Pourquoi il est important de sauver le Kyiv Post indépendant

0
57

Quand je suis retourné en Ukraine pour travailler pour le Kyiv Post, j’avais un vague projet de rester trois ans. Deux ans à parcourir la ville de ma naissance en tant que journaliste ont érodé ces plans.

Le Kyiv Post m’a aidé à affronter une banque nationale, deux puissants oligarques et leurs empires. Cela m’a aussi donné de bons amis. Alors que ma troisième année touchait à sa fin, moi, maintenant rédacteur en chef, je savais que je resterais.

C’est pourquoi ce fut un tel coup de poing lorsque, le matin du 8 novembre, le rédacteur en chef du Post, Brian Bonner, nous a tous réunis et nous a solennellement dit que le propriétaire, Adnan Kivan, un habitant d’Odessa; L’oligarque de la construction d’origine syrienne tirait le bouchon. Kivan a ordonné au journal de cesser immédiatement de publier et de licencier tout le monde. Un jour, il avait l’intention de « redémarrer » le Kyiv Post sous une nouvelle direction.

Et juste comme ça, la voix anglaise de l’Ukraine pendant 26 ans avait disparu.

J’ai regardé dans la salle de rédaction quand il l’a dit. Les visages de mes collègues n’étaient pas tant abattus que déterminés. On aurait dit qu’ils avaient déjà décidé de se battre. Comme moi. Il fallait sauver le Kyiv Post ou du moins son esprit.

Je pense que nous savions tous que quelque chose de mauvais allait arriver, même si personne n’avait prédit que ce serait aussi drastique. La tension s’était accumulée autour du concept d’expansion proposé par Kivan pour le poste de Kiev.

Certaines parties semblaient tout simplement impraticables, comme le studio de télévision ou la section ukrainienne séparée, que le Kyiv Post n’a déjà pas réussi à mettre en œuvre une fois. Dans l’une de mes publications précédentes, les différentes sections linguistiques présentaient des problèmes logistiques importants. Quoi qu’il en soit, nous avions résolu de le faire fonctionner.

Ce contre quoi nous avons pris position était la nomination d’un rédacteur en chef adjoint de la chaîne de télévision favorite de Kivan à Odessa, qui n’avait jamais travaillé dans des médias indépendants auparavant. Cette chaîne manque d’un service commercial et publicitaire, dont la présence dans les médias Kivan semble mépriser.

Plusieurs semaines plus tard, nous étions tous licenciés. Pour un homme d’affaires qui essaie de réussir en Ukraine, nous sommes peut-être plus de problèmes que ce que nous valons.

Nous sommes restés gênants car notre propriétaire, à son honneur, est resté largement passif. Mais cela n’a pas toujours été facile. Il s’était plaint à plusieurs reprises que nos enquêtes étaient préjudiciables. Il a dit un jour à la salle de rédaction que « le silence est d’or », ce qui était un peu comme dire à une salle remplie de médecins « pourquoi sauver les gens ?

Mais nous avons toujours été comme ça et Kivan le savait quand il nous a achetés. De multiples administrations présidentielles et des personnes puissantes ont tenté de coopter ou d’intimider le Kyiv Post. Sous un ancien propriétaire, Bonner a déjà été licencié pour avoir refusé de raconter une histoire critique sous la pression; une grève du personnel le ramena.

Cela n’a pas changé. Au cours des deux dernières années, notre couverture nous a fait mâcher par un membre de l’administration présidentielle et menacé de poursuites judiciaires par un fonctionnaire de très haut rang. D’autres hauts fonctionnaires ont été blâmés pour nous avoir parlé.

Certains journalistes enquêtent maintenant pour savoir si la fermeture a été ordonnée d’en haut. Nous ne savons pas. Mais nous savons comment les choses se passent trop souvent dans le paysage médiatique ukrainien.

C’est exactement pourquoi il est important de garder le Kyiv Post dans sa forme actuelle : indépendant. Même la mort d’une publication relativement petite comme le Kyiv Post appauvrit les médias indépendants, les enquêtes moins fréquentes, les contrôles au pouvoir plus dilués.

Mais le Kyiv Post est bien plus que des enquêtes. La section affaires est lue par les acteurs du monde des affaires, les investisseurs étrangers et les organisations financières internationales. Les diplomates et la diaspora surveillent notre couverture politique. La section lifestyle éblouit par la culture, l’art et la mode, rapprochant les locaux et les étrangers. De nombreux médias étrangers se tournent vers nous pour comprendre le pays.

Plus que cela, le Kyiv Post a aidé à développer de nombreux journalistes éminents, dont Vitaly Sych, Chris Miller, Nathan Hodge, James Marson, Katya Gorchinskaya et Josh Kovensky, parmi beaucoup d’autres.

Des gens comme eux aident à faire entendre la voix du pays à l’échelle internationale et à développer le corps des journalistes ukrainiens, alors que de nouveaux arrivants talentueux se rassemblent autour d’eux.

Il est facile de surestimer son importance et j’avais l’intention de l’atténuer. Mais l’afflux massif de soutien dans les 48 heures qui ont suivi la publication de notre déclaration m’a convaincu du contraire.

Des médias du monde entier, des ONG, des ambassades, des chefs d’entreprise, des fondations, des organisations internationales, des cabinets d’avocats et de nombreuses personnes ont tous tendu la main, offrant leur soutien pour nous aider à continuer. Nous avons reçu des nouvelles de plusieurs acheteurs intéressés, certains plus appropriés que d’autres. Mais cette décision n’est pas la nôtre. Pour l’instant, le propriétaire ne veut pas vendre.

Nous espérons que Kivan, un opposant déclaré aux autocraties, qui a dit un jour que la presse indépendante est la clé de la démocratie, changera d’avis et fera la meilleure chose pour le Kyiv Post en le vendant à un bon acheteur. La marque n’est rien sans son équipe. Fermer le journal et le relancer avec un personnel plus docile en fera une coquille vide d’elle-même, comme cela est arrivé aux médias ukrainiens dans le passé.

Mais l’équipe est aussi renforcée par la marque. Je ne doute pas qu’aucun de nos journalistes puisse trouver rapidement un emploi rémunéré dans d’autres médias avides de leur talent. Mais, pour utiliser un cliché, lorsque l’équipe et la marque sont ensemble, elles sont toutes deux supérieures à la somme de leurs parties. C’est pourquoi les séparer serait une énorme erreur.

Mais même si la séparation est inévitable, au moins on peut préserver l’équipe.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici