Quand la sécurité en Europe entre en conflit avec la démocratie en Pologne

0
238

Les récents développements en Pologne montrent à quel point il peut être difficile de maintenir ensemble démocratie et sécurité, deux des objectifs existentiels qui ont façonné l’Union européenne. L’UE devrait sanctionner la Pologne pour les violations des droits civils fondamentaux par son gouvernement, tout en soutenant Varsovie dans sa lutte contre l’agression en provenance de Biélorussie et de Russie à la frontière orientale de l’UE. La contradiction entre le renforcement de l’état de droit et la prévention des menaces à la sécurité dans un environnement interdépendant représente un avertissement pour le Sommet de la démocratie que l’administration Biden organise en décembre.

Le différend sur la démocratie divise l’UE et la Pologne depuis quelques années. L’UE a exprimé des inquiétudes concernant la préservation de l’état de droit en Pologne au moins depuis 2015. Fin 2019, le parlement polonais a approuvé une loi facilitant la révocation des juges critiques à l’égard des réformes judiciaires du parti Droit et justice au pouvoir. Après deux étapes successives, la Commission européenne a adressé en décembre 2020 une lettre de mise en demeure à la Pologne concernant le fonctionnement de la chambre disciplinaire de la Cour suprême, signalant que « la simple perspective pour les juges de devoir faire face à une procédure devant un organe dont l’indépendance est non garanti est susceptible d’affecter leur propre indépendance. Dans un « règlement » publié le 16 décembre 2020, l’UE a réaffirmé que le respect de l’État de droit est une condition fondamentale pour la protection des autres valeurs sur lesquelles l’union est fondée, telles que la liberté, la démocratie, l’égalité et le respect. pour les droits de l’homme. Dans le même règlement, affirmant qu’« il ne peut y avoir de démocratie et de respect des droits fondamentaux sans respect de l’État de droit et vice versa », le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont averti la Pologne qu’ils pourraient suspendre une aide financière si le l’état de droit n’a pas été respecté.

Depuis avril de cette année, Bruxelles et Varsovie s’échangent des coups, aboutissant à une décision de la Cour européenne de justice (CJCE) en faveur des initiatives de la Commission européenne visant à adopter des mesures punitives. En octobre, le Tribunal constitutionnel polonais a répondu par une liste d’arguments contre le droit des institutions européennes de réglementer les questions liées à l’application de l’État de droit dans les États membres. Enfin, plus récemment, la CJCE a entériné une décision de la Commission européenne d’infliger une amende d’un million d’euros par jour à la Pologne jusqu’à ce que les violations de l’État de droit soient levées.

La principale pomme de discorde avec l’UE est le manque d’indépendance du pouvoir judiciaire par rapport au gouvernement polonais. Bien que l’article 45 de la constitution polonaise reconnaisse les mêmes principes défendus par Bruxelles, le gouvernement polonais a pris le contrôle du pouvoir judiciaire, manipulant ses pouvoirs à des fins politiques. Même le Tribunal constitutionnel polonais n’est plus disposé ou capable de défendre les principes fondamentaux de l’État de droit. Au contraire, ses juges ont attaqué la pierre angulaire du système européen, la suprématie du droit européen sur le droit national. Ce principe implique que les décisions des juges européens ne peuvent être contestées par les juridictions nationales. Sans elle, le marché unique de l’UE et la plupart des initiatives communes européennes seraient privés de certitude juridique et l’UE serait, comme les autres organisations internationales, incapable de partager la souveraineté.

Pour l’Union européenne, la menace est existentielle. Cependant, les instruments juridiques de l’UE sont à leurs limites. Faire appel à l’article 7 du traité sur l’Union européenne, qui vise à garantir que tous les pays de l’UE respectent les valeurs communes de l’UE, y compris l’État de droit, s’est avéré inutile. Le différend sur le statut démocratique de chaque État membre est désormais ouvertement politique. Confrontés au cas polonais, les gouvernements des autres pays semblent bien conscients de la dimension politique du problème. Après l’impact très modeste du Brexit sur les autres démocraties européennes, la plupart des dirigeants politiques de l’UE craignent que le nationalisme et les tentations autoritaires ne se transforment en souverainisme au sein de l’UE plutôt qu’à l’extérieur. La Hongrie et la Pologne ne veulent pas renoncer à l’important soutien financier des autres pays de l’UE. Cependant, si leur dégradation démocratique n’est pas sanctionnée, toutes les autres démocraties européennes sont exposées à des menaces similaires de la part des souverainistes à l’intérieur de leurs frontières. Pour cette raison, les dirigeants nationaux à travers l’UE ont conduit l’initiative contre la Pologne avec encore plus de force que la Commission européenne ou la CJCE, et sûrement plus efficacement que le Parlement européen.

Cependant, ces dernières semaines, l’isolement de la Pologne par rapport à la plupart des autres pays européens a pris fin. Des milliers de migrants et de réfugiés fuyant principalement l’Irak, l’Afghanistan et la Syrie ont été délibérément acheminés par la Biélorussie jusqu’à la frontière polonaise. L’UE a accusé le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko d'”abus de type gangster”, attirant les migrants avec la fausse promesse d’un accès facile à l’UE. Quelques milliers de migrants campent à la frontière européenne, que l’autorité polonaise a fermée avec des barbelés, dans des conditions épouvantables, certains d’entre eux meurent de froid. Leur militarisation par le régime biélorusse a provoqué l’indignation en Europe. L’armée biélorusse aurait failli tirer sur les gardes-frontières polonais. Le président russe Vladimir Poutine n’a pas fait mystère de son soutien à Loukachenko, et Moscou a envoyé des avions militaires dans le ciel de la Biélorussie, a appelé l’Europe à payer Loukachenko pour garder les migrants et a reproché à l’Occident d’être à l’origine des crises dont fuient les réfugiés. .

En attendant, Poutine a aggravé la crise à la frontière de l’Ukraine, un pays désireux d’avoir des relations plus étroites avec l’Europe. Le dirigeant russe a envoyé plus de 90 000 soldats dans la région dans un mouvement qui rappelle ce qui s’est passé avant l’invasion de la Géorgie en 2008. Poutine a l’intention de générer des crises parallèles, se déplaçant contre l’Ukraine, tout en aidant la Biélorussie à augmenter la pression sur la frontière polonaise, mettant à rude épreuve l’intérieur de l’Europe tensions sur la répartition des migrants.

La décision de Poutine intervient à un moment où la chancelière allemande de longue date Angela Merkel est sur le point de sortir avec un nouveau gouvernement en formation à Berlin, le président français Emmanuel Macron entre dans une période électorale paralysante, l’Italie a du mal à gérer les afflux massifs de migrants en provenance du mer (deux fois plus qu’en 2020 et cinq fois plus qu’en 2019), et l’achèvement du gazoduc NordStream 2 renforce la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie.

Dans ce contexte, l’Europe est naturellement gênée de réprimander la Pologne pour ses références démocratiques flétries, sans parler d’imposer des amendes pendant les crises migratoires et sécuritaires. D’autre part, le gouvernement polonais exploite la prudence de l’UE en renforçant sa ligne nationaliste : il a refusé l’aide de Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, sur le sol polonais jusqu’à la mi-novembre et a élevé le ton rhétorique sur la Pologne défendant les frontières de l’Europe. et la prétendue identité blanche et chrétienne de l’Europe.

Les événements entre l’UE et la Pologne représentent une mise en garde pour le Sommet de la démocratie. Si l’importance des valeurs démocratiques change en fonction de l’État-nation, ces valeurs deviennent vulnérables, car les préoccupations sécuritaires ont tendance à l’emporter sur la défense des droits fondamentaux de la démocratie.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire