Pourquoi certains adolescents palestiniens de Jénine rêvent-ils de « martyre » ? | Conflit israélo-palestinien

0
198

Jénine, Cisjordanie occupée – Les adolescents n’ont pas hésité lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils aspiraient à être quand ils seraient grands. « Martyrs », ont-ils dit à l’unisson, faisant référence au terme utilisé par les Palestiniens pour décrire toute personne tuée par des Israéliens.

Mais lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils aimeraient devenir s’ils ne vivaient pas sous occupation israélienne, un silence timide s’est installé dans le minuscule salon d’un appartement du camp de réfugiés de Jénine où les sept amis, âgés de 14 à 18 ans, étaient réunis. Ils n’avaient pas de réponse.

Au lieu de cela, ils ont commencé à raconter comment ils avaient aidé les combattants palestiniens à répondre à un raid israélien majeur la semaine dernière au cours duquel environ 1 000 soldats dans des véhicules blindés et soutenus par des drones et des missiles ont pris d’assaut le camp. Certains ont dit qu’ils avaient espionné les positions israéliennes et porté des messages. D’autres ont fait des cocktails Molotov. Tous ont dit avoir joué leur rôle.

“Nous n’avons pas peur. Nous sommes habitués à cela », a déclaré Araf, 17 ans.

Ses commentaires reflètent la conviction chez de nombreux jeunes de Jénine que la lutte contre l’occupation est leur principal objectif dans la vie. Face au manque de perspectives d’avenir, aux yeux des jeunes d’ici, la résistance est le seul moyen d’affronter une réalité dans laquelle les soldats israéliens violent leurs maisons, arrêtent leurs parents, voire tuent leurs amis ou leurs proches.

Selon les experts en santé mentale, cela signifie que la mort devient souvent un scénario trop réel.

« Les jeunes regardent le destin de ceux qui les entourent. Ils savent qu’il est probable qu’ils seront confrontés à l’armée et qu’ils pourraient mourir », a déclaré Samah Jabr, qui dirige le département de santé mentale de l’Autorité palestinienne. « Cela fait partie de la réalité qui nous entoure. Pas un seul jour ne passe sans entendre parler d’une nouvelle victime.

Le camp de réfugiés de Jénine est une toile d’araignée de ruelles étroites et de bâtiments délabrés dont les murs sont souvent couverts de bannières surdimensionnées portant les portraits de “martyrs” [Virginia Pietromarchi/Al Jazeera]

« Secouer, ne pas manger »

Le camp de réfugiés de Jénine abrite 14 000 personnes vivant sur moins d’un demi-kilomètre carré. Il a l’un des taux de chômage et de pauvreté les plus élevés de tous les sites de réfugiés en Cisjordanie occupée, selon les chiffres des Nations Unies.

Abu al-Ezz, un ancien entraîneur de gym de 32 ans qui n’a donné que son surnom, a déclaré que ses souvenirs d’enfance sont pleins de lui et de ses amis confrontés aux troupes israéliennes lors d’un raid sur le camp. Cela l’a conduit là où il se trouve aujourd’hui – combattre les forces israéliennes.

«Depuis que nous étions petits», se souvient-il, «quand nous voyions un [military] réservoir, nous avions l’habitude de sauter dessus, d’essayer de le détruire ou de jeter des pots de peinture ou d’huile. Mais c’est le meurtre d’un ami proche par un soldat israélien il y a dix ans qui a poussé Abu al-Ezz à prendre les armes contre Israël.

“Ma vie aurait été simple… [but] sa mort m’a beaucoup affecté », a déclaré Abu al-Ezz, qui est maintenant membre des Brigades de Jénine, un groupe armé qui mène des attaques contre les points de contrôle israéliens et s’engage dans des affrontements armés lors des raids de l’armée israélienne.

“Il n’y a aucun moyen qu’Israël nous laisse le choix sauf celui de la résistance armée”, a-t-il déclaré.

Cet esprit est évident à travers Jénine, une ville qui est devenue un symbole du défi palestinien. Son camp de réfugiés est un dédale de ruelles étroites et de bâtiments délabrés ornés de bannières à l’effigie de « martyrs ».

Israël ne le voit pas comme le fait Abu al-Ezz. La semaine dernière, le gouvernement a déclaré qu’il voulait éliminer les “terroristes” alors qu’il lançait sa plus grande offensive militaire sur le camp depuis des décennies. Douze Palestiniens, dont trois enfants, ont été tués. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié l’opération terrestre et aérienne de succès et a déclaré que d’autres étaient à venir.

Pour les résidents, l’attaque de 48 heures a été une autre expérience traumatisante. Ils ont décrit comment les soldats israéliens ont pointé des armes sur eux tout en abattant les murs de leurs maisons pour creuser des tunnels à travers les appartements et cacher leurs mouvements aux combattants de la résistance. Certains ont été menottés pendant des heures alors que les troupes israéliennes utilisaient leurs maisons comme bases pour des attaques.

Manassa al-Khabir a déclaré que sa fille de sept ans, Mila, « tremblait depuis. … Elle ne mange pas du tout et continue de regarder par la fenêtre pour voir s’il y a des tireurs embusqués.

“Elle n’arrête pas de demander s’ils sont sur le point de revenir”, a déclaré al-Khabir.

PIC NAME: 3 - Un rapport de Save the Children a révélé que 86% des enfants arrêtés par les forces israéliennes sont battus à un moment donné et 69% sont fouillés à nu [Virginia Pietromarchi/Al Jazeera]
Un rapport de Save the Children a révélé que 86 % des enfants arrêtés par les forces israéliennes sont battus à un moment donné et 69 % sont fouillés à nu. [Virginia Pietromarchi/Al Jazeera]

Des enfants arrêtés et battus

Jusqu’à 1 000 enfants palestiniens sont arrêtés par les forces israéliennes chaque année, selon un rapport publié cette semaine par Save the Children. De nombreuses arrestations concernent des jets de pierres, pour lesquels ils peuvent être emprisonnés jusqu’à 20 ans.

Il a révélé que 86% d’entre eux sont battus à un moment donné et 69% sont fouillés à nu. Près de la moitié sont blessés lors de leur arrestation, notamment des blessures par balle et des fractures.

« Ce sont les seuls enfants au monde à faire l’objet de poursuites systématiques devant des tribunaux militaires », a déclaré Jason Lee, directeur national de Save the Children dans le territoire palestinien occupé.

“Il n’y a tout simplement aucune justification pour battre et déshabiller des enfants, les traiter comme des animaux ou les priver de leur avenir.”

4 - Sadil Naghnaghieh, 14 ans, a été abattu par un tireur d'élite israélien deux semaines avant le dernier raid [Virginia Pietromarchi/Al Jazeera]
Sadil Naghnaghieh, 14 ans, a été abattu par un tireur d’élite israélien deux semaines avant le dernier raid [Virginia Pietromarchi/Al Jazeera]

Sentiment d’identité

Les experts en santé mentale et les éducateurs disent qu’il est important de donner aux jeunes frustrés une idée de qui ils sont en tant qu’individus pour leur donner de l’espoir et les éloigner progressivement du désespoir.

Mustafa Sheta est le directeur du Freedom Theatre, qui utilise l’art pour responsabiliser les jeunes Palestiniens du camp de réfugiés de Jénine et encourager l’expression créative comme méthode pour faire face aux difficultés de la vie quotidienne sous l’occupation.

« Nous nous efforçons de les pousser à se demander ‘Qui suis-je ? Et quel avantage puis-je apporter ? », a déclaré Sheta, « parce que la décision d’être des martyrs découle du peu de valeur qu’ils accordent à leur vie.

Les enseignants disent que le défi consiste souvent à occuper les enfants en dehors de la classe et à l’écart de la violence qui les entoure.

“Nous essayons de leur parler de l’avenir, d’être mères, médecins, ingénieurs – pour leur faire comprendre qu’elles peuvent avoir un rôle [in society]», a déclaré Uhmud Ahmad, enseignant dans une école dirigée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Mais la réalité revient souvent.

Dans une salle de classe au premier étage d’une des écoles gérées par l’ONU, un groupe de filles se rassemble autour d’un bureau vide avec une rose rouge dessus. À côté de la rose se trouve une photo de Sadil, l’un de leurs camarades de classe qui a été abattu par un tireur d’élite israélien deux semaines avant le dernier raid.

“Comment puis-je imaginer ce que je serai dans 10 ans alors que je ne suis pas sûr de me réveiller demain ?” a demandé Salma Firaz, 15 ans, assise au bureau à côté de celui de Sadil.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/7/14/why-do-some-palestinian-teens-in-jenin-dream-of-martyrdom

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire