Pourquoi les travailleurs américains quittent-ils leur emploi en masse ?

0
283

La semaine dernière, le New York Times a publié un article sur ce que l’auteur a surnommé le « quitagion », le phénomène de démissions se propageant au sein d’un même lieu de travail lorsque le départ d’une personne incite les autres à partir également.

C’est un véritable phénomène : lorsque votre collègue décide qu’il en a assez, cela peut vous amener à vous demander si vous aussi, vous devriez arrêter. Malheureusement, l’article s’ouvre comme suit :

Quelque chose de contagieux se répand dans la main-d’œuvre. Ses symptômes se présentent dans une série d’avis de deux semaines. Sa transmission est visible en temps réel. Et peu de patrons semblent savoir vacciner leur personnel contre cette quitagion.

Étant donné qu’un virus réel, parfois mortel, continue de se propager dans la main-d’œuvre, en particulier parmi ceux qui effectuent des travaux ardus et largement mal rémunérés de fabrication et de services alimentaires, de logistique et de soins de santé, l’ouverture mignonne est quelque peu impitoyable. Aucun des travailleurs interrogés pour l’histoire n’est issu de ces secteurs, une absence qui explique à la fois la surdité du ton et offre une leçon sur les angles morts : si votre auditoire présumé est un col blanc — et au New York Times, c’est – vous pouvez également confondre les problèmes de ce milieu comme universels plutôt que, peut-être, une petite partie d’une histoire à enjeux plus élevés.

Toutes les personnes interrogées dans l’article sont des cols blancs ; beaucoup d’entre eux quittent leur emploi pour devenir indépendants. Nous rencontrons une employée du marketing numérique qui quitte pour se concentrer sur son “entreprise de coaching”, une employée d’une start-up technologique de la Silicon Valley qui part pour, eh bien, également démarrer une entreprise de coaching – ce que le “coaching” implique, je n’en ai aucune idée – et un employé d’une école du comté d’Orange, en Californie, qui a démissionné pour se lancer dans le marketing indépendant des médias sociaux.

Très bien, mais étant donné le manque de contexte dans l’article, vous pourriez confondre cela avec l’histoire typique de la pandémie. L’article mentionne une statistique importante, à savoir que plus de 4,5 millions de personnes aux États-Unis ont quitté volontairement leur emploi en novembre 2021, un record. Mais il omet de noter quels types d’emplois voient le plus de démissions, ainsi que la deuxième partie sous-discutée de l’histoire de la «grande démission», à savoir que les gens prennent autre travaux.

Il est vrai que certaines démissions sont le fait de personnes qui choisissent de devenir entrepreneurs, mais ce nombre est relativement faible. Dans les dernières données du ministère du Travail, les industries avec la plus forte augmentation de démissions sont l’hébergement et les services de restauration; soins de santé et assistance sociale; et le transport, l’entreposage et les services publics. Ce sont des secteurs où ce « quelque chose de contagieux » qui « se propage dans la main-d’œuvre » est le COVID-19.

Bien que chaque personne ait ses propres raisons d’arrêter de fumer, nous avons une idée approximative de ce qui motive les changements vers différentes industries. Dans les soins de santé, les pratiques de longue date de manque de personnel, en particulier dans les établissements à but lucratif, se sont transformées en une rupture fondamentale de la capacité des travailleurs à faire leur travail; environ un travailleur de la santé sur cinq a démissionné depuis le début de la pandémie. Dans la restauration et l’hébergement, on a le sentiment que les bas salaires et le risque élevé de contracter la COVID-19 n’en valent plus la peine.

David Dayen au Perspective a surnommé ce phénomène la « grande évasion ». Les travailleurs soupçonnent qu’ils peuvent trouver des emplois qui paient des salaires plus élevés – peu importe que l’inflation ronge maintenant ces gains – et des conditions de travail plus durables et plus dignes. Alors ils sautent le pas. C’est fondamentalement l’histoire de décennies de travail humiliant, dangereux, insultant à bas salaire qui n’a fait qu’empirer pendant la pandémie, et la possibilité de quelque chose de mieux, même si cela ne suffit toujours pas.

Cela concorde avec ce que les travailleurs m’ont dit au cours des deux dernières années. Ce sont des employés de restaurant qui démissionnent après avoir appris que leur employeur dissimulait des informations sur des cas positifs de COVID-19 parmi leurs collègues, ou disaient simplement non à un travail qui implique désormais l’application de normes de santé publique, et pour un salaire inférieur au minimum. Ce sont les travailleurs de la santé qui démissionnent parce qu’ils sentent qu’ils contribuent activement à tuer leurs patients.

L’industrie américaine des maisons de retraite a perdu à elle seule quelque 425 000 emplois depuis le début de la pandémie. Ces travailleurs ont été au centre de certaines des épidémies les plus précoces et les plus meurtrières de COVID-19, en partie parce que leur faible salaire les a amenés à travailler dans plusieurs installations, accélérant involontairement la propagation du virus. Certaines des démissions de cette industrie concernent la retraite anticipée, et d’autres concernent les gardiens qui déménagent chez Amazon, qui offre au moins un salaire plus élevé.

Bien sûr, les travailleurs d’Amazon eux-mêmes ont également été durement touchés par la pandémie. J’ai parlé à de nombreuses personnes qui ont été frappées de chagrin et de peur au plus fort de la pandémie, car l’entreprise n’a pas communiqué sur les cas de COVID-19 dans les entrepôts et a fourni des EPI inadéquats. En ce moment même, il y a des entrepôts Amazon où des centaines de travailleurs sont en congé COVID. Ces enjeux élevés entraînent à leur tour des démissions sur le lieu de travail qui embauche néanmoins plus de nouveaux employés pendant la pandémie que tout autre employeur aux États-Unis.

Tous les articles ne doivent pas tout faire, mais si l’on commence par parler d’un virus métaphorique mais qu’on omet de mentionner le vrai virus qui continue de tuer des travailleurs, et qu’on ne s’intéresse qu’à la psychologie de la raison pour laquelle un petit fragment de la classe ouvrière démissionne en un instant lorsque la majorité de ces abandons ont lieu parmi un autre fragment, cela rend un mauvais service au lecteur, méritant un correctif amical.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire