Poutine tente de justifier l’injustifiable

0
60

Les justifications du gouvernement russe pour sa guerre en Ukraine ― l’opération militaire la plus importante et la plus destructrice en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale ― ne sont pas convaincantes.

Bien que, dans la défense de l’invasion russe, le président russe Vladimir Poutine ait mis l’accent sur la menace d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, cette action, si elle avait eu lieu, aurait été parfaitement légitime au regard du droit international. La Charte des Nations Unies, qui est un instrument de droit international, n’interdit pas l’adhésion à des alliances militaires. Et, en fait, un grand nombre d’alliances de ce type existent. La Russie dirige actuellement l’Organisation du Traité de sécurité collective, une alliance militaire composée de six pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale.

Bien sûr, l’accent mis par Poutine sur l’OTAN est basé sur l’idée que la sécurité nationale de la Russie serait mise en danger par l’existence d’un pays de l’OTAN à sa frontière. Mais pourquoi les préoccupations de sécurité nationale de la Russie sont-elles plus valables que les préoccupations de sécurité nationale des nations aux frontières de la Russie, en particulier des nations qui, dans le passé, ont été envahies et englouties en tant que territoire par la Russie ou l’Union soviétique ? De plus, si une menace redoutée pour la sécurité nationale fournit des motifs valables pour une invasion militaire, cela justifierait également des attaques militaires par de nombreuses nations. Enfin, le degré de danger pour la Russie posé par l’OTAN pourrait bien être remis en question, car l’alliance occidentale n’a jamais attaqué la Russie au cours des 73 années d’existence de l’OTAN.

De plus, en pratique, avant l’invasion russe, l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN n’était pas imminente, car les principaux pays de l’OTAN s’y opposaient. En effet, fin mars de cette année, il y a plus de deux mois, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a proposé que l’Ukraine renonce à ses aspirations à l’OTAN et devienne une nation neutre. Mais le gouvernement russe n’a pas accepté cette fin du prétendu danger de l’OTAN comme une raison suffisante pour mettre fin à l’invasion russe. Au lieu de cela, l’effort de guerre russe se poursuit, toujours plus férocement et destructeur.

L’affirmation de Poutine selon laquelle l’Ukraine exige une « dénazification » est particulièrement creuse. Comme la plupart des autres nations, l’Ukraine compte des fascistes parmi sa population. Mais, contrairement à de nombreux autres pays, où les opinions fascistes sont endémiques et où il y a de grands partis politiques de droite et des éléments fascistes au sein du gouvernement, les gens de droite en Ukraine ne recueillent qu’environ 2 % des voix et n’ont qu’un seul représentant au parlement ukrainien et aucun dans son branche exécutive. Comme la revendication largement exagérée de la Russie du contrôle nazi de l’Ukraine est fortement basée sur l’existence de fascistes au sein du régiment d’Azov, il convient de noter que la majeure partie de cette force combattante a été tuée ou capturée pendant le siège russe de Marioupol. Ironiquement (et hypocritement), Poutine lui-même a été un fervent partisan des partis néofascistes dans toute l’Europe de l’Est et de l’Ouest et ceux-ci, à leur tour, l’ont célébré.

Quelles que soient les justifications, l’invasion militaire russe massive de l’Ukraine est une violation claire de la Charte des Nations Unies, qui a été signée par tous les participants à la guerre. Dans l’article 2, la Charte dit : “Tous les Membres s’abstiendront, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État.” Afin qu’il n’y ait aucun doute sur la pertinence de cette déclaration par rapport à la situation en Ukraine, la Cour internationale de justice a statué le 16 mars que la Russie devait cesser ses opérations militaires en Ukraine. Après qu’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU allant dans ce sens ait été opposée par la Russie, l’Assemblée générale des Nations Unies, par un vote de 141 pays contre 5, a adopté une résolution exigeant que la Russie “retire immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire”. de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Les 5 seuls pays qui ont soutenu la position russe étaient la Russie, la Corée du Nord, la Syrie, la Biélorussie et l’Érythrée. Même certains des amis les plus proches de la Russie, comme la Chine et Cuba, se sont abstenus plutôt que de soutenir la violation du droit international par la Russie.

Outre son illégalité, la guerre russe en Ukraine est clairement une guerre impérialiste. Il s’agit d’une attaque par l’une des puissances militaires les plus puissantes du monde contre une nation beaucoup plus petite et plus faible, dans le but clair de prendre le contrôle de tout ou partie de l’Ukraine et de l’annexer à l’empire russe. Bien que le gouvernement russe ait officiellement accepté de respecter l’indépendance et la souveraineté de l’Ukraine en signant le mémorandum de Budapest de 1994, en 2014, la Russie s’est emparée de la Crimée et est intervenue militairement dans l’est de l’Ukraine pour soutenir les séparatistes pro-russes. Dans une longue déclaration publique publiée par Poutine en juillet 2021, il a nié l’existence d’une nation ukrainienne indépendante. Puis, trois jours avant l’invasion russe massive du 24 février 2022, il a annoncé que l’Ukraine était la « terre russe ».

En juin dernier, dans une référence claire à sa conquête militaire de l’Ukraine, Poutine s’est comparé à Pierre le Grand, le tsar russe du XVIIIe siècle qu’il a loué pour avoir mené des décennies de guerre pour reprendre le territoire russe à la domination étrangère.

Bien sûr, Poutine et ses apologistes ont raison lorsqu’ils observent que, parfois, d’autres grandes puissances ont également bafoué le droit international et les opinions de la communauté mondiale. Mais cette norme abyssale pour le comportement des nations pourrait justifier presque n’importe quoi, de la torture à la guerre nucléaire, en passant par le génocide. Ce n’est pas une prescription pour le monde juste et pacifique que les peuples de toutes les nations méritent.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/22/putin-attempts-tojustify-the-unjustifiable/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire