Pour le Sommet des Amériques de Biden, la poignée de main d’Obama avec Raúl Castro montre la voie

0
46

Source de la photographie : Chuck Kennedy – Domaine public

Le 16 mai, l’administration Biden a annoncé de nouvelles mesures pour « accroître le soutien au peuple cubain ». Il s’agissait notamment d’assouplir les restrictions de voyage et d’aider les Cubains-Américains à soutenir et à se connecter avec leurs familles. Ils marquent un pas en avant mais un petit pas, étant donné que la plupart des sanctions américaines contre Cuba restent en place. Une politique ridicule de l’administration Biden est également en place pour tenter d’isoler Cuba, ainsi que le Nicaragua et le Venezuela, du reste de l’hémisphère en les excluant du prochain Sommet des Amériques qui aura lieu en juin à Los Angeles.

C’est la première fois depuis son rassemblement inaugural en 1994 que l’événement, qui a lieu tous les trois ans, aura lieu sur le sol américain. Mais plutôt que de rassembler l’hémisphère occidental, l’administration Biden semble déterminée à le séparer en menaçant d’exclure trois nations qui font certainement partie des Amériques.

Depuis des mois, l’administration Biden laisse entendre que ces gouvernements seraient exclus. Jusqu’à présent, ils n’ont été invités à aucune des réunions préparatoires et le Sommet lui-même est maintenant dans moins d’un mois. Alors que l’ancienne attachée de presse de la Maison Blanche Jen Psaki et le porte-parole du département d’État Ned Price ont répété qu'”aucune décision” n’a été prise, le secrétaire d’État adjoint Brian Nichols a déclaré dans une interview à la télévision colombienne que les pays qui “ne respectent pas la démocratie ne vont pas recevoir des invitations.

Le plan de Biden pour choisir les pays qui peuvent assister au Sommet a déclenché un feu d’artifice régional. Contrairement au passé, lorsque les États-Unis avaient plus de facilité à imposer leur volonté à l’Amérique latine, il existe aujourd’hui un sentiment d’indépendance féroce, en particulier avec une résurgence de gouvernements progressistes. Un autre facteur est la Chine. Alors que les États-Unis ont toujours une présence économique majeure, la Chine a dépassé les États-Unis en tant que premier partenaire commercial, donnant aux pays d’Amérique latine plus de liberté pour défier les États-Unis ou au moins établir un terrain d’entente entre les deux superpuissances.

La réaction de l’hémisphère à l’exclusion de trois États régionaux est le reflet de cette indépendance, même parmi les petites nations des Caraïbes. En fait, les premiers mots de défi sont venus des membres de la Communauté Caribéenne des 15 nations, ou Caricom, qui ont menacé de boycotter le Sommet. Puis est venu le poids lourd régional, le président mexicain Manuel López Obrador, qui a étonné et ravi les gens de tout le continent lorsqu’il a annoncé que, si tous les pays n’étaient pas invités, il ne participerait pas. Les présidents de la Bolivie et du Honduras ont rapidement suivi avec des déclarations similaires.

L’administration Biden s’est mise dans une impasse. Soit il recule et lance les invitations, jetant de la viande rouge aux politiciens américains de droite comme le sénateur Marco Rubio pour avoir été «indulgents avec le communisme», soit il reste ferme et risque de faire sombrer le Sommet et l’influence américaine dans la région.

L’échec de Biden dans la diplomatie régionale est d’autant plus inexplicable compte tenu de la leçon qu’il aurait dû apprendre en tant que vice-président lorsque Barack Obama a été confronté à un dilemme similaire.

C’était en 2015, quand, après deux décennies d’exclusion de Cuba de ces sommets, les pays de la région ont baissé les bras et exigé que Cuba soit invitée. Obama a dû décider de sauter la réunion et de perdre son influence en Amérique latine, ou d’aller faire face aux retombées nationales. Il a décidé d’y aller.

Je me souviens très bien de ce sommet parce que j’étais parmi la foule de journalistes qui se bousculaient pour obtenir un siège avant lorsque le président Barack Obama devait saluer le président cubain Raúl Castro, arrivé au pouvoir après la démission de son frère Fidel Castro. La poignée de main capitale, le premier contact entre les dirigeants des deux pays depuis des décennies, a été le point culminant du sommet.

Obama n’était pas seulement obligé de serrer la main de Castro, il devait aussi écouter une longue leçon d’histoire. Le discours de Raúl Castro était un récit sans limites des attaques américaines passées contre Cuba, y compris l’amendement Platt de 1901 qui a fait de Cuba un protectorat américain virtuel, le soutien américain au dictateur cubain Fulgencio Batista dans les années 1950, la désastreuse invasion de la Baie des Cochons en 1961 et la scandaleuse prison américaine de Guantanamo. Mais Castro a également été gracieux envers le président Obama, affirmant qu’il n’était pas responsable de cet héritage et le qualifiant d'”honnête homme” d’origine modeste.

La réunion a marqué une nouvelle ère entre les États-Unis et Cuba, alors que les deux nations ont commencé à normaliser leurs relations. C’était gagnant-gagnant, avec plus de commerce, plus d’échanges culturels, plus de ressources pour le peuple cubain et moins de Cubains émigrant aux États-Unis. La poignée de main a conduit à une véritable visite d’Obama à La Havane, un voyage si mémorable qu’il apporte toujours de grands sourires aux visages des Cubains de l’île.

Puis est venu Donald Trump, qui a sauté le prochain Sommet des Amériques et a imposé de nouvelles sanctions draconiennes qui ont laissé l’économie cubaine en lambeaux, surtout une fois que COVID a frappé et asséché l’industrie touristique.

Jusqu’à récemment, Biden suivait les politiques d’abattage-brûlis de Trump qui ont entraîné d’énormes pénuries et une nouvelle crise migratoire, au lieu de revenir à la politique d’engagement gagnant-gagnant d’Obama. Les mesures du 16 mai visant à étendre les vols vers Cuba et à reprendre les regroupements familiaux sont utiles, mais pas suffisantes pour marquer un véritable changement de politique, surtout si Biden insiste pour faire du Sommet une « invitation limitée uniquement ».

Biden doit agir rapidement. Il devrait inviter toutes les nations des Amériques au Sommet. Il devrait serrer la main de chaque chef d’État et, plus important encore, engager des discussions sérieuses sur des questions brûlantes de l’hémisphère telles que la récession économique brutale causée par la pandémie, le changement climatique qui affecte l’approvisionnement alimentaire et la terrifiante violence armée – tout cela qui alimentent la crise migratoire. Sinon, #RoadtotheSummit de Biden, qui est le compte Twitter du Sommet, ne mènera qu’à une impasse.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/for-bidens-summit-of-the-americas-obamas-handshake-with-raul-castro-shows-the-way/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire