Pour les peuples de notre région, l’échec du Sommet des Amériques de Biden serait un événement bienvenu

0
42

Le Sommet des Amériques n’est pas la propriété du pays hôte. Les États-Unis n’ont pas le droit d’exclure Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, mais ils l’ont fait au mépris de leur souveraineté. Les États-Unis ne sont pas aptes à juger les autres ou à être responsables du rapprochement des nations. Chaque dirigeant de l’hémisphère devrait boycotter ce qui est devenu une farce.

J’applaudis la décision du président mexicain Andrés Manuel López Obrador de ne pas assister au soi-disant Sommet des Amériques de cette semaine à Los Angeles et j’espère que d’ici mercredi, la majorité des nations de notre région se seront jointes à lui. Cependant, j’espère que contrairement au président Lopez Obrador qui envoie toujours le ministre mexicain des Affaires étrangères, d’autres nations démontreront que leur dignité ne peut être contrainte et rester complètement à l’écart. Pourquoi est-ce que je prends cette position ?

Si la menace de l’administration Biden en tant qu’hôte du Sommet de ne pas inviter Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, toutes des nations souveraines de la région des Amériques, n’était pas assez scandaleuse, la justification annoncée selon laquelle l’administration n’a pas invité ces nations en raison de leur record des droits et la gouvernance autoritaire est une indignité absurde qui ne peut être ignorée.

Je crois fermement que les États-Unis ne devraient pas être autorisés à subvertir, dégrader et humilier les nations et les peuples de notre région en toute impunité ! Une ligne de démarcation doit être tracée entre les nations et les peuples qui représentent la démocratie et la vie et l’hégémonie parasitaire du Nord qui ne peut offrir que la dépendance et la mort. Les États-Unis ont fait leur choix qui se reflète dans leurs documents publics. « Dominance sur tout le spectre » est son objectif déclaré. En d’autres termes, faire la guerre aux peuples de nos régions et, en fait, au monde pour maintenir l’hégémonie mondiale. Elle a choisi la guerre, il faut choisir la résistance – là-dessus, il ne peut y avoir de compromis !

Les peuples de notre région le comprennent. Il est historiquement impératif que les représentants des États de notre région acceptent cela et s’engagent dans la résistance et la solidarité avec les États qui subissent la pression la plus intense de l’empire. L’engagement rhétorique envers Cuba, le Nicaragua et le Venezuela ne suffit pas. Le peuple veut des actions qui vont au-delà de simples dénonciations de l’impérialisme. Le peuple est prêt à se battre.

Et une partie de ce combat comprend la guerre idéologique de position. Nous ne pouvons pas permettre aux États-Unis d’obscurcir leur histoire meurtrière en habillant cette histoire d’un joli langage sur les droits de l’homme.

L’idée que les États-Unis, ou n’importe quelle nation occidentale d’ailleurs, impliquée dans le projet impérialiste en cours, puisse sérieusement se considérer comme un protecteur des droits de l’homme est bizarre et dangereuse, et doit être contrée. Le fait que les États-Unis tentent encore de faire avancer cette fiction reflète soit le comble de l’arrogance, soit une société et une administration prises dans l’emprise d’une psychose nationale collective. Je suis convaincu que c’est les deux, mais j’en reparlerai plus tard.

Une rupture cognitive par rapport à la réalité objective, l’incapacité à se situer en relation avec les autres êtres humains individuellement et collectivement dans le monde matériel sont autant de symptômes de troubles mentaux sévères. Pourtant, il semble que ce soit la condition qui structure la constitution psychique de tous les dirigeants des États-Unis et de l’Occident collectif.

C’est ce que j’ai appelé la psychopathologie de la suprématie blanche :

Un trouble cognitif narcissique racialisé qui centre la civilisation dite blanche et européenne et rend les affligés incapables de percevoir la réalité objective de la même manière que les autres. Ce mal n’est pas réductible à la race des soi-disant blancs mais peut toucher tous ceux qui sont entrés en contact avec les mécanismes idéologiques et culturels du projet colonial paneuropéen.

Sinon, comment pouvez-vous expliquer les perceptions de soi des États-Unis et de l’Occident, responsables des crimes les plus horribles contre l’humanité dans les annales de l’histoire humaine du génocide, de l’esclavage, des guerres mondiales, des holocaustes européens, africains et autochtones, des guerres et de la subversion depuis 1945 qui ont entraîné la perte de plus de 30 millions de vies – mais affirment ensuite leur innocence, leur supériorité morale et leur droit de définir le contenu et l’étendue des droits de l’homme ?

Aileen Teague de l’Institut Quincy souligne que la position des États-Unis sur la désinvitation des nations au Sommet des Amériques en raison de leur prétendue «gouvernance autoritaire» est «hypocrite» et «incohérente», notant le soutien historique des États-Unis aux dictateurs latino-américains lorsque cela est pratique pour la politique américaine.

Mais est-ce vraiment hypothétique ou incohérent ? Je crois que non. Les décideurs américains opèrent à partir d’un cadre éthique et philosophique qui a informé la pratique coloniale occidentale dans laquelle l’humanité racialisée s’est divisée entre ceux qui ont été placés dans la catégorie des «humains» qui était constitutive de la catégorie historiquement élargie des «blancs» par rapport à tous les autres. qui n’était « pas blanc », et donc pas entièrement humain.

Les « autres » pendant la conquête coloniale n’avaient littéralement aucun droit que les Européens étaient tenus de reconnaître et de respecter, des droits fonciers à leur vie même. Par conséquent, pour les colonialistes européens, ils ne perçoivent aucune contradiction éthique dans leur traitement des « autres » et ne se jugent pas comme s’écartant de leurs principes et valeurs. C’est ce que tant de non-Européens ne comprennent pas. Lorsque les Européens parlent de leurs « valeurs traditionnelles », il faut comprendre que ces valeurs signifient que nous, les non-Européens colonisés et exploités, ne sommes pas reconnus dans notre pleine humanité.

Y a-t-il une autre manière d’expliquer l’impressionnante solidarité des « peuples blancs » envers l’Ukraine à l’opposé des drames du Yémen, des six millions de morts au Congo, en Irak… la liste est longue.

C’est pourquoi il était si juste que l’Alliance noire pour la paix (BAP) appelle au boycott du Sommet des Amériques par tous les États de notre région. BAP a fait valoir que les États-Unis n’avaient aucune position morale ou politique pour accueillir ce rassemblement car ils ont constamment démontré qu’ils ne respectaient pas les principes d’autodétermination et de souveraineté nationale dans la région. Mais plus important encore, il n’a pas respecté la vie des habitants de cette région.

Un boycott n’est que le minimum à faire. Cependant, nous comprenons que ce sera difficile parce que nous connaissons la vindicte de l’hégémonie gringo et les efforts qu’il ira pour affirmer sa domination vicieuse. Dans l’arrogance typique de l’état d’esprit colonial de la suprématie blanche, la Maison Blanche de Biden affirme que le “sommet sera un succès, peu importe qui y assistera”.

Pourtant, si Biden est assis là tout seul, aucune forme de volonté ou de pouvoir de définition n’évitera la conclusion évidente que le monde a changé, et avec ce changement, l’équilibre des pouvoirs s’éloigne des États-Unis.

Et les gens disent : que ce soit fait !

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/for-the-peoples-of-our-region-the-failure-of-bidens-summit-of-the-americas-would-be-a-welcome-event/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire