Pour mettre fin à “l’enfer sur terre”, les États-Unis doivent libérer les réserves de 7 milliards de dollars de l’Afghanistan

0
51

Cette histoire a été initialement publiée dans openDemocracy le 19 juillet 2022. Elle est partagée ici avec permission sous une licence Creative Commons.

“Enfer sur Terre.” C’est ainsi que le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, David Beasley, décrit la plus grande crise humanitaire au monde en Afghanistan. Vingt millions de personnes – près de la moitié de la population du pays – sont confrontées à une faim aiguë. Les rapports de personnes vendant leurs reins pour acheter de la nourriture sont devenus alarmants.

Ce cauchemar éveillé est un choix politique du gouvernement américain. Lorsque les talibans sont devenus le gouvernement de facto en août 2021, l’administration Biden a décidé de refuser à la banque centrale afghane, Da Afghanistan Bank (DAB), l’accès à la plupart de ses réserves internationales de plus de 7 milliards de dollars aux États-Unis. Sans accès aux réserves de change, il est pratiquement impossible pour la DAB de remplir ses fonctions de base de banque centrale. Et sans banque centrale fonctionnelle, l’effondrement économique était presque inévitable.

Ce cauchemar éveillé est un choix politique du gouvernement américain.

Le blocage des avoirs de la DAB et le décret présidentiel ultérieur réservant la moitié de ces avoirs à l’indemnisation potentielle des victimes des attentats du 11 septembre ont été largement condamnés par les législateurs, les économistes, les experts des droits de l’homme de l’ONU, les organisations de la société civile, le 11 septembre les familles des victimes et les Afghans ordinaires.

Après des mois de pression, on rapporte maintenant que l’administration Biden est en pourparlers avec les talibans pour un mécanisme encore indéterminé permettant d’utiliser la moitié des actifs pour aider à faire face à la crise.

Mais alors que diverses solutions de contournement ont été proposées, je sais – en tant qu’ancien directeur général de la Banque centrale de l’Équateur – qu’il n’y a qu’une seule voie qui peut enrayer cette crise et aider à mettre fin aux souffrances du peuple afghan : permettre à la DAB d’accéder immédiatement à ses réserves de change dans leur intégralité.

Banques centrales : “rôle indispensable”

Les banques centrales jouent un rôle indispensable dans la gouvernance économique, en surveillant la masse monétaire et en équilibrant les objectifs de faible inflation, de stabilité monétaire et de taux d’emploi élevé. Pour remplir ces fonctions, les banques centrales ont besoin de réserves de devises étrangères dignes de confiance, notamment le dollar américain.

Cela est particulièrement important pour une économie comme celle de l’Afghanistan, qui a besoin de devises étrangères pour payer les importations indispensables, notamment les denrées alimentaires et les médicaments. C’est pourquoi, au fil des décennies, la DAB a accumulé des milliards de dollars de réserves de change, à un coût d’opportunité élevé.

Lorsque le DAB a perdu l’accès à ces réserves et que, dans le même temps, l’aide humanitaire s’est brusquement effondrée, il y a eu soudainement une grave pénurie de liquidités disponibles pour acheter des marchandises. Émettre plus d’argent n’était pas une option, car sans devises étrangères pour le sous-tendre, l’afghani (l’unité monétaire du pays) perdrait rapidement de la valeur.

Lorsque la DAB a été empêchée d’accéder à ses réserves déposées à l’étranger, le taux de change afghani/dollar s’est fortement déprécié, provoquant une hausse de l’inflation – en particulier des prix alimentaires. Des millions de foyers ont perdu leur salaire ; les banques privées n’ont pas assez de liquidités pour permettre les retraits ; et, même là où il y a de la nourriture sur les étagères, beaucoup ne peuvent pas se le permettre.

En effet, lorsque la DAB s’est vu interdire l’accès à ses réserves déposées à l’étranger, le taux de change afghani/dollar (qui était assez stable depuis plus de trois ans) s’est fortement déprécié, entraînant une hausse de l’inflation, notamment des prix alimentaires. Des millions de foyers ont perdu leur salaire ; les banques privées n’ont pas assez de liquidités pour permettre les retraits ; et, même là où il y a de la nourriture sur les étagères, beaucoup ne peuvent pas se le permettre.

Utiliser les fonds gelés pour payer l’aide humanitaire ne ferait pas grand-chose pour rétablir une économie viable. Des alternatives comme essayer de réinjecter de la liquidité sur le marché sans passer par le DAB seraient également inadéquates. Cela annulerait des années de développement des capacités DAB (dans lesquelles les États-Unis ont investi massivement) et contribuerait à un environnement inégal et criminogène sans réglementation efficace – sujet à la concentration des liquidités et du pouvoir économique entre quelques mains.

Contourner le DAB avec des liquidités américaines affaiblirait également le système de paiement électronique de la banque centrale et nuirait gravement à son potentiel de prêt aux fins de la reprise économique. En bref, chaque pays a besoin d’une banque centrale, et contourner le DAB maintenant saperait les mandats à long terme de l’institution.

Réserves étrangères : “critiques”

Les fonds seraient plus efficaces s’ils étaient versés à la DAB en totalité et en une seule fois. Les réserves de change servent non seulement lorsqu’elles sont utilisées – par exemple, lorsqu’elles sont échangées contre des importations – mais aussi lorsqu’elles ne sont pas utilisées, en tant que stock de réserve. Le stock global de réserves de change est un indicateur macroéconomique essentiel. Détenir des réserves adéquates indique que la banque centrale dispose des ressources nécessaires pour gérer les sorties potentielles, que la monnaie dispose de filets de sécurité et que le pays est un endroit sûr où faire des affaires.

Les réserves de change peuvent également servir de garantie pour de nouvelles dettes et importations – plus le stock de réserves est important, plus la capacité d’acquérir un financement est grande. Cela est particulièrement critique pour l’Afghanistan, qui dépend des importations, face à la flambée des prix mondiaux des denrées alimentaires.

Comme l’a déclaré le chef du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Afghanistan en novembre, “l’année dernière, l’Afghanistan a importé pour environ 7 milliards de dollars de biens, de produits et de services, principalement des denrées alimentaires… S’il n’y a pas de financement du commerce, l’interruption est énorme”.

Les quelque 7 milliards de dollars que les États-Unis ont gelés – ainsi que les 2 milliards de dollars auxquels le DAB a perdu l’accès lorsque le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse et les Émirats arabes unis ont emboîté le pas – constituent la quasi-totalité des réserves de change du DAB. Les États-Unis ont également une influence de premier plan au Fonds monétaire international (FMI), qui a de facto gelé 440 millions de dollars de « droits de tirage spéciaux » (un actif de réserve international créé par le FMI) pour l’Afghanistan l’année dernière.

Sans accès, le stock de réserves internationales du pays est effectivement nul. S’il n’y a aucune garantie que la DAB aura accès à ses réserves de change, cela compromettra considérablement les tentatives de maîtriser l’inflation ou d’accéder au financement des importations.

En bref, la stabilité économique dépend fortement des attentes. Sans une banque centrale pleinement opérationnelle avec un accès complet à ses réserves de change, les partenaires commerciaux n’auront que peu de raisons de regagner confiance dans l’économie afghane.

Il est compréhensible de craindre que certains de ces fonds puissent être utilisés par les talibans à des fins répréhensibles. Mais le peuple afghan meurt de faim en conséquence directe d’une décision politique illégale et immorale de l’administration Biden. Chaque concession à de fausses solutions, chaque moment passé à négocier assombrit les perspectives de reprise économique et prolonge les souffrances du peuple afghan.

Les faits sont simples. Une économie qui fonctionne nécessite une banque centrale qui fonctionne, et une banque centrale qui fonctionne nécessite un accès total à ses réserves de change. Pour aider à mettre fin à “l’enfer sur terre”, l’administration Biden devrait débloquer la totalité des 7 milliards de dollars à la banque centrale d’Afghanistan.

Source: https://therealnews.com/to-end-hell-on-earth-the-us-must-free-afghanistans-7bn-reserves

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire