Pourquoi la stratégie politique a besoin de Karl Marx

0
208

La plupart de la gauche universitaire est restée longtemps silencieuse sur le sujet de la stratégie. Chez Ernesto Laclau et Chantal Mouffe Hégémonie et stratégie socialiste a marqué un moment décisif pour la réflexion stratégique dans la tradition post-marxiste lors de sa publication en 1985. Le livre, longtemps un pilier de nombreux séminaires théoriques de troisième cycle, rompt avec ce que Laclau et Mouffe considèrent comme les essentialismes fondamentaux de Karl Marx, en particulier sur la classe, et théorise la formation pratique d’une « démocratie radicale » pluraliste dans le contexte de l’hégémonie. C’était grand en son temps. Mais dernièrement, la stratégie a eu peu de champions.

Une exception cruciale était le politologue de gauche Leo Panitch. Le livre de Panitch 2010 Renouveler le socialisme : transformer la démocratie, la stratégie et l’imagination appelle à cultiver ce qu’il appelle une «imagination socialiste» et à récupérer la politique révolutionnaire de la Nouvelle Droite. Comme Vivek Chibber l’a écrit dans une nécrologie de 2020 pour jacobin“Leo a été obligé de garder les pieds sur terre, de réfléchir à une stratégie pratique, une vraie voie vers le renouveau ouvrier.”

Mais Panitch était le plus souvent seul parmi les théoriciens de gauche dans son objectif granulaire. C’est plutôt dans le monde de l’entreprise que la stratégie fleurit aujourd’hui. La stratégie d’entreprise, ou « management stratégique », comme on l’appelle plus souvent, existe depuis les années 1950 mais a explosé ces dernières décennies. Des livres comme Jouer pour gagner : comment fonctionne vraiment la stratégie et Vos cinq prochaines étapes : maîtrisez l’art de la stratégie d’entreprise promettre des balles en argent pour le succès de l’entreprise. McKinsey & Company et d’autres cabinets de conseil ont prospéré en partie parce qu’ils sont considérés comme offrant un avantage en matière de stratégie commerciale, et la stratégie, par conséquent, est devenue l’une des spécialisations les plus en vogue de la B-school.

Dans le récent Communisme et stratégie : repenser les médiations politiques, philosophe et marxiste Isabelle Garo s’efforce de retrouver une conception de la stratégie pour la gauche. Ouvrage consacré à la théorisation de la viabilité de la « question communiste » dans une période de stagnation politique, Garo utilise une lecture de Marx pour plaider en faveur d’un radicalisme pratique et fondé, « réactivant une dialectique bloquée et repensant ». . . la possibilité d’une politique révolutionnaire à notre époque.

Dans ce projet, Communisme et stratégie rejoint Garo avec une suite de critiques contemporains – Søren Mau, Kohei Saito et feu Daniel Bensaïd – pour rejeter les abstractions d’une grande partie du post-marxisme et revenir à l’économie politique marxiste comme moyen de repenser la crise actuelle. Garo, profondément critique du projet diminué de la théorie post-marxiste, marque un retour rafraîchissant à Marx comme ressource pour l’action pratique. Travaillant à réanimer la stratégie et les approches dialectiques pour la gauche du XXIe siècle, Garo plaide de manière convaincante pour l’abandon du compromis socialiste et la poursuite d’un avenir clairement communiste.

Les premiers chapitres de l’ouvrage proposent un survol systématique de la pensée anticapitaliste des grandes figures du post-marxisme contemporain. S’écartant de la tendance de longue date des penseurs gauchistes éminents à ergoter sur les détails de Marx, pour rompre plus ou moins entièrement avec la recherche économique politique, Garo met en lumière les échecs d’une tradition théorique qui s’est largement séparée des questions pratiques.

Garo fait généralement l’éloge du philosophe Alain Badiou – un maoïste “impénitent” – pour sa “philosophie robuste et incisive qui persévère à maintenir l’élan de la révolution en son absence même”. Elle critique cependant les suspects habituels de la pensée gauchiste de la fin du XXe siècle, Laclau en particulier, pour s’être abstenus d’analyser les conditions concrètes du capitalisme et, en fait, de théoriser la stratégie.

De Laclau, philosophe et théoricien politique argentin largement connu pour ses travaux sur le populisme, Garo affirme qu’il rejette «l’analyse totalisante» et «les questions de travail et de production». Laclau, soutient-elle, extrait les notions de classe et de stratégie elles-mêmes des conditions matérielles, posant le capitalisme comme « simplement une construction conceptuelle » plutôt qu’un opérateur matériel. Suite à de telles abstractions, le travail stratégique de Laclau, selon Garo, devient une tâche discursive contre-hégémonique séparée d’une critique économique politique substantielle. Le populisme de Laclau, soutient-elle, risque « d’être la formule magique d’une hyper-politique coupée de la réalité de l’exploitation, de l’injustice sociale et de toute forme de domination ». Elle conclut donc que la théorisation du socialisme de Laclau n’a pas grand-chose à offrir à la gauche contemporaine sur les conditions du capitalisme.

Garo dénigre également Michael Hardt et Antonio Negri, coauteurs du mégahit Empire (2000), pour des abstractions similaires. Comme elle le soutient, les deux rompent de manière désastreuse avec la théorie de la valeur-travail de Marx en figurant le travail comme une « pure énergie subversive ». Une telle transformation conforte leur position désormais notoire selon laquelle le travail est devenu immatériel, cognitif et fondé sur le savoir, une affirmation partagée par Yann Moulier Boutang. McKenzie Wark fait notamment une affirmation similaire dans Le capital est mort : est-ce quelque chose de pire ?affirmant que nous ne vivons plus sous le capitalisme en tant que tel, mais dans une économie où “la classe dirigeante dominante de notre temps possède et contrôle l’information”.

De telles affirmations, note à juste titre Garo, ignorent la « complexité concrète » des conditions matérielles contemporaines. Garo s’en prend également à un autre duo remarqué, Pierre Dardot et Christian Laval, auteurs de 2017 La nouvelle façon du monde : sur la société néolibéraleet leur rejet du socialisme et du communisme en faveur de la troisième voie, instituent une politique qui, unilatéralement et de manière irréaliste, rejette les institutions et les États en tant que tels.

Une telle critique est devenue de plus en plus importante parmi les critiques de gauche contemporains. Mitchell Dean et Daniel Zamora offrent une telle évaluation dans Le dernier homme prend du LSD : Foucault et la fin de la révolution, caractérisant les travaux ultérieurs du philosophe sur la gouvernementalité et le soi comme étant en fait louangeurs du néolibéralisme. Il vaut la peine de souligner que c’était aussi la conclusion de la CIA, qui a crédité les « marxistes réformés », Michel Foucault en particulier, d’avoir aidé à enterrer l’héritage de Marx.

Après s’être débarrassé des abstractions des post-marxistes, Garo aborde le cœur de l’ouvrage, un retour à Marx pour chercher « une nouvelle réception politique » du communisme. Communisme et stratégieLa section médiane propose une lecture de Marx qui, selon Garo, sonde « l’histoire de la contestation radicale du capitalisme ». Garo lit Marx comme un penseur complètement révolutionnaire, et un penseur stratégique, dont le travail, parfois de manière oblique, cherche à la fois à théoriser et à réaliser le communisme. Pour les spécialistes de Marx, ces chapitres offrent une analyse complète et étendue de son œuvre qui retrace son évolution depuis la jeune période hégélienne jusqu’à la Critique du programme de Gotha.

Dans cet examen, l’intérêt central de Garo, comme celui de William Clare Roberts, est de lire Marx comme un penseur complètement révolutionnaire. Capital, ainsi que les autres écrits économiques politiques de Marx, selon Garo, travaillent à la fois à détailler et à faire chavirer la logique du capitalisme, « inaugurant un nouveau type de savoir, inséparable de ses dimensions sociales et politiques actives ». Garo propose une lecture incisive de nombreuses idées politiques fondamentales de Marx – le fétichisme de la marchandise, la plus-value et la force de travail, par exemple – comme étant intrinsèquement, sinon explicitement, révolutionnaires. Pas seulement descriptifs des conditions capitalistes, de tels concepts, soutient-elle, contribuent à renforcer les capacités du prolétariat.

Garo conclut le livre par une discussion convaincante sur la stratégie pratique qui cherche à faire revivre «non pas une politique marxiste doctrinaire», mais un marxisme critique et stratégique calibré à l’époque contemporaine. Cette discussion met explicitement en avant l’utilité du ciblage médiations, un terme qui, pour Marx, fait référence à la réconciliation de forces sociales opposées. Pour Garo, cela revient à remettre en question et à déstabiliser les sites du capitalisme contemporain où des éléments contradictoires ont été réconciliés ou domestiqués sous le néolibéralisme.

L’écologie, pour Garo, est un exemple paradigmatique. Sous les invocations contemporaines de «l’écologie», le conflit entre la désolation absolue de la Terre par le capitalisme et l’impératif d’une planète vivable a été médiatisé par des vanités aussi risibles que le «capitalisme vert». A travers Marx, Garo recherche une « alternative radicale » pour contester ces médiations qui dissimulent et entretiennent les dommages du capitalisme.

Cet argument est convaincant et, en fait, représente la contribution la plus efficace du livre à ce que Garo appelle « la question communiste ». Et pourtant, l’affirmation de Garo indexe le problème sous-jacent qui marque l’engagement décroissant de la gauche universitaire avec la stratégie. À une époque où le discours théorique semble plus éloigné de la vie politique qu’il ne l’était à l’apogée de Negri, comment des approches théoriques de la stratégie comme celle de Garo peuvent-elles espérer éclairer le travail matériel et pratique quotidien du changement politique ? Comment les livres théoriques informent-ils la pratique concrète ?

Le philosophe Søren Mau apporte une réponse à cette question dans La contrainte muette : une théorie marxiste du pouvoir économique du capital (2023). La théorie, écrit-il, peut “développer des concepts qui peuvent être employés à des niveaux inférieurs d’abstraction” et, à leur tour, conduire à un changement politique. Pourtant, une telle théorisation, soutient-il, est toujours éloignée du matériau. “Les théories développées sur de hauts niveaux d’abstractions”, poursuit-il, ne peuvent et ne doivent pas nous fournir de réponses à la question de savoir ce qu’il faut faire.” Mais surtout, il observe que cela ne pas signifie que nous devons rejeter la théorie. La théorie, du moins pour Mau, peut développer des concepts précieux, sinon directement applicables, au terrain politique.

En conséquence, contre les critiques potentiels qui pourraient considérer l’approche de Garo comme trop abstraite des aspects pratiques de la stratégie politique – alors même qu’elle tente de nettoyer les toiles d’araignée de l’abstraction – sa récupération stridente de Marx en tant que penseur de la stratégie communiste offre une voie à suivre pour une gauche qui, comme certains pourraient le dire, a perdu le goût de la politique révolutionnaire.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire