau palestinienne, et les colons israéliens brûlent des terres agricoles et des oliviers avec le soutien de l’armée d’occupation. Les dattes Medjool, qui proviennent de fermes appartenant à des Palestiniens à Jéricho, sont souvent volées par l’occupation, reconditionnées et commercialisées comme des « dattes israéliennes authentiques ». Les dates sont la pierre angulaire de la façon dont les musulmans rompent leur jeûne dans le monde, car on pense qu’elles sont la façon dont le prophète Muhammad (paix soit sur lui) a rompu son jeûne. Pendant qu’ils jeûnent et attendent le coucher du soleil, les Palestiniens n’ont pas accès à la nourriture, à l’eau ou aux produits de la terre.

Ramadan après Ramadan, le peuple de Palestine est mis à l’épreuve. Mais l’esprit palestinien survivra à l’occupation. J’imagine souvent à quoi ressemblerait le Ramadan si la Palestine n’était jamais occupée. L’eau de Gaza ne serait pas contaminée ; des centaines d’enfants ne seraient pas illégalement incarcérés pendant le mois sacré ; les écoles, les maisons et les mosquées n’auraient jamais été démolies ; et le peuple palestinien aurait l’entière liberté de pratiquer sa foi.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire