Pourquoi être socialiste aujourd’hui ?

0
358

En février 1917, alors que l’Europe se déchirait dans le carnage de la Première Guerre mondiale, un groupe de jeunes socialistes de la région italienne du Piémont publia une brochure intitulée La future ville (La ville du futur). La brochure a été écrite par Antonio Gramsci, 26 ans, qui deviendra plus tard célèbre en tant que pionnier du mouvement communiste italien et auteur du Carnets de prisonécrit pendant sa longue détention sous le régime fasciste de Benito Mussolini.

Dans La future ville, Gramsci a lancé une tirade amère contre l’indifférence. « L’indifférence est une force puissante dans l’histoire », écrit-il. « Elle opère passivement, mais elle opère quand même… Le destin qui semble dominer l’histoire n’est que l’apparence trompeuse de cette indifférence, de cet absentéisme. Peu de mains, soumises à aucun contrôle, tissent le tissu collectif, et la multitude l’ignore parce qu’elle s’en moque.

« Je déteste les indifférents. je crois, comme [nineteenth century German poet and playwright] Friedrich Hebbel l’a fait, que « vivre, c’est être partisan »… Je vis. Je suis partisan. C’est pourquoi je déteste ceux qui ne participent pas. C’est pourquoi je déteste les indifférents.

Que peut-on en tirer aujourd’hui ? Tout d’abord, une précision : il n’est pas vraiment vrai, comme le sous-entend Gramsci, que la classe dirigeante (ces « quelques mains » qui « tissent le tissu collectif ») s’en sortent avec leurs crimes et façonnent l’histoire selon leurs caprices principalement parce que la classe ouvrière les gens (« la multitude ») ne s’en soucient tout simplement pas. Si c’était le cas, il serait alors impossible d’obtenir un changement radical de l’ordre existant.

La plupart du temps, la majorité des gens vivent leur vie quotidienne d’une manière conforme aux exigences du système dans lequel ils vivent. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils le font avec plaisir. Il est courant que les gens se sentent insatisfaits ou en colère contre le monde tout en apparaissant de l’extérieur comme indifférents à son égard.

Le capitalisme ne pourrait pas fonctionner efficacement s’il en était autrement. Si les gens avaient tendance à réagir immédiatement à leurs sentiments d’insatisfaction ou de colère – que ce soit à propos de leur situation personnelle ou de l’état du monde en général – il serait très difficile de maintenir l’ordre. La classe dirigeante le sait et a à sa disposition de nombreux moyens pour encourager les gens, aussi insatisfaits ou en colère qu’ils puissent se sentir, à avaler et à “se mettre au travail”.

Par exemple, il y a la contrainte économique de devoir travailler pour un patron pour payer les nécessités de base comme la nourriture et le logement. Lorsque cela échoue, il y a aussi la force brute de la police et des prisons. Il y a aussi le système éducatif, les médias de masse, etc., qui nous bombardent, du berceau à la tombe, de propagande pro-système.

Il est cependant impossible pour la classe dirigeante d’éradiquer complètement l’esprit de résistance engendré parmi « la multitude » par les conditions de vie sous le capitalisme. Et lorsque le système entre en crise – comme il le fait régulièrement, que ce soit par la récession, la guerre, la pandémie ou l’une des nombreuses autres afflictions – ces sentiments de colère refoulés peuvent rapidement remonter à la surface et se transformer en rébellion ouverte.

Gramsci en a fait l’expérience. Moins d’un mois après avoir écrit La future ville, la Russie a explosé en révolution. Ouvriers, soldats et paysans (une « multitude » s’il en est) se sont soulevés comme un seul, libérant un tel torrent de rage contre la guerre et le régime tsariste au pouvoir que l’ordre établi a été emporté en quelques jours. Inspirés par l’exemple russe, les travailleurs d’Europe se sont soulevés dans les mois et les années qui ont suivi, mettant fin à la Première Guerre mondiale et menaçant de renverser le capitalisme d’un bout à l’autre du continent.

L’Italie n’a pas fait exception. « La nouvelle de la révolution de mars en Russie a été accueillie à Turin avec une joie indescriptible », raconte Gramsci dans son histoire de 1921 du mouvement des conseils d’usine de Turin. « Lorsqu’en juillet 1917 la mission en Europe occidentale du [Russian revolutionaries] Arrivés à Turin, les délégués Smirnov et Goldenberg, qui se présentent devant une foule de cinquante mille ouvriers, sont accueillis aux cris assourdissants de « Vive Lénine ! Vive les bolcheviks !’ » A l’été et à l’automne 1917, écrit Gramsci, « pas un mois ne s’est passé sans que les ouvriers turinois ne se soulèvent les armes à la main contre l’impérialisme et le militarisme italien ».

Avec quelle rapidité l’indifférence apparente que déplorait Gramsci dans La future ville passée en révolte ouverte contre le système, et combien de fois avons-nous vu la même chose se produire depuis ! Encore et encore, tout au long du XXe siècle et dans le nouveau millénaire, des révoltes ont surgi comme si elles sortaient de nulle part, prenant par surprise les classes dirigeantes et les révolutionnaires. Il en a été de même avec les révolutions du bloc de l’Est contre le supposé «monolithe» du stalinisme en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968 et en Pologne en 1980. Il en a été de même avec le soulèvement de mai 1968 en France, le printemps arabe de 2011 et plus récemment celui de 2020. La rébellion Black Lives Matter aux États-Unis.

Le capitalisme est un système de crise perpétuelle qui sacrifie les besoins et les désirs de la masse des gens aux profits des grandes entreprises et des riches. Et parce que les gens s’en soucient, peu importe à quel point les perspectives de changement peuvent sembler désespérées, nous pouvons être sûrs que, tout comme à l’époque de Gramsci, la révolution viendra.

Comment les révolutions peuvent gagner est une autre question. La rage élémentaire de la masse des gens contre le système qui se produit dans la révolution n’est, à elle seule, pas suffisante. L’autre chose nécessaire est l’organisation. Le révolutionnaire russe Léon Trotsky l’a bien exprimé dans son Histoire de la révolution russe. “Sans une organisation directrice”, écrit-il, “l’énergie des masses se dissiperait comme de la vapeur non enfermée dans une boîte à pistons”.

Gramsci l’a appris par expérience. Nulle part en dehors de la Russie une organisation comme les bolcheviks n’existait avant le déclenchement de la révolution. Les révolutionnaires d’Europe occidentale ont travaillé sans relâche pour les construire, mais la tâche de gagner un public de masse pour une stratégie révolutionnaire claire s’est avérée au-delà d’eux.

La marée révolutionnaire refluait avant que les partis communistes en Italie et ailleurs ne soient prêts à assurer une direction cohérente. En Italie, ce qui s’ensuivit fut une réaction fasciste. Mussolini est arrivé au pouvoir en octobre 1922. Le Parti communiste italien a été interdit en 1926. Gramsci a passé la majeure partie de sa vie en prison. Le mouvement communiste en Allemagne a été écrasé de la même manière, au début des années 1930, sous les bottes des nazis.

Pour réussir, les révolutionnaires doivent constituer leurs organisations avant les moments de révolte. Cela nous ramène à la colère de Gramsci contre les indifférents. Lu comme une attaque contre la masse des travailleurs, il passe à côté de la plaque. Cependant, il est douteux qu’il l’ait voulu ainsi.

Les arguments en La future ville n’étaient pas destinés à un public de masse de travailleurs. Ils s’adressaient à une minorité – les jeunes travailleurs et les étudiants principalement – ​​déjà sensibilisée à la politique. Gramsci tentait d’éveiller les consciences de ceux qui se souciaient déjà des crimes de la classe dirigeante, qui reconnaissaient la nécessité d’un changement radical, mais qui n’avaient pas encore pris sur eux la responsabilité de lutter pour cela. Son pamphlet vise à gagner cette minorité au rang des « partisans » organisés du socialisme, ceux qui ouvriront ensemble la voie vers « la ville du futur ».

Lue ainsi, l’invective de Gramsci semble plus appropriée. Il a été conçu comme une provocation, et vu comme tel, il conserve sa force. Il pointe du doigt ceux qui aiment se plaindre de la société sans se salir les mains, ce qu’il appelle les “gémissements des éternels innocents”. « J’exige, écrivait-il, qu’ils rendent compte de la manière dont ils ont rempli le devoir que la vie leur a conféré et leur confère chaque jour ; qu’ils rendent compte de ce qu’ils ont fait et surtout de ce qu’ils n’ont pas fait ».

Être socialiste signifie avoir le courage de regarder notre monde tel qu’il est réellement et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Cela signifie ne pas se contenter d’illusions réconfortantes sur la façon dont les nombreux crimes et injustices du capitalisme peuvent d’une manière ou d’une autre être réparés avec juste un peu de bricolage ici et là – par la charité, les efforts de lobbying des ONG ou les réformes douces d’un régime parlementaire. faire la fête. Cela signifie reconnaître la lutte des classes au cœur du capitalisme et prendre le parti des travailleurs. C’est, enfin, participer à la construction de l’organisation politique.

La future ville a été écrit, comme le ton exaspéré de Gramsci peut le suggérer, à la fin d’une période où très peu de gens étaient prêts à le faire. Les socialistes étaient si isolés dans les premières années de la Première Guerre mondiale que Vladimir Lénine, le dirigeant bolchevique, a pensé qu’il était peu probable qu’il assiste à une révolution de son vivant.

Il y a de l’héroïsme à faire partie des rares personnes prêtes à prendre position. Gramsci l’a identifié en février 1917, dans le respect et la camaraderie qu’il ressentait pour ceux qui, malgré leur isolement, combattaient à ses côtés. Leur lutte commune inspirait espoir et confiance. « Je vis », écrit-il, « et je ressens déjà dans les consciences vigoureuses de mon côté l’œuvre palpitante de la ville future que mon côté est en train de construire ».

Si vous regardez l’immense destruction provoquée par le capitalisme, les inégalités et les injustices qui semblent s’aggraver de jour en jour, et que vous ressentez de la rage dans votre cœur, alors vous appartenez aux partisans organisés du socialisme.

Source: https://redflag.org.au/article/why-be-socialist-today

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire