Pourquoi les travaillistes ont gagné en Australie

0
146

Largement ridiculisé pour cette évasion secrète des vacances hawaïennes lors des feux de brousse de 2019, l’ancien Premier ministre australien Scott Morrison – également connu sous le nom de Scomo ou Scotty du marketing (il est un directeur marketing raté) – a subi une défaite électorale retentissante. Le travailliste Anthony Albanese avait remporté le 21St Élection de mai 2022.

Pourtant, dans un pays avec une domination médiatique de style nord-coréen du propriétaire de Fox News et d’origine australienne Rupert Murdoch, le réseau d’information indépendant d’Australie a vu la victoire du parti travailliste comme Anthony Albanese bat Rupert Murdoch pour avoir 31 ansSt PM d’Australie.

Malgré des années de soutien médiatique de Murdoch au bulldozer mal-aimé et autoproclamé Scomo et les attaques quotidiennes de Murdoch contre les travaillistes, les travaillistes ont quand même gagné. Pire encore, l’Australie est un pays qui n’est pas connu comme une démocratie mais comme une Murdocratie. Pourtant, les travaillistes ont quand même gagné. Et, il a gagné contre ses deux redoutables adversaires :

1) Le Premier ministre sortant Scomo et ses conservateurs, stimulés financièrement par le tout puissant lobby australien du charbon, du gaz et du pétrole ; et

2) la presse Murdoch ultra-conservatrice et réactionnaire et sa domination médiatique.

Il y a des décennies, le père de Rupert Murdoch – Keith Murdoch – a clairement indiqué qui détient le véritable pouvoir politique en parlant d’un Premier ministre australien, je mettez-le là et je le ferai sortir !

Pourtant, le pouvoir médiatique profondément idéologique du fils de Keith, Rupert Murdoch, avait échoué en 2022 – pour une fois. Oui, cela “peut” arriver et très occasionnellement cela arrive effectivement – comme en mai 2022. Cela s’est également produit malgré le pouvoir d’achat écrasant (Scomo est soutenu par l’industrie du charbon) ainsi que la très sérieuse mise à mal des conservateurs de Scomo.

Avec 27 millions d’habitants, l’Australie a à peu près la taille du Texas en termes de population. Et avec le vote obligatoire, 17,3 millions d’Australiens ont dû voter, soit 5% de plus qu’il y a trois ans. L’Australie vote tous les trois ans dans 151 circonscriptions locales. Cela signifie que le parti qui remportera 76 sièges gouvernera. Par 30e En mai 2022, le parti travailliste avait atteint cet objectif, remportant 77 sièges – une majorité absolue.

Étant donné que les électeurs et les partis politiques australiens peuvent émettre des préférences – si vous votez Vert par exemple, et que le Parti Vert n’obtient pas le plus de voix, votre préférence (c’est-à-dire votre vote) peut aller, par exemple, au Parti travailliste. En comptant toutes ces préférences, les Australiens appellent cela les préférences des deux partis : les travaillistes contre les conservateurs.

Sur cette base, le parti travailliste a remporté environ 5,7 millions de voix ou 52 %. Le parti travailliste australien est une sorte de parti social-démocrate avec de nombreuses politiques quelque peu similaires à celles d’Elizabeth Warren, de la superstar AOC, d’Amy Klobuchar, de Pete Buttigieg et peut-être du plus sensé du lot : Bernie Sanders.

Du côté conservateur se trouve la coalition néolibérale de Scomo. Il se compose du Parti libéral et du Parti national – connu sous le nom de Coalition. Malgré des combats acharnés entre les nationaux (elle est forte dans l’Australie régionale représentant les agriculteurs) et les conservateurs (les électeurs sont des élites urbaines basées dans les villes), la coalition “pas du tout harmonieuse” a reçu 5,3 millions de voix ou 48 %. Le parti de Scomo avait perdu 3,2% depuis la dernière élection en 2019.

Même si son système électoral favorise deux partis, parmi les partis australiens se trouvent également les « partis mineurs ». Il s’agit principalement de l’écologiste The Greens qui obtient 12% du vote populaire tout en détenant quatre sièges au parlement australien. Pourtant, il y a aussi les indépendants encore plus importants avec 5,4% tout en détenant dix sièges. Les indépendants sont pour la plupart des ex-libéraux mécontents qui ont réussi à emmener avec eux des électeurs libéraux modérés.

De nombreux indépendants ont également pu rassembler des électrices extrêmement en colère contre les mauvais traitements constants infligés aux femmes par le Parti libéral, la culture de l’intimidation soutenue, la misogynie pure et simple, le harcèlement sexuel récurrent et une affaire de viol à quelques bureaux de Scomo.

Il reste impératif de comprendre que le Parti « libéral » de Scomo n’est pas du tout un parti libéral au sens américain. Peut-être que le Parti libéral australien n’est même pas un parti libéral au sens libéral. C’est plutôt un parti résolument conservateur, sinon profondément réactionnaire.

Le parti comprend également plusieurs factions internes, souvent très profondes et malveillantes. Pour une fois, il a une aile fondamentaliste chrétienne représentée, par exemple, par l’ancien premier ministre et fondamentaliste catholique Tony Abbott – connu sous le nom de Mad Monk. Cette aile compte également le pentecôtiste chrétien Scomo qui croit sérieusement que le Seigneur l’a appelé à devenir premier ministre.

L’aile fondamentaliste chrétienne se bat contre l’aile néolibérale inconditionnelle représentée par l’ancien Premier ministre et fauteur de guerre John Howard ainsi que le libre-échangiste Malcolm Turnbull. Au-delà de cela, il y a aussi la haine profonde entre les libéraux victoriens (Melbourne), les libéraux de la Nouvelle-Galles du Sud (Sydney) et les libéraux d’Australie occidentale de «l’autre côté de l’Australie».

A cela s’ajoute la lutte au sein de la coalition conservatrice/nationale. À ce niveau, la lutte se situe entre les ressortissants qui sont forts dans l’Australie régionale parmi les agriculteurs et les conservateurs basés dans la ville de Scomo. C’est aussi juste un combat entre le scepticisme du réchauffement climatique (conservateurs) et le déni du réchauffement climatique (ressortissants). Pourtant, c’est aussi un combat entre deux idéologies.

D’un côté, il y a l’idéologie du néolibéralisme (conservateurs) et de l’autre, il y a le nationalisme populiste autoritaire (nationaux). Au cours des dernières décennies, les conservateurs ont trouvé une solution à toutes ces factions, des luttes cruelles, des coups de poignard dans le dos, des animosités, des clivages idéologiques et parfois une haine pure et simple. L’empire des journaux de Murdoch a assuré que la coalition apparaît, comme l’ancien Premier ministre John Howard aime à le prétendre, comme une large église.

Pourtant, le pouvoir de Murdoch semblait s’être un peu émoussé ces derniers temps. En 2022, la soi-disant église large d’Howard a perdu 18 sièges tandis que les travaillistes en ont remporté 8. Les Verts en ont gagné trois pour arriver à quatre sièges. Comme on pouvait s’y attendre, les quatre sièges verts sont des sièges aisés du centre-ville (l’élite éducative). Les Verts ont remporté un siège dans le centre de Melbourne et trois dans la ville de Brisbane, située dans l’État du Queensland touché par les inondations et la sécheresse – maintenant appelé Greensland.

Plus surprenant et plutôt dévastateur, les conservateurs australiens ont perdu de nombreux sièges dans des quartiers très riches de Melbourne, de Sydney et de la ville de Perth, dans l’ouest de l’Australie. Ces sièges n’ont pas été attribués aux travaillistes ou aux Verts, mais à des soi-disant indépendants. Dans de nombreux cas, ce sont les soi-disant petits L-libéraux. Autrement dit, ces électeurs n’ont pas trahi leur classe. Ils restent quelque peu conservateurs. Ils soutiennent le néolibéralisme mais avec une touche environnementale et sociale.

Les indépendants se sont donnés avec succès l’extérieur d’une apparence socialement et écologiquement progressiste. Ces libéraux en petit L sont également appelés modérés ou libéraux modernes. Ils sont économiquement conservateurs, s’en tenant au catéchisme néolibéral de Hayek. En même temps, ils sont quelque peu progressistes sur les questions sociales et environnementales.

On pourrait aimer affirmer que certains électeurs conservateurs urbains ont quelque peu “garé” leur vote loin du Parti libéral de Scomo qui rejette le réchauffement climatique, a une orientation anti-femmes et est un conservateur social représentant les valeurs familiales chrétiennes plutôt que les femmes professionnelles modernes en emploi. Certains de ces électeurs pourraient revenir au parti une fois que les conservateurs auront fait l’une des deux choses suivantes :

Option 1: le parti a appris encore mieux que les années précédentes à faire semblant d’être soucieux de l’environnement et de la société – généralement, cela se produit avec l’aimable assistance de la presse Murdoch ; ou

Option 2: le parti a véritablement modifié sa politique sur les femmes et l’environnement. Pourtant, l’option 2 pose deux problèmes.

Premièrement, le nouveau chef du parti – Peter Dutton, successeur de Scomo et déjà ridiculisé en tant que chef de la pomme de terre et en tant que Premier ministre des pommes de terre – est un archi-conservateur. Il est susceptible de poursuivre la position misogyne du parti sur les femmes ainsi que son rejet des preuves scientifiques accablantes du réchauffement climatique.

Deuxièmement, et potentiellement pire pour le parti, il y a la scission entre les sceptiques du réchauffement climatique (les conservateurs de Scomo/Dutton) et les négateurs absolus du réchauffement climatique (les nationaux). Pour Dutton, tête de pomme de terre, cela signifie que si les conservateurs acceptent le fait du réchauffement climatique, ils regagneront des voix dans les villes australiennes.

Mais cela signifie également que prendre au sérieux le réchauffement climatique aliénera leur partenaire de la coalition qui nie le réchauffement climatique, les Nationals. C’est une véritable situation sans issue pour les conservateurs australiens – quoi qu’ils fassent, ils ne peuvent pas gagner ! Pour cette raison, certains optimistes suggèrent que les travaillistes pourraient gouverner pendant plus que les trois années habituelles.

Cela pourrait arriver, à moins que la presse de Murdoch ne puisse détourner l’attention de deux questions clés : les femmes ainsi que le réchauffement climatique. Pourtant, les feux de brousse, les inondations et l’impact toujours croissant du réchauffement climatique sur l’Australie sont de plus en plus difficiles à camoufler avec les ragots, le sexe, la criminalité, le sport et les célébrités de Murdoch. Dans l’ensemble, cela ne semble pas très bon pour les conservateurs australiens. Le temps travaille contre eux alors que l’impact négatif – sinon plus dévastateur – du réchauffement climatique s’accroît en Australie.

Pendant ce temps, de l’autre côté de la politique australienne, il y a deux partis politiques – les travaillistes et les verts. À des degrés divers, les deux partis politiques prennent le réchauffement climatique au sérieux. Les travaillistes prennent le réchauffement climatique un peu au sérieux, tandis que les Verts le prennent très au sérieux.

Malheureusement, une majorité absolue de 77 sièges au parlement australien signifie que les travaillistes peuvent gouverner sans avoir besoin de former un gouvernement de coalition avec les Verts. Cela diminue la voix de l’environnement en ce qui concerne le réchauffement climatique. Pourtant, les Verts restent forts au Sénat australien.

Contrairement au sénat américain qui, par exemple, donne à un sénateur d’un État sans importance comme la Virginie-Occidentale avec 1,8 million d’habitants un pouvoir disproportionné par rapport à un sénateur de Californie (population : 40 millions), l’Australie a un sénat plus représentatif. Au sénat australien, les travaillistes auront besoin d’une majorité pour adopter une législation. Lors des récentes élections, 40 des 76 sénateurs ont été nouvellement élus.

Le Sénat australien est élu au scrutin proportionnel. Cela donne non seulement une représentation plus juste de la « volonté du peuple », mais favorise également la diversité et la pluralité des petits partis. Au Sénat, le parti travailliste n’a pas remporté la majorité absolue aux élections de mai 2022 et devra dépendre des Verts et de quelques autres partis pour faire adopter une législation.

Dans l’ensemble, les travaillistes ont remporté une victoire éclatante sur les conservateurs australiens. Le Parti libéral a même perdu l’ancien siège de Bennelong de l’ancien Premier ministre John Howard au profit des travaillistes avec un basculement de 7,8 % vers les travaillistes.

Plus dévastateur, le successeur désigné de Scomo et étoile montante du Parti libéral – Josh Frydenberg – a également été battu par un indépendant avec un swing de 9,5 % contre les conservateurs. Cela a marqué une raclée extrêmement amère pour les conservateurs affamés de talents.

En fin de compte, le parti travailliste peut gouverner dans son droit gagné avec une faible majorité de seulement deux, dépassant la barre des 75 en gagnant un nombre total de 77 parlementaires. Pourtant, la tâche des trois prochaines années consistera en grande partie à réparer les dégâts causés par les conservateurs de Scomo.

Au cours des trois prochaines années, le Parti travailliste devra également rester attentif à la toute puissante presse de Murdoch ainsi qu’à l’industrie du charbon, du pétrole et du gaz encaissée, à son appareil de relations publiques adjacent et à son lobbying habile. Pire, la presse Murdoch n’est pas seule. La grande majorité des journaux, tabloïds et chaînes de télévision australiens restent conservateurs.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/why-labor-won-in-australia/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire