Poutine fait un pari énorme

0
285

En 2002, au plus fort du moment unipolaire, alors que les États-Unis se préparaient à envahir l’Irak, certains des plus éminents professeurs de relations internationales du pays ont tenté de résoudre une énigme : pourquoi les autres grandes puissances du monde qui s’opposaient à la politique étrangère américaine n’ont-elles pas faire quelque chose au sujet de l’invasion? La Russie, la Chine, la France et l’Allemagne ont fait connaître leur point de vue aux Nations Unies, mais ils n’ont pas soutenu Saddam Hussein. Ils n’ont pas non plus renforcé leurs armées ou modifié leurs alliances pour s’opposer aux États-Unis.

Lorsque des États repoussent d’autres États qu’ils considèrent comme menaçants ou puissants, les politologues appellent ce comportement « équilibrage ». Dans un recueil d’essais intitulé « America Unrivaled », certains de ces professeurs ont suggéré que cet acte fondamental de compétition géopolitique avait disparu depuis l’effondrement de l’Union soviétique parce que les États-Unis étaient trop en avance sur tout le monde. D’autres soutiennent que les États-Unis ne menaçaient pas les autres grandes puissances ou qu’ils avaient construit un ordre libéral ouvert à tous.

Aujourd’hui, cependant, l’équilibrage est très certainement de retour – et est communément décrit avec la phrase plutôt imparfaite et amorphe compétition de grande puissance. La Russie a annexé la Crimée en 2014, est intervenue militairement en Syrie et est intervenue dans l’élection présidentielle américaine de 2016. Pendant ce temps, la Chine a construit des îles artificielles dans la mer de Chine méridionale et a fait des progrès rapides dans les technologies militaires, dépassant parfois même les États-Unis. La Russie et la Chine ont commencé à s’équilibrer à mesure qu’elles sont devenues plus fortes, mais aussi parce que Vladimir Poutine et Xi Jinping craignaient que si le libéralisme occidental réussissait à l’échelle mondiale, cela pourrait constituer une menace existentielle pour leurs régimes. Même les alliés de l’Amérique sont en équilibre. Le Turc Recep Tayyip Erdoğan utilise librement la puissance militaire et la diplomatie coercitive, coopérant avec la Russie quand bon lui semble. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ne s’en remettent plus automatiquement aux États-Unis et n’utilisent plus la puissance militaire même lorsque Washington préfère ne pas le faire, comme Riyad l’a fait au Yémen.

La décision d’autres pays de projeter la puissance militaire de manière à contrecarrer les actions américaines est un changement transformateur dans l’environnement extérieur de l’Amérique. Après la guerre froide, les États-Unis pouvaient, et l’ont parfois fait, traiter les préférences géopolitiques des puissances rivales ou même amies après coup. Il ne peut plus le faire. En fait, l’assemblage par la Russie d’une force d’invasion forte de 175 000 personnes le long de sa frontière avec l’Ukraine suggère que nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle phase dangereuse de rivalité internationale.

Personne ne sait vraiment pourquoi Poutine semble choisir ce moment pour s’en prendre à l’Ukraine. Une invasion ne peut pas être attribuée de manière crédible à une action occidentale spécifique ou à un événement déclencheur, comme une intervention en Syrie ou l’Union européenne offrant à l’Ukraine un accord d’association en 2013. Certains ont fait valoir que Poutine est frustré que l’Ukraine ne respecte pas ses engagements en vertu de les accords de Minsk de 2014 et 2015 pour donner aux régions dominées par la Russie un droit de veto sur les relations de l’Ukraine avec l’Occident, mais ce n’est pas une nouveauté.

Une interprétation est que la Russie utilise la menace d’une invasion pour forcer une véritable discussion sur la mise en œuvre des accords de Minsk et l’avenir de la sécurité européenne. Il maintiendra les troupes en place comme un outil coercitif, montrant qu’il est prêt à utiliser la force si les pourparlers échouent. Cela, à certains égards, serait une escalade progressive du type de comportement d’équilibrage agressif dans lequel Poutine s’est engagé depuis 2014.

Le scénario le plus sombre est l’invasion imminente. Dans un essai de juillet intitulé « Sur l’unité historique des Russes et des Ukrainiens », Poutine a fait valoir que les deux pays constituaient « un seul peuple » et que « la véritable souveraineté de l’Ukraine n’est possible qu’en partenariat avec la Russie ». Maintenant dans sa troisième décennie de règne, Poutine pourrait bien croire que s’il ne prend pas des mesures décisives, l’Ukraine s’éloignera davantage de la Russie.

Une analyse du Conseil russe des affaires internationales a suggéré que si Poutine décidait d’envahir (ce que le rapport déconseillait), « l’apothéose de l’opération devrait être l’encerclement et la capture ultérieure de Kiev, et la stabilisation de la ligne de front le long du Dniepr. . La création d’un nouvel État ukrainien avec pour capitale Kiev serait annoncée et reconnue par la Russie. Il comprendrait le DPR et le LPR auparavant indépendants. La Russie résout ainsi plusieurs problèmes historiques à la fois. La menace immédiate qui pèse sur les frontières sud-ouest est supprimée. Un contrôle total sur la mer d’Azov et un corridor terrestre vers la République de Crimée sont assurés. Deux États ukrainiens apparaissent sur la carte, dont l’un doit être « ami et fraternel ».

Les analystes occidentaux ont noté depuis longtemps que l’affirmation de soi des Russes et des Chinois peut être contre-productive. Avant l’annexion de la Crimée par la Russie, l’Ukraine se sentait déchirée entre l’Occident et la Russie. Par la suite, l’Ukraine a commencé à se déplacer progressivement vers l’ouest sur le plan géopolitique. De même, la répression chinoise contre Hong Kong a durci les attitudes à Taïwan contre l’unification pacifique selon le modèle « un pays, deux systèmes ». Une invasion serait la réponse de Poutine à cette critique – si de petits actes d’agression créent un sentiment anti-russe, il ne fera que doubler et imposer sa volonté.

C’est un sacré pari. Si la Russie ne met pas rapidement en déroute les forces ukrainiennes, le conflit pourrait se prolonger, l’aide militaire occidentale affluant vers l’Ukraine. Les inévitables pertes civiles et la destruction de biens pourraient enflammer l’opinion publique dans la partie orientale de l’Ukraine, ce qui pourrait conduire à une insurrection. La Russie ne pouvait pas recourir au déni officiel, comme elle l’a fait avec l’annexion de la Crimée. Et avec Kiev comme objectif, un soulèvement ne pouvait pas être considéré comme un conflit lointain sur une parcelle de terrain contestée.

La perspective d’une invasion intervient à un moment où les relations de Poutine avec le reste du monde sont relativement stables. L’administration Biden a clairement indiqué qu’elle souhaitait une relation « stable et prévisible » avec la Russie, ce qui signifie préserver le statu quo. Le président français Emmanuel Macron a longtemps estimé que l’Europe devrait s’engager avec la Russie sur les questions de sécurité. Pendant ce temps, loin d’être isolé, Poutine a activement cherché à renforcer les liens de la Russie dans le monde, concluant plus récemment une nouvelle vente d’armes majeure à l’Inde.

Dans les semaines à venir, les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni chercheront sans doute à renforcer la dissuasion en augmentant le coût d’une invasion. L’administration Biden a également annoncé que les États-Unis et “au moins quatre alliés de l’OTAN” rencontreraient la Russie pour discuter de la sécurité européenne. Alors qu’il renforce la dissuasion et cherche à faire baisser la température géopolitique par la diplomatie, les dirigeants de l’OTAN devraient également veiller à rappeler à leurs homologues du monde entier qu’ils ont également un intérêt dans cette crise. En effet, les liens de la Russie avec le reste du monde signifient que d’autres dirigeants – comme l’Indien Narendra Modi, le Turc Erdoğan et l’Israélien Naftali Bennett – ont un rôle important à jouer.

Il est peu probable que les dirigeants non atlantiques prennent une position ferme en faveur de l’Ukraine et contre la Russie, mais ils doivent savoir que si Poutine prend l’Ukraine, un Rubicon aura été franchi. Les puissances asiatiques (Inde et Japon) espèrent à terme diluer la coopération russo-chinoise. Une invasion rendrait la Russie de plus en plus dépendante de la Chine et peut-être politiquement redevable envers elle de son soutien pendant cette crise. L’Inde et le Japon ont un intérêt stratégique à empêcher que cela se produise. Plus généralement, la destruction de l’État ukrainien dynamiserait la rivalité entre les États-Unis et la Russie, surtout si Poutine ripostait à l’aide militaire occidentale à l’Ukraine. Cela entraînerait une pression massive sur les alliés américains non membres de l’OTAN pour réduire les liens avec Moscou et l’isoler.

Cette crise ne concerne pas seulement les accords de Minsk ou le différend entre la Russie et l’Ukraine. Il s’agit de savoir si nous sommes prêts à assister à une escalade dramatique de la confrontation militaire entre les grandes puissances qui ébranlera l’ordre international jusqu’à ses fondements. L’effort diplomatique pour empêcher cela doit être mondial.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire