Pourquoi les victoires sportives de la Palestine devraient nous inspirer

0
124

Le défenseur palestinien Abdullah Jaber. Source photo : Fars Media Corporation – CC BY 4.0

L’équipe nationale de football de Palestine a, une fois de plus, réussi l’impossible en se qualifiant pour la Coupe d’Asie de l’AFC 2023. À tous points de vue, c’est une grande réussite, d’autant plus que les Palestiniens l’ont fait avec style et des victoires convaincantes sur la Mongolie, le Yémen et les Philippines, sans encaisser le moindre but. Cependant, pour les Palestiniens, il ne s’agit pas de sport.

Cet accomplissement ne peut être apprécié que dans le contexte plus large de l’occupation israélienne de la Palestine.

En novembre 2006, l’armée israélienne a empêché tous les footballeurs basés en Palestine de participer au dernier match de la phase de groupes de qualification de la Confédération asiatique de football. La nouvelle a eu un effet démoralisant majeur sur tous les Palestiniens. Même de rares moments d’espoir et de bonheur sont souvent écrasés par Israël.

Aussi décevante qu’ait été la décision israélienne, elle n’a guère été comparée au choc collectif ressenti par les Palestiniens du monde entier lorsqu’en 2007, les joueurs palestiniens n’ont pas été autorisés à participer à un match décisif de qualification pour la Coupe du monde contre Singapour. Au lieu de montrer sa solidarité avec les Palestiniens et de condamner Israël, la Fédération internationale de football (FIFA) a décidé d’attribuer une victoire automatique à Singapour 3-0.

C’est pourquoi la dernière qualification de la Palestine est historique, car c’est une preuve de plus que la résilience palestinienne n’a pas de limites. Cela envoie également un message à Israël, à savoir que ses mesures injustes et draconiennes ne briseront jamais l’esprit du peuple palestinien.

La dernière réalisation doit également être placée dans un autre contexte. C’est la troisième fois consécutive que l’équipe nationale de Palestine se qualifie pour la finale de la Coupe d’Asie, grâce à une équipe impressionnante qui représente toutes les communautés palestiniennes, chez elle et dans la diaspora.

Ce moment, cependant, est doux-amer. De nombreux footballeurs palestiniens, qui auraient dû être présents au stade du centre sportif d’Oulan-Bator, en Mongolie – où se déroulaient les tours de qualification – étaient portés disparus. Certains sont dans les prisons israéliennes, d’autres sont mutilés ou tués. La plupart des meurtres ont eu lieu en 2009.

En effet, 2009 a été une année terrible pour le football palestinien.

En janvier 2009, trois footballeurs palestiniens, Ayman Alkurd, Shadi Sbakhe et Wajeh Moshtaha, ont été tués pendant la guerre israélienne contre la bande de Gaza assiégée. Tous les trois étaient considérés comme des athlètes prometteurs avec un brillant avenir.

Deux mois plus tard, Saji Darwish a été tué par un sniper israélien près de Ramallah. Le joueur de 18 ans devait également devenir un grand nom du football palestinien.

En juillet de la même année, la tragédie de Mahmoud Sarsak a commencé. Sarsak n’était membre de l’équipe nationale de football de Palestine que depuis six mois lorsqu’il a été arrêté et torturé par Israël dans une saga douloureuse qui a duré trois ans. Il a gagné sa liberté après avoir fait une grève de la faim qui a duré plus de 90 jours. Les problèmes de santé permanents avec lesquels Sarsak se retrouvait signifiaient cependant que sa carrière sportive autrefois prometteuse était terminée.

Les arrestations, la torture et les meurtres de footballeurs palestiniens sont devenus la une des journaux en Palestine. Cela comprend le meurtre de l’ancienne star du football palestinien, Ahed Zaqqut, en 2014, et le tir délibéré dans les pieds de Jawhar Nasser Jawhar, 19 ans, et d’Adam Abd Al Raouf Halabiya, 17 ans. Les deux joueurs tentaient de franchir un poste de contrôle militaire israélien. en Cisjordanie occupée pour rentrer chez eux après une longue séance d’entraînement.

Ce ne sont que de simples exemples. Le ciblage des sports palestiniens est un point constant sur l’agenda militaire israélien. Les stades palestiniens sont souvent bombardés pendant les guerres brutales d’Israël contre Gaza. En 2019, l’armée israélienne a attaqué le stade Al Khader à Bethléem en lançant des gaz lacrymogènes sur les joueurs pendant le match. Cinq joueurs ont été hospitalisés, alors que des centaines de supporters se sont précipités hors du stade dans la panique. En 2019, les Palestiniens n’ont pas pu organiser le match final très attendu de la Coupe de Palestine, car Israël a empêché l’équipe de Khadamat Rafah, basée à Gaza, de se rendre en Cisjordanie pour affronter l’équipe du FC Balata. Etc.

Comme tous les aspects de la vie palestinienne qui peuvent facilement être perturbés par Israël, la communauté sportive palestinienne a appris à être résiliente et ingénieuse. L’équipe nationale de football de Palestine est le parfait exemple de cette ténacité. Lorsque les joueurs de Gaza sont empêchés de voyager, les Cisjordaniens viennent à la rescousse. Et lorsque les joueurs de Cisjordanie subissent leur propre revers, les joueurs palestiniens de la diaspora sont envoyés pour prendre leur place. Heureusement, les footballeurs palestiniens, comme Oday Dabbagh, gagnent maintenant en importance sur la scène internationale, ce qui leur donne la possibilité d’être disponibles chaque fois que le devoir les appelle.

Lorsque la Palestine a battu la Mongolie 1 à 0 lors des éliminatoires de la Coupe d’Asie le 8 juin, les médias palestiniens ont fait état du sentiment d’euphorie et d’espoir ressenti dans toute la Palestine. Mais lorsque l’équipe palestinienne, connue sous le nom de Fida’i – c’est-à-dire le combattant de la liberté – a remporté deux autres matchs avec des victoires convaincantes de 5-0 et 4-0, l’espoir s’est transformé en une possibilité réelle que la Palestine puisse bien performer en finale de la Coupe d’Asie. prévue en juin 2023. Et peut-être que les Fida’i pourraient avoir une chance aux qualifications pour la Coupe du monde 2026.

Pour les Palestiniens, le sport – en particulier le football – reste une puissante plate-forme de résistance culturelle. Chaque aspect d’un match de football palestinien atteste de cette affirmation. Les noms de l’équipe, les chants des supporters, les images brodées sur les maillots des joueurs et bien plus encore, sont des symboles de la résistance palestinienne : noms de martyrs, couleurs du drapeau, etc. En Palestine, le football est un acte politique.

Alors qu’Israël utilise le sport pour se normaliser et normaliser son régime d’apartheid aux yeux du monde, Tel-Aviv fait tout son possible pour entraver le sport palestinien parce qu’Israël comprend, et à juste titre, que le sport palestinien est, à la base, un acte de résistance.

Il est navrant de penser qu’Ayman Alkurd, Shadi Sbakhe, Wajeh Moshtaha, Saji Darwish et d’autres n’étaient pas là pour assister aux célébrations de la qualification de leur équipe bien-aimée à un grand tournoi international. Mais c’est l’esprit de ces vaillants guerriers culturels qui continue de guider les Fida’i dans leur lutte pour la reconnaissance, leur combat pour la dignité et leur quête de gloire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/why-palestines-sports-victories-should-inspire-us/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire