Pour sauver les universités américaines, il faut faire grève

0
28

L’université américaine est en crise, et tout le monde le sait.

Les étudiants paient des frais de scolarité de plus en plus exorbitants, comptant sur des prêts à taux d’intérêt usuraires, pour des cours dispensés par des auxiliaires et des diplômés de plus en plus stressés et sous-payés. Selon un rapport du Service Employees International Union’s Adjunct Action, un adjoint à Boston aurait besoin d’enseigner dix-sept à vingt-quatre cours par an simplement pour joindre les deux bouts. Pendant ce temps, les diplômés se débrouillent avec de petites allocations tout en produisant des cours de recherche et d’enseignement de pointe, en espérant que cela mènera à un poste menant à la permanence. Mais ceux-ci sont devenus rares, la majorité des professeurs étant désormais contingents.

Même les quelques étudiants diplômés chanceux qui réussissent à franchir le cap de la permanence font face à de sérieux défis. En plus des attentes élevées en matière de recherche et d’enseignement, ils sont accablés par un important travail de service au sein des comités et de l’administration. Cela ronge le temps qu’ils pourraient autrement consacrer à la fois aux étudiants et à leur propre famille – des familles souvent retardées, perturbées ou déracinées par le processus de recherche d’emploi. En ce qui concerne les professeurs titulaires, beaucoup ne peuvent recevoir une augmentation que via une “offre extérieure” d’une autre institution, ce qui peut être difficile à obtenir sur le marché du travail actuel.

Bien que les spécificités varient selon les institutions et les disciplines, la large caractérisation du milieu universitaire en crise s’applique à tous. Pratiquement tout le monde dans le milieu universitaire est dans une situation difficile et pratiquement tout le monde a tout à gagner d’un changement radical.

Pour effectuer des changements à l’échelle nécessaire pour faire face à la crise, les stratégies standard ne fonctionneront tout simplement pas. Nous le savons parce qu’ils ont été essayés sans relâche : si la pression politique, la plaidoirie interne ou les éditoriaux pouvaient résoudre ce problème, ils l’auraient déjà fait. La crise universitaire est une crise de pouvoir autant que de ressources. Il y a plus qu’assez besoin de professeurs – les populations étudiantes ont augmenté, pas diminué. Mais les priorités budgétaires de nombreuses grandes institutions de quatre ans se sont déplacées vers la construction de nouveaux bâtiments élaborés pour impressionner les bailleurs de fonds et attirer les étudiants.

Afin de défier suffisamment les relations de pouvoir à l’université pour stimuler la transformation, les universitaires doivent faire grève.

La simple menace de grèves a permis d’obtenir des concessions importantes dans les établissements individuels. Dans ma propre institution, Rutgers, les menaces de grève en 2019 ont permis une plus grande équité salariale et des augmentations pour les diplômés. Une récente autorisation de grève à l’Université Howard a également permis d’obtenir des augmentations de salaire pour les professeurs contingents. Contrairement à la pression politique ou au plaidoyer seul, une grève ne peut pas être accueillie avec des demi-mesures ou des distractions. Parce qu’elles perturbent le statu quo et forcent les négociations, les grèves déplacent la conversation sur les conditions des travailleurs, permettant aux travailleurs plutôt qu’aux administrateurs de déterminer quelle réparation est suffisante.

Pour véritablement transformer l’enseignement supérieur par des grèves, les universitaires devront collaborer entre les établissements. Une crise nationale exige une réponse nationale. Les grèves individuelles peuvent améliorer la rémunération des auxiliaires, mais elles ne peuvent résoudre la crise des auxiliaires ou remodeler les structures de gouvernance des universités en limitant les revendications que les travailleurs peuvent faire. Une action de grève coordonnée, d’autre part, a le potentiel de forcer le changement dans les institutions, stoppant et inversant la course actuelle vers le bas.

Même si les grèves individuelles peuvent accomplir plus qu’elles ne l’ont fait jusqu’à présent, elles n’amélioreront probablement les résultats que dans les institutions les plus riches. Les universités d’État et les collèges communautaires souffrent d’une grave diminution à long terme du financement public. Cela reflète les préférences des politiciens plutôt que du public, dont 62 % sont favorables à un financement accru des collèges communautaires. Une large action collective peut mobiliser cette majorité contre les maisons d’État soucieuses d’austérité. Des efforts coordonnés de synchronisation et de communication, jusqu’à et y compris une éventuelle grève générale à l’avenir, pourraient submerger les forces anti-ouvrières au sein des universités et créer une opposition contre elles au-delà de leurs murs.

Les universitaires sont en position de force pour coordonner une action collective dans plusieurs lieux de travail à la fois. Nous assistons à des conférences plusieurs fois par an, entretenons de solides relations de travail et personnelles entre les institutions et partageons un sentiment de conscience et d’expérience de groupe. Dans ma discipline, l’histoire, l’ambiance des étudiants diplômés lors des conférences est similaire à celle de certains des marins du XVIIIe siècle que j’étudie : des camarades réunis par un destin inévitable, chuchotant des histoires d’amis perdus après trois années éprouvantes sur le marché du travail. Il est temps pour une mutinerie.

En nous éloignant du désespoir individuel vers l’espoir et l’action collectifs, les grèves peuvent transformer une sympathie généralisée parmi les travailleurs universitaires en une puissante solidarité. L’action collective peut utiliser et renforcer les liens interinstitutionnels existants, tout en les étendant à travers les disciplines pour autonomiser davantage le travail au sein des universités. Des soutiens et des fondations pour ce type de collaboration, comme la création récente de la Higher Education Labour United, existent déjà.

Faire grève pour sauver l’université demandera aussi de la collaboration dans établissements.

L’importance et le pouvoir du corps professoral titulaire constituent un atout crucial dans toute confrontation avec l’administration. Des unités de négociation plus importantes sont une étape importante pour y parvenir : si exploiter des auxiliaires ou des diplômés signifie risquer une grève de tous les professeurs, il deviendra d’autant plus difficile pour les administrateurs de le faire.

Les professeurs titulaires font de vaillants efforts pour aider leurs propres étudiants diplômés, mais ceux-ci, de par leur nature, ne peuvent pas résoudre le problème plus large auquel nous sommes confrontés. En organisant et en soutenant les efforts de grève, des professeurs titulaires sympathiques peuvent aider les étudiants diplômés à transformer le marché du travail actuel de Thunderdome plutôt que de mieux y concurrencer. Mais il est important que les professeurs titulaires ne participent pas uniquement par sympathie : l’action collective les aidera également à répondre à leurs propres griefs importants, tels que les lourdes charges de service et le manque d’augmentations ou d’augmentations du coût de la vie.

La règle de base est que plus il y a de travailleurs universitaires unis dans la lutte, moins l’administration est capable de rejeter leurs revendications. Pour cette raison, le corps professoral devrait collaborer avec d’autres travailleurs universitaires, comme les travailleurs de la restauration et des installations, pour renforcer le pouvoir et lutter contre les inégalités au sein de nos établissements.

Ce type de solidarité peut être au cœur d’une nouvelle vision de l’université. La crise universitaire n’est qu’un aspect des tendances économiques et sociales plus larges qui affectent tous les travailleurs, de la précarité croissante à la pensée institutionnelle à court terme en passant par la financiarisation. Pour les chauffeurs de covoiturage confrontés à des campagnes législatives pour les empêcher de se syndiquer, peut-être que les préoccupations des universitaires concernant l’adjonction, le problème postdoctoral de la science ou la mort des sciences humaines peuvent sonner creux. Mais ils n’ont pas à le faire si nous recadrons la lutte pour sauver l’université comme faisant partie intégrante de la lutte pour une justice économique plus large.

Les universités peuvent être des centres dirigés par les travailleurs pour s’organiser dans leurs communautés. Ils peuvent orienter le discours public et la création de connaissances vers les objectifs du public plutôt que vers les donateurs scolaires et la minorité riche de la société en général. Les travailleurs universitaires peuvent se battre pour arrêter l’endettement des étudiants, former des organisateurs plutôt que des gestionnaires et contester la légitimité des hiérarchies dans nos écrits et nos conférences. De nombreux universitaires le font déjà.

Cette vision renouvelée et élargie de l’université a le potentiel d’être à la fois populaire et puissante. Pour y parvenir ensemble, nous devons faire quelque chose pour lequel nous sommes notoirement mauvais : arrêter de travailler.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire