“Près d’un quart” de l’humanité pourrait souffrir de la faim selon le leader européen — RT World News

0
39

“De nouveaux problèmes” pourraient surgir de la faim alimentée par le conflit en Ukraine, selon le président serbe

Près d’un quart de la population mondiale pourrait manquer de nourriture si la guerre en Ukraine se prolonge encore longtemps, a déclaré samedi le président serbe Aleksandar Vucic lors d’un discours prononcé à la 89e Foire agricole internationale de Novi Sad.

Si quelque chose ne change pas dans le conflit en Europe de l’Est, près d’un quart du monde aura besoin de quantités de base de nourriture, ce qui créera de nouveaux problèmes“, a déclaré Vucic dans un discours ouvrant l’événement d’une semaine dans la ville serbe, qui rassemble des exposants de 21 pays.

Cependant, plus tôt en mai, il a déclaré que la Serbie serait épargnée par les pénuries alimentaires qui, selon lui, frapperaient une grande partie de la population de la planète l’hiver prochain, ce qui, selon lui, serait “le plus dur depuis 70 ans.”




Vucic a salué les relations étroites de la Serbie avec la Hongrie, expliquant que la nation était devenue son deuxième partenaire commercial au sein de l’UE. Le président hongrois Viktor Orban, également présent lors du discours d’ouverture, a partagé cet avis, ajoutant que les deux pays avaient des secteurs agricoles solides.

Tout en reconnaissant le «Inflation galopante, hausse des prix, faim et conflit en Ukraine“, Orban a salué le”bonne nouvelle… que, sur la base des pourparlers avec Vucic, je peux dire que la Hongrie peut compter sur la Serbie, la Serbie sur la Hongrie.”

Nous aurons un hiver difficile, mais la Serbie et la Hongrie ont d’importantes réserves alimentaires, nos deux pays sont sûrs en ce qui concerne le gaz naturel», a poursuivi le dirigeant hongrois, critiquant le «des mesures économiquement inacceptables adoptées à Bruxelles» contre la Russie.

LIRE LA SUITE:
L’Allemagne met en garde contre la famine mondiale

Orban a décrit à plusieurs reprises les sanctions de l’UE imposées à la Russie comme étant plus préjudiciables à la Hongrie et aux autres pays européens qu’à Moscou. Il a noté que, comme la Serbie, «La Hongrie n’a pas imposé de sanctions contre la Russie équivalentes à la bombe nucléaire.” Budapest a jusqu’à présent contrecarré les efforts de l’UE pour imposer un embargo total sur les importations russes de pétrole et de gaz.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire