Quand il s’agit de la réponse d’Israël à la guerre en Ukraine, c’est compliqué – Mother Jones

0
111

Une foule à Tel Aviv regarde le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresser à la Knesset israélienne.Maya Alleruzzo / AP

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits importants. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Peu de problèmes ont uni le monde occidental plus rapidement que l’invasion de l’Ukraine par le dirigeant russe Vladimir Poutine le mois dernier. En réponse à sa guerre brutale, les États-Unis et leurs alliés ont acheminé des armes et de l’aide à l’Ukraine et imposé de sévères sanctions à la Russie.

Ces mesures ont reçu un large soutien à l’échelle internationale, mais il y a eu un certain nombre de cas particuliers importants. L’Inde, qui entretient des liens étroits avec la Russie depuis la guerre froide, a hésité à critiquer Poutine, et la Chine, qui a promis il y a quelques semaines à peine un partenariat “sans limites” avec la Russie, a joué un rôle crucial dans la poursuite de la guerre de désinformation de Poutine. Ensuite, il y a Israël, qui a opté pour une approche prudente visant à satisfaire à la fois les États-Unis et la Russie. Cet équilibre prudent a conduit à des moments difficiles.

Peu de temps après que Poutine a ordonné l’invasion de l’Ukraine le mois dernier, Israël n’a pas soutenu une résolution des Nations Unies dirigée par les États-Unis condamnant la Russie. La décision aurait agacé les États-Unis dans la mesure où l’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a transmis un message à son homologue israélien “soulignant la déception de l’administration Biden”. Axios signalé.

Israël a un accord avec Poutine qui lui permet de frapper des cibles iraniennes en Syrie. (La Russie, qui soutient le dirigeant syrien assiégé Bashar al-Assad, est un important courtier en puissance dans la région.) « Les États-Unis sont notre allié très important, mais depuis la guerre civile en Syrie, nous avons dû traiter avec les Russes parce qu’ils sommes devenus nos voisins », a récemment déclaré Orna Mizrahi, une ancienne responsable de la sécurité nationale israélienne. New yorkais. “Il est si important pour nous que la Russie ferme les yeux sur ce que nous avons fait en Syrie, agissant contre le transfert d’armes, l’enracinement des Iraniens.”

Dans des déclarations après l’invasion de l’Ukraine, le Premier ministre israélien Naftali Bennett n’a jamais explicitement condamné la Russie et aurait exhorté les membres de son cabinet à “faire profil bas” concernant toute déclaration publique sur le conflit. Les remarques de Bennett à son cabinet sont intervenues quelques jours après que le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a apparemment rompu le protocole pour condamner “l’attaque russe” comme une “violation grave de l’ordre international”. La Russie a rapidement pris note des propos du ministre des Affaires étrangères et a convoqué l’ambassadeur d’Israël à Moscou pour lui expliquer la position du pays. Depuis lors, Bennett a rendu visite à Poutine et, avec le soutien des États-Unis, a tenté de négocier la fin du conflit.

Ajouter au rôle d’Israël est un élément symbolique que d’autres pays ne partagent pas. Poutine a présenté son invasion comme une chance de “dénazifier” l’Ukraine, une affirmation bizarre qui va à l’encontre du propre soutien de la Russie aux groupes d’extrême droite et du fait que le président ukrainien Volodymyr Zelensky est juif. Lui aussi a invoqué l’Holocauste dans un discours prononcé cette semaine devant la Knesset israélienne, utilisant l’expression « solution finale » pour décrire les actions de la Russie envers les Ukrainiens. Sa comparaison a suscité les critiques de certains Israéliens.

Pour mieux comprendre la position d’Israël, je me suis tourné vers Shalom Lipner, un chercheur principal du Conseil de l’Atlantique qui a travaillé pour sept premiers ministres israéliens en tant que membre du personnel du bureau du Premier ministre. Il a récemment écrit un article intitulé “Israel Needs to Make Up Its Mind on Ukraine” pour Police étrangère, dans lequel il a fait valoir que le pays n’avait pas de «choix réaliste» que de rester avec «Team America».

J’ai parlé à Lipner cette semaine de la réponse israélienne au discours de Zelenskyy, comment caractériser le rôle d’Israël dans la résolution de la guerre, et si cela affecte l’alliance historique américano-israélienne.

Tu as écrit que la réponse d’Israël à l’invasion russe de l’Ukraine comportait une composante « bon flic, mauvais flic ». Qu’est-ce que vous entendez par là?

Je voulais dire que vous avez des porte-parole différents qui disent des choses qui semblent parfois intrinsèquement contradictoires. D’un côté, mettant l’accent sur la sympathie envers le peuple ukrainien sans nécessairement mentionner nommément les Russes, et de l’autre, le ministre des Affaires étrangères étant ouvertement condamnant Moscou.

Les porte-parole israéliens eux-mêmes ont contesté l’idée qu’ils ont été neutres. Ils pointaient du doigt ces condamnations, ils pointaient du doigt l’aide humanitaire. Par exemple, Israël vient de créer un hôpital de 6,5 millions de dollars près de Lviv. Les sondages ont été très clairs dans le pays et les gens sont très favorables au sort de l’Ukraine.

Au moment où je l’ai écrit, j’ai en fait soutenu qu’il n’y a pas vraiment de viabilité pour une stratégie “bon flic, mauvais flic” de toute façon, parce que, ces jours-ci, tout le monde entend tout ce qui se dit, de toutes les parties du tout fois, donc je ne pense pas que vous puissiez réellement transmettre sur différentes longueurs d’onde.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et le Premier ministre Naftali Bennett appartiennent en fait à des partis politiques différents. Leur coalition est basée sur un accord de partage du pouvoir où Lapid devrait devenir Premier ministre après Bennett, n’est-ce pas ?

Oui c’est vrai. Ils représentent différentes circonscriptions qui abordent les problèmes sous des angles différents, mais pour la plupart, lorsque nous voyons des différences, elles sont largement contenues. Ils ont réussi à trouver un terrain d’entente, et je ne pense pas que nous ayons vu beaucoup de dissonance, certainement pas à l’échelle internationale. Vous voyez peut-être plus de différences sur les questions nationales. Tous deux soulignent leur désir de réparer tout lien effiloché avec les États-Unis au cours de la dernière décennie en raison de la polarisation et de la partisanerie entre les deux pays.

Israël est de loin le premier bénéficiaire de l’aide américaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leur alliance est une caractéristique bipartite de la politique étrangère américaine depuis des décennies. Pourquoi Israël n’adopterait-il pas immédiatement la position américaine sur cette guerre ?

Je ne pense pas que nous voyons quelque chose ici qui entre en conflit avec la position américaine. Ils ne se sont pas levés et n’ont pas exprimé leur sympathie pour Poutine, en soi. Ce que nous voyons est une tentative d’injecter des nuances dans la conversation en tant que reflet de la position d’Israël dans la région et des choses à son ordre du jour.

Nous examinons deux ou trois choses à cet égard. Tout d’abord, la Russie est un voisin de facto d’Israël, avec un pied réel juste au-delà de la frontière du plateau du Golan avec la Syrie, où Israël reste engagé dans un conflit de longue date avec des mandataires iraniens. Cette réalité a nécessité un très haut niveau de coordination au cours des dernières années avec les forces russes opérant sur ce théâtre.

C’est parce que la Russie contrôle essentiellement cet espace aérien, n’est-ce pas ?

Il a soutenu le régime d’Assad, qui, pour le moment du moins, contrôle ce territoire. Tout cela se produit dans le contexte de ce que de nombreux autres pays de la région considèrent comme ce type de désengagement croissant au cours des dernières années par les administrations américaines successives dans la région. Les Russes sont très actifs pour tirer parti de cette opportunité.

Malgré, ou non, les différences sur la frontière syrienne, la relation qu’Israël a entretenue, pendant de nombreuses décennies, avec les États-Unis est toujours un élément fondamental de sa doctrine de sécurité nationale. Personne ne cherche là-bas à rompre les rangs avec les États-Unis, l’OTAN ou l’Occident sur ces choses

Une autre partie de cela qu’il est difficile d’ignorer est symbolique. Poutine a parlé de « dénazification » de l’Ukraine. L’Ukraine a comparé Poutine à Hitler et invoqué la mémoire de l’Holocauste. Comment ce genre de rhétorique chargée a-t-il été pris en compte dans la pensée d’Israël ?

Je ne sais pas si cela affecte la formulation ou la mise en œuvre d’une politique pratique, mais c’est certainement quelque chose qui n’a pas échappé à l’attention populaire en Israël. Je pense qu’il y a un malaise inhérent à l’utilisation de toute cette imagerie et de cette terminologie. Les gens voient vraiment l’Holocauste comme un événement unique dans l’histoire pour des raisons qui ne se sont pas reproduites dans ce scénario particulier, aussi terrible soit-il.

Vous concluez dans votre article qu’Israël n’a pas d’autre choix que de rester dans la “Team America”. Avons-nous vu Israël orienter ses messages sur l’Ukraine pour mieux refléter le point de vue des États-Unis récemment ?

Je ne pense pas que nous ayons jamais vu quoi que ce soit qui soit en contradiction avec la position américaine. Mais je pense que nous avons remarqué qu’en ce qui concerne cet effort de médiation, par exemple, Israël s’est étroitement coordonné avec les États-Unis. Il est devenu clair qu’il veut être perçu comme faisant cela avec le soutien tacite ou peut-être même apparent ou manifeste des États-Unis et de ses alliés.

Il ne veut pas être vu comme une Chine ou une Russie dans cette situation ?

Le gouvernement israélien ne se considère pas comme neutre. Ils veulent être considérés comme des médiateurs crédibles dans le but d’être en mesure de faciliter une sorte de résolution de ce conflit.

Je pense que la direction a essayé d’être responsable à ce sujet. Ils ont reçu des critiques, comme je l’ai dit, de la part de certaines personnes qui ont soutenu qu’il s’agissait d’une position neutre. Ils soutiennent qu’il ne s’agit pas du tout d’une position neutre. Ils ont été plus visibles dans la sphère humanitaire. Et Bennett a de nouveau parlé à Poutine, donc vous avez certainement continué cet effort. Il ne serait pas raisonnable de s’attendre à ce qu’Israël prenne les devants et discute d’une implication d’une portée plus large que les membres de l’OTAN qui ont une capacité beaucoup plus grande pour faire face à ce genre de choses en ce moment.

Cette conversation a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire