Quand Cuba a fourni une aide militaire cruciale aux mouvements indépendantistes africains

0
45

PG

C’était très petit. En 1960 et 1961, les Cubains décident d’aider les rebelles algériens. Ils se sentaient proches des rebelles algériens parce qu’ils luttaient contre un régime soutenu par les États-Unis. La Révolution cubaine était une guerre de libération contre Batista et les États-Unis.

Cuba a envoyé des armes aux rebelles algériens. De nombreux Algériens ont été blessés et des enfants sont devenus orphelins pendant la guerre. Ils ont donc été envoyés pour être éduqués à Cuba. Avec un seul navire, le Casablanca, il y avait ces deux dimensions de la politique cubaine en Afrique : l’assistance militaire — des armes pour la guérilla — et l’envoi des enfants et des blessés à Cuba. C’étaient les premiers pas.

Ensuite, Cuba a envoyé une mission médicale en Algérie. Le ministre de la Santé de Cuba a dit que c’était comme aider un autre mendiant. Cuba a perdu beaucoup de médecins car la moitié d’entre eux ont fui aux États-Unis. Pourtant, ils ont envoyé une mission médicale en Algérie parce qu’il y avait pire pour Cuba, et l’Algérie le méritait bien. Lorsque la mission médicale est arrivée, il y a eu une réaction négative de la part de beaucoup, même des Algériens, car les médecins cubains travaillaient gratuitement. Mais les missions médicales ont continué pendant des décennies.

Ensuite, Cuba a commencé à se concentrer sur l’Afrique subsaharienne. C’était l’erreur de Cuba. Au départ, Cuba avait une très petite présence en Afrique subsaharienne. En 1964, la guerre dans les colonies portugaises – Angola, Guinée-Bissau et Mozambique – a commencé. Il y avait aussi une révolte dans l’ancien Congo belge et ce qui semblait être un gouvernement révolutionnaire au Congo-Brazzaville. Fidel Castro a décidé d’envoyer une mission en Afrique pour évaluer la situation et voir si Cuba pouvait aider.

Le Che est allé en Afrique sub-saharienne, une région dont il ne connaissait rien. Les gens qui l’accompagnaient ne connaissaient pas non plus l’Afrique subsaharienne. Le Che conclut que l’Afrique connaît déjà une révolution et accepte, au nom de Fidel, d’envoyer des instructeurs pour aider les guérillas luttant contre les gouvernements soutenus par les États-Unis. À l’époque, c’était la plus grande opération secrète que Cuba ait entreprise.

Le Che a dirigé une force d’environ 125 hommes dans l’ancien Congo-Brazzaville belge. Il y a eu une énorme erreur de renseignement. A leur arrivée, la révolte était déjà vaincue. Pendant six mois, le Che ou ses guérilleros n’ont pas pu faire grand-chose. Puis, en novembre 1965, tout ce que le Che pouvait faire était de se retirer du Congo. La révolte avait perdu, et la Tanzanie, base arrière de la révolte, était exposée à trop d’ennemis. Cuba a appris une leçon très importante : il faut savoir ce qui se passe avant d’agir.

Après l’opération au Congo-Brazzaville et avant celle en Angola, il y a eu deux autres opérations secrètes cubaines en Afrique. L’un était en Guinée-Bissau, qui avait le mouvement de guérilla le plus fort d’Afrique. Jusqu’à ce que les Portugais reconnaissent l’indépendance de la Guinée-Bissau en 1974, Cuba a apporté aux guérilleros une aide militaire et humanitaire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire