Pourquoi les pays arabes et musulmans n’aident-ils pas la Palestine ?

0
112

Les partisans de la Palestine au Moyen-Orient déplorent depuis longtemps l’échec des dirigeants arabes à adopter une position ferme contre l’occupation israélienne. Il est facile de comprendre pourquoi.

Chaque fois qu’Israël intensifie son oppression brutale des Palestiniens, ses alliés occidentaux se mettent à l’action. Les dirigeants de pays comme l’Australie, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis envoient des messages de soutien passionnés. Les médias se mettent en marche, amplifiant les récits racistes qui justifient les crimes d’Israël et faisant de leur mieux pour déformer le fait qu’Israël est l’oppresseur et l’agresseur. Des milliards de dollars d’aide d’urgence sont votés en toute hâte par les parlements pour aider l’armée israélienne dans son génocide.

Alors que tout ce soutien est accordé à Israël, les gouvernements des États à majorité arabe et musulmane se tournent les pouces. Cette passivité déplorable a été mise en évidence lors de la récente conférence spéciale conjointe de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique. Présentée comme un « rassemblement urgent et extraordinaire » en réponse au massacre de Gaza, la conférence ne s’est réunie que pendant une journée. Après de nombreux cris et gesticulations, la seule exigence concrète de ces éminents représentants du monde arabe et musulman a été la « convocation d’une conférence internationale de paix, dans les plus brefs délais ». Les Israéliens vont trembler dans leurs bottes.

Pour être honnête, leur motion allait plus loin. Alors qu’ils attendent patiemment qu’Israël mette fin à son attaque génocidaire contre Gaza, les dirigeants se sont engagés à « soutenir les efforts de l’Égypte pour fournir de l’aide à la bande ». Cela semble très bien, sauf si l’on sait que l’Égypte contrôle et limite l’aide terriblement inadéquate qui transite actuellement par le terminal de Rafah vers Gaza. De la même manière, l’Égypte a aidé les Israéliens à maintenir le siège de Gaza au cours des dix-sept dernières années.

Mais avec ce morceau de cynisme à couper le souffle – suivi du festin obligatoire et des séances de photos – un autre rassemblement réussi du monde arabe et musulman a été achevé.

Il n’est pas étonnant que les Palestiniens et leurs partisans se déchaînent contre ces rassemblements pathétiques. La rhétorique enflammée entendue lors de tels événements n’est jamais suivie d’aucune action réelle, que ce soit en termes de solidarité pratique avec le peuple palestinien ou de pression sur l’Occident pour qu’il mette fin aux atrocités.

Ce n’est pas comme si le Moyen-Orient ne pouvait rien contre Israël et ses alliés impériaux. Les pays arabes et musulmans contrôlent la majeure partie des réserves mondiales connues de pétrole ; L’Arabie saoudite et l’Irak contrôlent à eux seuls plus de 21 % des exportations quotidiennes de pétrole. Cela donne à ces pays un énorme levier.

Mais il n’y a pas que le pétrole. Le canal de Suez, détenu et exploité par le gouvernement égyptien, est vital pour le commerce mondial. Un rapport de l’ambassade de Nouvelle-Zélande au Caire estime la valeur des marchandises transportées par le canal à 1 000 milliards de dollars par an, ce qui représente environ 30 % du commerce maritime mondial. Lorsqu’il a été interrompu pendant seulement six jours en raison d’un accident en 2021, le coût pour l’économie mondiale était estimé à 9,6 milliards de dollars par jour, selon les données de Lloyd’s List.

Alors pourquoi les dirigeants arabes et musulmans n’utilisent-ils pas réellement ce pouvoir ?

Parce qu’ils ne le veulent pas. En tant que participants à un système mondial de capitalisme et d’impérialisme, leur succès repose sur sa stabilité et sa rentabilité globales. C’est pourquoi la plupart d’entre eux sont alignés sur les États-Unis, qui sont l’acteur le plus puissant sur la scène mondiale. Comme toute autre partie de la classe dirigeante mondiale, les dirigeants arabes et musulmans ne croient pas à la solidarité ethnique, nationale ou religieuse. Leur seul engagement est le profit et le pouvoir, surtout le leur. Et si cela signifie s’allier avec les États-Unis et Israël, qu’il en soit ainsi.

Ils sont également à la tête de pays marqués par une pauvreté et des inégalités endémiques, où les femmes et diverses minorités se voient refuser leurs droits fondamentaux. Pourquoi le prince héritier d’Arabie saoudite ou le président turc se soucieraient-ils de l’oppression palestinienne alors qu’ils oppriment violemment les minorités chiites et kurdes dans leur propre pays ? Cela s’applique également à la dictature islamique en Iran. Malgré leur hostilité superficielle envers les États-Unis et Israël, pourquoi les mollahs réactionnaires risqueraient-ils leur vaste pouvoir national et régional pour défendre la Palestine ? Ces régimes peuvent parfois parler de l’oppression des Palestiniens pour se donner une image populaire, mais ils ne mettront jamais rien en jeu pour y mettre fin.

Bien entendu, ils ne sont pas seuls dans cette démarche. Les dirigeants occidentaux n’ont rien fait pour empêcher l’holocauste dans l’Allemagne nazie ni les génocides au Rwanda et en Arménie, bien qu’ils aient utilisé ces terribles atrocités pour justifier leurs programmes impériaux. Le point commun est qu’on ne peut jamais compter sur les classes dirigeantes pour lutter pour la justice.

Alors oui, nous devrions être en colère contre les dirigeants arabes et musulmans qui n’ont pas répondu aux appels palestiniens à la solidarité. Mais nous ne devrions pas être surpris. Leur inaction n’est pas le résultat d’une mauvaise politique, mais de leur position en tant que puissances dirigeantes essayant de gouverner un système fondé sur l’exploitation, la concurrence et la guerre. Pour que le monde arabe et musulman fasse véritablement preuve d’une solidarité significative avec la lutte palestinienne pour la libération, il devra d’abord se libérer des élites capitalistes corrompues et égoïstes.

Source: https://redflag.org.au/article/why-wont-arab-and-muslim-countries-help-palestine

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 1 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire