Preneur d’otage de la synagogue du Texas connu du MI5 – rapports – News 24

0
69

Le MI5 aurait clos une enquête de « quatre semaines » sur Malik Faisal Akram, lui permettant de se rendre aux États-Unis et d’acheter une arme à feu

L’homme britannique de 44 ans qui a retenu des otages dans une synagogue du Texas samedi aurait été jugé comme n’étant pas une menace après une enquête “de niveau intermédiaire” de quatre semaines en 2020 par l’agence d’espionnage britannique MI5.

Malik Faisal Akram, 44 ans, a été abattu par la police après avoir interrompu un service dans une synagogue samedi et retenu des personnes en otage pendant une impasse de 10 heures. L’incident a été rapidement décrié par le président américain Joe Biden, qui l’a qualifié de “acte de terreur” et le gouvernement britannique, qui a condamné “ceux qui répandent la haine”.

Le citoyen britannique Akram, originaire de Blackburn dans le nord de l’Angleterre, a été désigné par le FBI comme le preneur d’otages et la police antiterroriste britannique aide l’enquête menée par les États-Unis.

Le MI5 avait précédemment mené une “niveau moyen” enquête sur Akram, qui a eu lieu “plus de quatre semaines” avant de conclure qu’il ne présentait pas de risque terroriste et qu’il n’était pas nécessaire de restreindre sa capacité à voyager à l’étranger, selon des médias britanniques citant des sources gouvernementales.




Comme l’enquête aurait été achevée et qu’Akram figurait sur la liste des sujets d’intérêt fermés dans les dossiers du MI5, le Royaume-Uni n’aurait pas fourni d’informations préoccupantes aux autorités américaines avant que la prise d’otages n’ait eu lieu.

Il a pu se rendre aux États-Unis et acheter une arme à feu avant l’incident à la synagogue. Il a été rapporté à la suite du scénario de la prise d’otages qu’Akram avait un casier judiciaire au Royaume-Uni, mais aucun de ceux-ci n’était pour des condamnations pour terrorisme.

Dans un message maintenant supprimé sur la page Facebook de la communauté musulmane de Blackburn, le frère d’Akram a affirmé qu’il souffrait de problèmes de santé mentale. Lundi, le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a publiquement proposé “plein soutien” des autorités britanniques dans l’enquête.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire