Pour les fabricants d’armes, la guerre en Ukraine est une aubaine pour les profits

0
72

Aujourd’hui, nous assistons à un paradoxe frappant. Les médias occidentaux se sont fait l’écho de toutes sortes d’experts militaires et de sources de renseignement soulignant à quel point la puissance militaire russe était surestimée avant l’invasion ; combien il s’est avéré plus faible que prévu à tous les niveaux, y compris ses capacités logistiques et le déploiement d’armes sophistiquées ; et combien de dommages l’attaque criminelle de Vladimir Poutine contre l’Ukraine a causé à la Russie elle-même, à son économie et à son potentiel militaire. Et pourtant, plusieurs gouvernements de l’OTAN ont saisi l’opportunité de cette guerre, qui affaiblit visiblement la Russie, pour s’engager dans une frénésie d’augmentation des dépenses militaires.

Partout, les complexes militaro-industriels se frottent les mains avec allégresse. Les hauts gradés des armées de l’OTAN recourent à nouveau à la vieille astuce de surestimation des menaces, comme ils le faisaient périodiquement à l’égard de l’Union soviétique pendant la guerre froide, afin de prôner le réarmement. Un tel terme est tout à fait inapproprié, étant donné que les armées de l’OTAN n’ont jamais désarmé pour commencer ; au contraire, ils ont été constamment surarmés pendant la guerre froide et se sont maintenus à des niveaux d’armement excessifs depuis lors. En outre, quelles que soient les livraisons d’armes défensives faites à la résistance ukrainienne, elles ne représentent qu’une infime partie des dépenses militaires en cours – pas même le 1 % de toutes les dépenses de l’OTAN que le président ukrainien réclame.

Non content des dépenses militaires gigantesques actuelles des États-Unis, qui s’élevaient à 782 milliards de dollars l’an dernier – contre 778 milliards de dollars dépensés en 2020, qui représentaient eux-mêmes, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, 39 % des dépenses militaires mondiales, plus de trois fois la Chine (252 milliards de dollars) et plus de douze fois la Russie (61,7 milliards de dollars) – Joe Biden demande maintenant 813 milliards de dollars pour le prochain exercice (773 milliards de dollars pour le Pentagone et 40 milliards de dollars supplémentaires pour les programmes liés à la défense au FBI, ministère de l’Énergie et autres organismes). Selon le sous-secrétaire à la Défense, le contrôleur Michael J. McCord : « Ce budget a été finalisé avant l’invasion de l’Ukraine par Poutine. Il n’y a donc rien dans ce budget qui a spécifiquement été modifié parce qu’il était trop tard pour le modifier si nous le voulions, afin de refléter les spécificités de l’invasion.

L’Allemagne a également saisi l’opportunité de la guerre pour se débarrasser des derniers vestiges de son autolimitation militaire d’après 1945. Cela a de nouveau été confié à un chancelier social-démocrate (SPD), Olaf Scholz, à la suite du précédent de la participation de l’Allemagne au bombardement de la Serbie sous Gerhard Schröder, également du SPD, qui a ensuite reconverti son poste en avantages hautement rémunérés avec l’industrie gazière russe. . Berlin a décidé une vaste et immédiate augmentation ponctuelle de 100 milliards d’euros (110 milliards de dollars) de ses dépenses militaires et une augmentation permanente massive à plus de 2 % du PIB, contre 1 % en 2005 et 1,4 % en 2020. L’Allemagne dépassera ainsi La Grande-Bretagne, qui est devenue l’année dernière le deuxième et le troisième plus gros dépensier militaire de l’OTAN.

Sans surprise, ce regain de frénésie des dépenses militaires se traduit par des jours heureux pour les intérêts industriels impliqués dans la production des moyens de destruction. Un reportage récent dans le quotidien français Le Monde donne un aperçu instructif de l’impact financier de tout cela : après avoir cité Armin Papperger, le patron de Rheinmetall, l’un des principaux fabricants d’armes allemands, qui s’était plaint en janvier de la réticence des fonds d’investissement à travailler avec son entreprise, le journal rapporte que le l’atmosphère a maintenant complètement changé. Elle ajoute que la Commerzbank, l’une des principales banques allemandes, a annoncé sa décision de réorienter une partie de ses investissements vers l’industrie de l’armement.

En France, après une tendance croissante au désinvestissement financier de l’industrie de l’armement sous la pression des citoyens pour une responsabilité éthique – notamment à la lumière de l’affreuse contribution des ventes d’armes occidentales à la destruction du Yémen par le royaume saoudien – Guillaume Muesser, directeur de la défense et des affaires économiques pour l’Association des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales, Le Monde que « l’invasion de l’Ukraine change la donne. Cela montre que la guerre est toujours à l’ordre du jour, à nos portes, et que l’industrie de la défense est très utile.

Il n’est pas difficile d’imaginer l’euphorie qui règne actuellement parmi les fabricants de machines de la mort aux États-Unis, comme Lockheed Martin, la plus grande entreprise de production d’armes au monde. L’Allemagne a décidé d’acheter ses avions furtifs F-35, dont la capacité à transporter des armes nucléaires a été explicitement mentionnée comme un argument clé pour opter pour eux, bien que l’Allemagne ne dispose pas d’armes nucléaires propres. Le coût unitaire de ces avions est de près de 80 millions de dollars. Le cours de l’action de Lockheed Martin a culminé à 469 dollars le 7 mars à la suite de l’annonce allemande, contre 327 dollars le 2 novembre dernier, soit une augmentation de 43,4 % en seulement quatre mois.

Le changement d’humeur mondiale depuis la fin de l’année dernière est stupéfiant. En décembre dernier, un appel signé par plus de cinquante lauréats du prix Nobel appelait à l’adoption de ce qu’ils appelaient « une proposition simple pour l’humanité » :

Les gouvernements de tous les États membres de l’ONU devraient négocier une réduction conjointe de leurs dépenses militaires de 2 % chaque année pendant cinq ans. La justification de la proposition est simple : 1. Les nations adverses réduisent leurs dépenses militaires, de sorte que la sécurité de chaque pays est accrue, tandis que la dissuasion et l’équilibre sont préservés. 2. L’accord contribue à réduire l’animosité, diminuant ainsi le risque de guerre. 3. De vastes ressources — un « dividende de la paix » pouvant atteindre 1 000 milliards de dollars d’ici 2030 — sont mises à disposition. Nous proposons que la moitié des ressources libérées par cet accord soient affectées à un fonds mondial, sous la supervision de l’ONU, pour faire face aux graves problèmes communs de l’humanité : pandémies, changement climatique et extrême pauvreté.

Peut-être une telle proposition peut-elle être considérée comme naïve ou utopique. Pourtant, il est bien inscrit dans la Charte des Nations Unies parmi les fonctions de l’Assemblée générale :

L’Assemblée générale peut examiner les principes généraux de coopération pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, y compris les principes régissant le désarmement et la réglementation des armements, et peut faire des recommandations concernant ces principes aux Membres ou au Conseil de sécurité ou aux deux.

L’invasion russe de l’Ukraine devrait être un signal d’alarme pour le mouvement anti-guerre mondial, dont de grandes sections ont négligé ces objectifs pacifistes afin de se concentrer exclusivement sur l’opposition politique aux gouvernements occidentaux. L’actuelle saisie opportuniste de la guerre comme prétexte à une augmentation majeure du bellicisme et des dépenses militaires renverse fondamentalement les leçons qu’il faut tirer de la tragédie en cours.

Loin de justifier de telles attitudes, l’invasion russe de l’Ukraine a montré le risque élevé que comportent les postures militaristes. Et aucune augmentation des dépenses militaires ne modifiera l’équilibre fondamental des forces avec la Russie, un pays qui possède plus d’ogives nucléaires que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France réunis, et dont le président n’a pas hésité à brandir la menace de recourir à sa force nucléaire .

Le mouvement anti-guerre devrait soutenir l’appel des lauréats du prix Nobel et lancer une campagne mondiale coordonnée exigeant que l’Assemblée générale des Nations Unies inscrive les propositions de l’appel à son ordre du jour. Il est aujourd’hui plus clair que jamais qu’il ne peut y avoir d’avancées sérieuses notamment dans la lutte contre le changement climatique, dont dépend l’avenir de l’humanité, sans une réduction et une reconversion massives des dépenses militaires, elles-mêmes source majeure de pollution, de décès , et la misère.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire