Pourquoi l’extrême droite ne s’en va pas

0
50

La sénatrice de One Nation, Pauline Hanson, a passé les deux premiers mois de la 47e législature à se livrer à des explosions d’extrême droite de plus en plus vitrioliques. Lorsque le parlement s’est ouvert avec une reconnaissance du pays le 26 juillet, Hanson a interrompu les débats en criant “Non, je ne le ferai pas et je ne le ferai jamais” avant de partir en trombe. Dans une vidéo Facebook publiée plus tard le même jour, Hanson a expliqué qu’elle avait décidé de perturber la reconnaissance en raison d’une proposition de placer les drapeaux aborigène et insulaire du détroit de Torres à côté du drapeau australien sur le parquet du parlement. Elle a condamné une telle décision comme « source de division pour ce pays » et les libéraux et les nationaux comme « intrépides » pour avoir refusé de s’y opposer.

Puis, le 9 septembre, en réponse à un tweet de la sénatrice verte Mehreen Faruqi qui critiquait la reine Elizabeth II, Hanson a tweeté : « Votre attitude me révolte et me dégoûte. Lorsque vous avez immigré en Australie, vous avez profité de tous les avantages de ce pays. Vous avez pris la citoyenneté, acheté plusieurs maisons et un emploi dans un parlement. Il est clair que tu n’es pas content, alors fais tes valises et va te faire foutre au Pakistan ». Lorsque les Verts ont décidé de censurer Hanson pour ses commentaires, elle a doublé la mise, disant qu’elle conduirait volontiers Faruqi à l’aéroport. Hanson a également récemment attaqué l’augmentation proposée du nombre de migrants, fait campagne pour les centrales nucléaires et condamné toute initiative visant à réduire le CO2 émissions.

Les explosions de Hanson peuvent sembler chaotiques, mais il y a une stratégie impliquée. La défaite décisive des libéraux aux élections fédérales de mai, et en particulier la perte d’un certain nombre de sièges traditionnellement conservateurs au profit d’indépendants sarcelles, a ouvert un débat sur la manière dont la droite peut revenir au pouvoir.

L’extrême droite, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parti libéral, s’oppose à l’idée que les conservateurs traditionnels devraient revenir au centre afin de reconquérir les électeurs libéraux désabusés. Au lieu de cela, ils soutiennent que les conservateurs devraient virer fortement à droite dans un style similaire aux républicains de Trump et aux partis d’extrême droite européens.

Cette discussion a été exposée lors de la récente Conférence d’action politique conservatrice à Sydney. Lors d’un panel intitulé « The Road Back for the Coalition », la vice-présidente du Parti libéral fédéral Teena McQueen a mentionné qu’un certain nombre de députés libéraux « modérés » n’avaient pas été réélus, déclarant à la conférence : « Nous devrions nous en réjouir. Les gens dont j’ai essayé de me débarrasser pendant une décennie sont partis; il faut renouer avec de bons candidats conservateurs ».

Même l’ancien Premier ministre Scott Morrison a été la cible de critiques, le politicien d’extrême droite britannique Nigel Farage le décrivant comme un “déçu” et l’ancien sénateur libéral Ross Cameron le qualifiant de “pire Premier ministre de notre histoire”.

Les animateurs de Sky News Outsiders Rita Panahi et Rowan Dean se sont également plaints du fait qu’il y avait trop de “mouilleurs de lit” au sein du Parti libéral, tandis que l’ancien ministre libéral des Finances Nick Minchin a été hué et chahuté lorsqu’il a déclaré à la conférence qu’il ne pensait pas que le Parti libéral “avait besoin de beaucoup de changement”. Même McQueen a été chahutée après avoir demandé au public de rejoindre les libéraux plutôt que de soutenir d’autres partis d’extrême droite.

C’est dans ce contexte que Hanson intensifie sa rhétorique afin de galvaniser ses partisans et de rappeler à tous qu’elle ne va nulle part. Son objectif est de gagner la bataille pour être la principale force à droite des libéraux et écarter les autres petits partis d’extrême droite qui ont le même objectif.

L’extrême droite est cependant confrontée à un certain nombre de défis. L’année dernière, il a pu mener une série de grandes manifestations à travers le pays contre la vaccination obligatoire et d’autres mesures de santé publique. Il s’agissait de certaines des plus grandes manifestations de droite depuis des années, voire des décennies, et elles ont mobilisé ou fait appel à des couches de personnes qui n’étaient pas traditionnellement intéressées ou sympathiques à la politique d’extrême droite. Aujourd’hui, cependant, la colère contre les confinements et les vaccins s’est largement apaisée, car les dernières restrictions sanitaires restantes sont abolies.

L’élection fédérale de mai a livré un résultat mitigé pour l’extrême droite. Alors que Hanson a été réélu et qu’il y avait d’importantes minorités votant pour des partis d’extrême droite dans tout le pays, cela ne s’est pas traduit par un nombre important de nouveaux parlementaires. De plus, la défaite des libéraux et la période de lune de miel du gouvernement albanais ont jusqu’à présent réduit l’espace pour l’extrême droite.

Un autre problème pour l’extrême droite est la relation tendue entre elle, le Parti libéral et l’establishment capitaliste. Les commentaires de McQueen célébrant la perte des libéraux «modérés» lors des récentes élections fédérales ont généré une réaction importante, le leader libéral modéré Simon Birmingham l’appelant à démissionner de son poste au sein de l’exécutif fédéral du parti et d’autres personnalités du parti se distanciant des commentaires. Même le chef libéral Peter Dutton, de l’extrême droite du parti lui-même, a fait valoir dans une interview sur Sky News que les libéraux devaient faire appel à “une large partie de la communauté australienne au sens large” et que “verrouiller 15 ou 20% du vote primaire est un moyen de rester dans l’opposition pour toujours ». Il a ensuite critiqué de manière indirecte de nombreux orateurs conservateurs à la conférence du CPAC, déclarant: «Il y a beaucoup de gens qui offrent des conseils gratuits en ce moment … qui n’ont jamais formé de gouvernement, ont été membres du parlement mais n’ont jamais été ministres du gouvernement. Beaucoup de gens doivent commencer à tourner leur regard vers le Parti travailliste plutôt que de se battre en interne, et je ne vais tout simplement pas tolérer cela ».

L’orientation future du Parti libéral façonnera les contours de l’extrême droite australienne. Jusqu’à présent, le parti n’a pas pris de virage à droite, préférant couvrir ses paris pour l’instant. Cela est évident en ce qui concerne le débat sur une voix autochtone au parlement, dans lequel Dutton a répété un certain nombre de critiques de la droite dure à l’égard de la proposition sans confirmer s’il s’y opposera ou non.

Alors que CPAC a montré que l’extrême droite est toujours capable d’organiser une conférence d’environ 800 personnes avec un certain nombre de politiciens actuels et anciens, il s’agit toujours d’un courant minoritaire, et cela affectera sa relation avec le conservatisme dominant. Un signe de son isolement du courant dominant est le fait que, pour la première fois, aucune entreprise au sein de l’ASX100 n’est disposée à faire un don au groupe de réflexion d’extrême droite l’Institute for Public Affairs. La réalité est que l’extrême droite n’a jusqu’à présent pas été en mesure de radicaliser le noyau dur de la politique conservatrice dans la même mesure que leurs équivalents aux États-Unis ou en Europe. Bien que les idées d’extrême droite à l’étranger aient eu un impact sur l’Australie, elles ne se sont pas encore intégrées dans un mouvement substantiel capable de remodeler la politique conservatrice comme elles l’ont fait ailleurs.

Peut-être qu’ils le feront à l’avenir. Sans aucun doute, les partisans d’extrême droite seront soutenus par les victoires électorales de leurs co-penseurs en Italie et en Suède, ainsi que par la radicalisation continue des républicains américains.

On ne peut pas compter sur l’ALP pour combattre l’extrême droite. Lorsque les Verts ont décidé de condamner les récents commentaires racistes de Hanson, les travaillistes se sont joints aux libéraux pour amender la motion afin de supprimer toute référence à Hanson et à ses commentaires, en les remplaçant par des platitudes générales sur une discussion parlementaire respectueuse.

Plus important encore, le parti travailliste a peu à offrir face à la crise économique et à la détérioration du niveau de vie. Ces conditions ouvrent des possibilités de croissance à l’extrême droite, alors que les politiciens centristes néolibéraux de tous bords luttent pour maintenir ensemble des sociétés de plus en plus instables, inégales et polarisées.

Source: https://redflag.org.au/article/why-far-right-isnt-going-away

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire