Pourquoi l’ONU ne sauvera pas les Palestiniens

0
127

« Gaza est en train de devenir un cimetière pour les enfants. Des centaines de filles et de garçons seraient tués ou blessés chaque jour », a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, dans un communiqué du 2 novembre. « Nous devons agir maintenant pour trouver une issue à cette impasse brutale, horrible et angoissante de destruction. »

Le traitement réservé aux Palestiniens par Israël viole presque tous les articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Israël a même tué 92 membres du personnel de l’ONU lors du bombardement actuel de Gaza, le nombre de morts le plus élevé de tous les conflits.

Guterres a suivi avec un autre commentaire quelques jours plus tard à New York : «[The UN has] pas de pouvoir, pas d’argent, mais une voix et une plateforme où les gens peuvent rassembler les gouvernements, la société civile… et au moins essayer de trouver des moyens de résoudre le problème dramatique de notre époque ».

En d’autres termes, l’ONU est un organisme édenté qui peut produire des déclarations, pas des actions.

Le 27 octobre, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une motion non contraignante appelant à une « trêve humanitaire immédiate et durable » entre Israël et le Hamas. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, entre autres, ont refusé de le soutenir.

Mais comme la plupart des motions de l’ONU sur la Palestine, elle n’a pas réussi à qualifier Israël d’oppresseur des Palestiniens, perpétuant le mythe selon lequel Israël et la Palestine ne sont que deux États en guerre qui doivent être amenés à la table pour négocier une paix.

De telles motions sont courantes à l’Assemblée générale des Nations Unies, mais la conduite du Conseil de sécurité de l’ONU est encore pire. Les cinq membres permanents du Conseil – les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la France et la Chine – disposent d’un droit de veto sur toutes les décisions du Conseil de sécurité. Les États-Unis ont utilisé ce pouvoir 46 fois depuis les années 1970 pour bloquer les critiques sur la conduite d’Israël envers les Palestiniens et les États voisins.

L’ONU est et a toujours été un politique et non un simple arbitre neutre des relations extérieures. Les nations les plus puissantes voient l’ONU comme une simple arène parmi d’autres pour leurs ambitions impérialistes, chacune utilisant l’ONU comme couverture idéologique pour sa politique lorsqu’elle le peut. Les États-Unis y sont parvenus à plusieurs reprises : l’ONU a donné sa bénédiction à la première guerre du Golfe en 1990 et à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Les motions du Conseil de sécurité de l’ONU ont fourni à l’ancien président américain George Bush une justification pour la guerre en Irak de 2003 en affirmant faussement que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive.

Mais les États-Unis et les autres États membres ne sont pas redevables à l’ONU ; ils ignorent simplement les motions et les décrets avec lesquels ils ne sont pas d’accord.

Le révolutionnaire russe Vladimir Lénine a un jour qualifié le prédécesseur de l’ONU, la Société des Nations, de « cuisine de voleurs » et « un mensonge du début à la fin ». Il aurait probablement eu des mots tout aussi choisis pour les Nations Unies.

L’ONU a adopté la « Déclaration universelle des droits de l’homme » en 1948, l’année même où elle a donné le feu vert au nettoyage ethnique de la Palestine. Même si l’ONU a épousé le principe de l’autodétermination nationale, elle a explicitement nié ce droit aux Palestiniens. Craig Mokhiber a qualifié cela de « péché originel » de l’ONU lorsqu’il a démissionné de son poste de directeur du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de New York en octobre.

En 1947, le Comité spécial des Nations Unies sur la Palestine (UNSCOP) a été créé pour superviser la formation d’un nouvel État israélien sur la terre palestinienne. Il était composé de personnes ayant peu d’expérience au Moyen-Orient et extrêmement influencées par les deux principales puissances impérialistes de l’époque : les États-Unis et l’Union soviétique. Tous deux faisaient la promotion d’un nouvel État sioniste au Moyen-Orient, espérant qu’à long terme, cela servirait leurs intérêts dans la région.

L’UNSCOP a catégoriquement rejeté l’idée d’un État démocratique unique sur la Palestine historique, qui était la revendication des représentants palestiniens, décidant plutôt de diviser le pays en deux États : un juif et un palestinien.

Le plan cédait 55 pour cent du territoire à Israël, où les Juifs constitueraient une faible majorité. Le nouvel Israël a commodément incorporé les terres les meilleures et les plus fertiles, y compris la plaine côtière et la Galilée orientale vallonnée. Dans son livre Le nettoyage ethnique de la Palestine, l’historien israélien Ilan Pappé montre qu’en 1947, les Palestiniens autochtones exploitaient presque toutes les terres cultivées – seulement 5,8 pour cent appartenaient à des Juifs. Le plan de partition de l’ONU nécessiterait donc le déplacement massif des Palestiniens. C’est pourquoi, selon Pappé, les membres de l’ONU qui ont voté en faveur du plan « ont contribué directement au crime qui était sur le point d’avoir lieu » : le nettoyage ethnique connu sous le nom de Nakba (catastrophe).

Malgré la générosité de l’ONU envers le nouvel État d’Israël, le plan n’est pas allé assez loin pour les dirigeants sionistes. Ils appréciaient que la « communauté internationale » ait reconnu un État juif en Palestine, mais ils rejetaient les limites des frontières tracées par l’ONU. David Ben Gourion, leader sioniste et premier Premier ministre d’Israël, a affirmé en 1947 que les nouvelles frontières « seront déterminées par la force et non par la résolution de partition ». Après la Nakba en 1948, Israël s’est retrouvé avec 78 pour cent du territoire. Les milices sionistes ont terrorisé et massacré les Palestiniens, purgeant les habitants d’une douzaine de villes ethniquement mixtes et détruisant plus de 400 villages palestiniens. Les sionistes ont décrit leurs opérations militaires de 1948 en termes clairement génocidaires : Tihur (purification), Des bureaux (extirper) et Nikkuy (nettoyage).

Quelle a été la réponse de l’ONU après que son plan de partition ait abouti à une telle catastrophe ? A-t-il fait marche arrière, présenté ses excuses ou exigé des réparations immédiates ? Non. En mars 1949, l’Assemblée générale a admis avec joie Israël, et non la Palestine, comme membre à part entière de l’ONU.

Depuis 1948, l’ONU a versé d’innombrables larmes de crocodile pour la Palestine. Mais cela a également blanchi et aidé les crimes d’Israël.

Dans sa lettre de démission, Craig Mokhiber décrit les innombrables façons dont l’ONU a laissé tomber les Palestiniens. « Des éléments clés de l’ONU se sont rendus à la puissance des États-Unis et à la peur du lobby israélien », dit-il. Il souligne le soi-disant « processus de paix » « trompeur » qui a débuté dans les années 1990. Supervisés par l’ONU et « médiés » par les États-Unis, ces pourparlers n’ont rien apporté aux Palestiniens ordinaires ; Israël n’a jamais retiré son occupation ; il a accéléré la construction de colonies israéliennes en Cisjordanie et renforcé son emprise sur Gaza. Le « processus de paix » légitimé par l’ONU a contribué à l’idée qu’Israël est l’acteur raisonnable et que les organisations palestiniennes comme le Hamas sont la seule menace à la paix.

Le slogan de l’ONU d’une « solution à deux États » ne sert qu’à dissimuler la réalité selon laquelle Israël est un ethno-État raciste qui n’a aucun intérêt à coexister avec un État palestinien ou à accueillir les Palestiniens à l’intérieur de ses propres frontières. Selon les mots de Mokhiber, il s’agit d’un État qui « colonise, persécute et dépossède une population indigène sur la base de son appartenance ethnique ».

L’ONU ne peut représenter que les intérêts des États les plus puissants en son sein, quels que soient les efforts de ses membres et de son personnel pour défendre les droits de l’homme. Les seuls véritables défenseurs des droits de l’homme aujourd’hui sont les millions de personnes ordinaires à travers le monde qui se tiennent aux côtés de la population de Gaza.

Source: https://redflag.org.au/article/why-un-wont-save-palestinians

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire