Pourquoi rejoindre Socialist Alternative

0
8

Socialist Alternative est le plus grand groupe révolutionnaire d’Australie depuis les années 1920. Nous sommes le seul groupe socialiste avec une présence nationale et une adhésion en expansion. Fondée par quelques dizaines de personnes basées en grande majorité à Melbourne au milieu des années 1990, l’organisation est passée à près de 500 militants répartis dans tout le pays. Bien que ce soit loin de ce dont nous avons besoin en fin de compte, c’est une réalisation importante dans un contexte où la gauche au sens large s’est désintégrée.

Il n’y a guère de campagne en Australie qui n’implique pas nos camarades d’une manière ou d’une autre. Nous sommes connus pour avoir dirigé des groupes de campagne contre le racisme et le fascisme, pour les droits des réfugiés, pour la justice climatique et contre les coupures dans l’éducation.

S’il n’est pas facile de remporter des victoires à l’ère néolibérale, nous en avons eu quelques grandes. Nous avons dirigé avec succès le mouvement de rue pour l’égalité du mariage et un mouvement étudiant militant qui a défait la tentative des libéraux d’imposer des diplômes universitaires à 100 000 $. Au cours des deux dernières années, nous avons mené des manifestations de dizaines de milliers de personnes en réponse à la crise des feux de brousse de 2019, défendu le droit de manifester pendant la pandémie et fait un grand nombre de manifestations en faveur du droit à l’avortement à Melbourne cette année.

Bien que ces campagnes aient été populaires, nous n’avons pas non plus peur de prendre des positions controversées quand c’est juste de le faire. À la suite d’une attaque israélienne majeure contre Gaza en 2011, nous avons lancé l’une des plus grandes campagnes de protestation de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) au monde à l’époque. Les Verts avaient abandonné leur engagement antérieur envers le BDS sous la pression des médias, et le Premier ministre travailliste de l’époque, Kevin Rudd, menait une campagne agressive en faveur d’Israël. Plus de dix-neuf camarades ont été arrêtés dans le cadre d’une campagne de désobéissance civile, mais nous avons gagné au tribunal et persévéré dans la rue.

Si la reconstruction des syndicats est un projet à plus long terme qui n’a pas toujours la même visibilité publique, c’est une tâche vitale à laquelle on ne peut se soustraire. Les efforts d’organisation des membres de Socialist Alternative dans les lieux de travail à travers le pays leur ont valu le respect et la reconnaissance. Parfois, cela a résulté de notre leadership dans les grèves et autres campagnes industrielles. Récemment, nos camarades du Syndicat national de l’enseignement supérieur ont mené une campagne qui a fait échouer une réduction de salaire prévue de 15 % pour les travailleurs universitaires.

Mais peut-être que l’effort le plus important de ces derniers temps a été notre campagne pour faire élire un socialiste au parlement par l’intermédiaire des socialistes victoriens. Cet effort gigantesque a impliqué de toucher plus de cent mille électeurs à travers Melbourne par le biais de coups de porte, de réunions publiques, d’actions de protestation et plus encore. Si nous gagnons, ce sera la première fois en 100 ans qu’un socialiste révolutionnaire sera élu au parlement australien.

Tout cela n’a été possible que grâce à la croissance constante de la taille et de l’expérience de notre organisation. Sans des socialistes engagés travaillant sans relâche pour lutter à la fois pour des objectifs immédiats et une transformation à long terme, l’Australie serait un endroit plus passif, plus à droite et moins plein d’espoir.

Chaque personne qui lit cet article a un rôle à jouer dans la construction d’un mouvement socialiste qui peut faire une différence dans le monde, dès maintenant. Si nous avions quelques centaines ou quelques milliers de membres de plus, les possibilités d’action se multiplieraient.

Cela dit, le but d’une organisation socialiste n’est pas seulement de lutter contre la dernière attaque gouvernementale ou de construire une présence syndicale au travail. Le but d’un groupe socialiste est de renverser le système.

Il y a aussi de bonnes nouvelles à ce sujet. Selon des chercheurs du Centre d’études stratégiques et internationales aux États-Unis, le 21e siècle a été témoin de plus de manifestations de masse et d’événements révolutionnaires que n’importe quelle époque de l’histoire humaine moderne. Des protestations, des grèves et même des révolutions ont balayé le monde, du Chili et de l’Égypte à Hong Kong et aux États-Unis. Cette vague de lutte a culminé juste avant la pandémie en 2019, avec des protestations importantes autour de questions aussi variées que le changement climatique, les droits démocratiques et la justice économique.

Ces mouvements sont inspirants à observer et exaltants à participer. En eux, les opprimés et l’invisible font irruption sur la scène historique, proclamant un monde meilleur pour tous. Leur énergie et leur militantisme éveillent la société aux injustices et offrent l’espoir qu’un autre monde est possible. Ceux qui ont participé à de tels événements n’oublient jamais le sens de la communion forgé par des étrangers unis dans la solidarité et la lutte – un aperçu alléchant du pouvoir de l’humanité à son meilleur. Ils confirment tous les arguments de base de la théorie marxiste : que le capitalisme est un système de crise, que les travailleurs riposteront et que leur lutte contient en elle les germes d’un monde meilleur.

Pourtant, pour chaque épisode de lutte révolutionnaire héroïque, il y a une histoire de défaite tragique. Les crises qui génèrent une résistance de masse – économique, sociale ou politique – ne durent pas éternellement. La classe dirigeante s’adapte à la nouvelle situation et trouve des moyens de répondre par des concessions, la répression ou les deux. Si les mouvements sociaux et les révolutions surgissent apparemment de nulle part, ils reculent souvent tout aussi rapidement.

L’échec répété de ces mouvements résulte directement du manque d’institutions ouvrières fortes et radicales, la plus importante étant un parti socialiste révolutionnaire de masse.

Nos gouvernants ont mille façons de se protéger de la rage des exploités et des opprimés. Celles-ci vont des lois répressives et de la police armée jusqu’aux organisations d’apparence progressiste qui s’efforcent de saper nos mouvements de l’intérieur. On parle ici d’ONG, de politiciens réformistes et de dirigeants syndicaux perfides, toujours soucieux de contenir et de diffuser la colère populaire.

Remettre en question ces types de politiques et d’organisations est crucial pour construire des campagnes efficaces autour de toutes sortes de problèmes. Les modérés s’opposent souvent au militantisme social et industriel le plus minimal par peur de s’aliéner leurs amis haut placés. Les ONG pour le climat et les réfugiés sont les exemples les plus typiques de cette tendance, hibernant chaque fois que les travaillistes sont au gouvernement. On peut dire la même chose des syndicats du secteur public qui ont fait preuve de négligence criminelle à Victoria : ils craignent bien plus de nuire à la fortune électorale des travaillistes qu’ils ne craignent les coupes brutales infligées à leurs membres.

La même bataille d’idées politiques entre radicaux et modérés se déroule dans les moments révolutionnaires, mais les enjeux sont beaucoup plus élevés. Les gens devraient-ils exiger tout ce dont ils ont besoin et veulent, ou acceptent-ils des miettes ? Les travailleurs devraient-ils s’auto-organiser et prendre des mesures perturbatrices, ou plutôt placer leurs espoirs dans les bureaucrates et les politiciens ? Un parti socialiste est vital pour combattre ce dernier : le socialisme ne gagnera jamais à moins que nous puissions briser l’étau que les politiciens réformistes et les bureaucrates syndicaux ont sur le mouvement ouvrier.

Il ne s’agit pas simplement de remplacer les anciens dirigeants par de nouveaux, plus jeunes, qui pourraient tout aussi facilement se vendre que le lot actuel. Lorsque les révolutionnaires parlent de leadership, nous parlons d’un type de leadership radical et démocratique dans lequel des centaines de milliers de militants de la classe ouvrière sont soutenus pour être des leaders efficaces sur leur lieu de travail et dans la société en général. En période de lutte de masse, cela peut se produire de manière quelque peu organique. Mais même dans ce cas, les travailleurs radicaux peuvent parfois agir isolément et à contre-courant des autres militants. Faire partie d’un réseau de révolutionnaires à travers les secteurs et les localités permet aux organisateurs de multiplier leur impact en coordonnant leurs actions et en abordant des questions politiques qui ne peuvent être résolues dans un seul lieu de travail ou quartier.

Dans les moments culminants de toute révolution, un parti socialiste de masse est nécessaire pour vulgariser les arguments en faveur du pouvoir ouvrier et briser la police, les prisons et les armées qui défendent la dictature du capital. Ce n’est qu’alors que les travailleurs pourront commencer à réorganiser la société pour répondre aux besoins humains, ce qui inclura la fin de l’oppression et de l’exploitation et une refonte de notre relation abusive avec la nature.

Pour l’instant, nous sommes loin du point où de telles questions se posent.

Il y a deux grands pièges dans lesquels les socialistes peuvent tomber à des moments où la révolution n’est pas à l’ordre du jour immédiat. La première consiste à perdre de vue cet objectif à long terme et à nous réduire au niveau de réformistes pragmatiques. L’autre est de rêver d’un avenir révolutionnaire sans rien faire pour le rapprocher. Il est facile de faire la première erreur lorsqu’on est engagé dans une lutte autour de quelque chose d’immédiat et d’urgent : c’est la pression « pour ne pas faire du parfait l’ennemi du bien » dont on entend tant parler. Il y a aussi une tentation de faire l’autre erreur, comme le démontre la gauche sur Internet, où des anarchistes et des staliniens apparemment ultra-radicaux existent isolés de toute résistance du monde réel.

Une organisation socialiste, même relativement petite comme Socialist Alternative, peut aider à éviter ces pièges. C’est un groupe de personnes engagées dans l’organisation de la résistance tout en se préparant politiquement et théoriquement aux plus grands défis. Plus il y a de personnes impliquées dans un tel groupe, plus il est probable que les compétences, les connaissances et les principes politiques accumulés au cours de générations de luttes de classe et sociales puissent être transmis et construits de manière à façonner les futures luttes radicales. En fin de compte, cela déterminera si notre équipe gagne ou perd.

C’est pourquoi la tâche la plus importante de toute organisation socialiste est de grandir. Ce n’est qu’en construisant un mouvement socialiste de masse que nous pourrons commencer à avoir un impact réel sur la politique ouvrière. De petits groupes de radicaux peuvent parfois dépasser leur poids en devenant viraux ou en appelant à des manifestations opportunes qui touchent une corde sensible. Mais pour organiser un défi sérieux au capitalisme, nous avons besoin d’activistes et d’organisateurs socialistes intégrés dans chaque lieu de travail, campus universitaire et lutte sociale.

Pour cette raison, tout révolutionnaire sérieux doit être un recruteur agressif, à la fois pour les idées du socialisme et pour une organisation qui peut faire de ces politiques une véritable force dans la vie ouvrière.

Il est facile d’être pessimiste quant à nos chances de succès ultime : nous sommes confrontés aux perspectives réelles d’effondrement économique, de catastrophes climatiques, de gouvernements fascistes et d’une nouvelle guerre mondiale. Mais la seule chose plus exaspérante que le capitalisme, c’est le nihilisme. Personne ne peut garantir la victoire finale de la classe ouvrière, mais il n’y a aucune excuse pour ne pas faire partie du seul mouvement qui a une chance décente de résoudre une fois pour toutes les causes profondes des problèmes de la société.

Source: https://redflag.org.au/article/why-you-should-join-socialist-alternative

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire