Quand les étudiants déclenchent une grève générale : Mai 68 à Paris

0
68

En mai 1968, pendant à peine plus d’un mois, les manifestations étudiantes contre la répression policière à Paris déclenchèrent une grève générale de millions de travailleurs, dévorant la société française pendant des semaines et brisant l’idée que le capitalisme ne pouvait être défié dans l’industrie avancée. économies.

Cela a commencé par une manifestation d’étudiants et de lycéens dans le quartier latin de Paris le soir du 10 mai. Au cours des deux mois précédents, la police, en collaboration avec des chefs d’université, s’était engagée dans une répression des manifestations étudiantes contre la guerre du Vietnam. Les étudiants avaient développé leurs propres stratégies pour faire face à cette répression, alors quand la police est descendue sur leur manifestation à 22 heures, ils savaient quoi faire.

Les étudiants ont rapidement mis en place des barricades en utilisant n’importe quel matériel disponible, gréés de drapeaux rouges et de barbelés, et se sont préparés pour une bataille de rue. Alors que les manifestants se précipitaient pour ramasser des grenades assourdissantes non explosées et des pavés arrachés au pavage, les repoussant vers les lignes de police, les résidents locaux ont montré leur solidarité en transportant des étudiants blessés dans leurs maisons et en lançant des seaux d’eau depuis leurs balcons pour disperser les gaz lacrymogènes. La police n’a pu reprendre le contrôle de la zone que le lendemain matin.

À ce moment-là, la nouvelle de la bataille des barricades s’était répandue. De nombreux jeunes travailleurs avaient passé la nuit scotchés à des reportages radio en direct sur des étudiants donnant l’enfer à la même police qui avait écrasé leurs grèves et les avait harcelés dans leurs quartiers. Des représentants du syndicat national des étudiants et des deux principales fédérations syndicales, la CGT dominée par les communistes et la CFDT, se sont réunis pour appeler à une grève générale contre la brutalité policière. En réponse, 9 millions de travailleurs ont arrêté le travail, immobilisant le pays pendant 24 heures.

Laissé à la direction modérée des fédérations syndicales, cela aurait pu être l’acte final du Mai français. Une grève générale d’une journée de cette ampleur était certainement capitale, mais ne menaçait pas de faire sauter les frontières du capitalisme français. Dans l’usine d’aviation Sud à Nantes, cependant, les ouvriers avaient d’autres idées. Pendant des semaines, ils avaient organisé des arrêts de travail de 15 minutes tous les mardis pour s’opposer aux baisses de salaire. Lorsque les 15 minutes se sont écoulées le mardi suivant la grève générale, les travailleurs du Sud ne sont pas retournés au travail comme d’habitude. Au lieu de cela, 2 000 ouvriers ont quitté leurs départements, bloqué leur directeur dans son bureau et mis en place une occupation de l’usine.

En quelques jours, des occupations d’usine comme celle des ouvriers du Sud s’étaient propagées à Renault Billancourt, un bastion syndical considéré comme le lieu de travail le plus influent de Paris. Une fois ce domino tombé, des grèves ont éclaté dans l’aviation, le textile, la métallurgie, les chemins de fer, les services postaux et au-delà. Un témoin a décrit la transformation de l’ambiance dans les usines : « Les nouveaux grévistes étaient euphoriques. Plus de patrons, plus d’intimidation, liberté totale ».

Plus de 10 millions de travailleurs étaient en grève, cette fois indéfiniment. La société française est bouleversée : aucune partie de l’économie ne peut fonctionner sans travail. Un nouveau sentiment de confiance s’installe. Professeurs et étudiants occupent la principale école des Beaux-Arts de Paris, la remettant à la production de milliers d’affiches soutenant le mouvement.

La répression devint impossible : là où la police s’était préparée sauvagement à repousser même les grandes manifestations étudiantes, elle était impuissante face à un mouvement ouvrier de plusieurs millions de personnes tenant les rênes de l’industrie. De nombreux policiers se sont plaints de devoir dissimuler leurs badges et casques pour éviter d’être chahutés dans les quartiers populaires.

Dix années de stabilité apparente pour le capitalisme français sous le gouvernement autoritaire de l’ex-général de droite Charles de Gaulle avaient été complètement rompues, de Gaulle lui-même étant contraint de fuir le pays. Le pouvoir encore très réel de la classe ouvrière était évident dans les rues et dans les usines occupées.

Cette explosion de radicalité, aussi brutale soit-elle apparue de l’extérieur, n’est pas sortie de nulle part. Le mouvement étudiant en France se développe depuis la fin des années 1950. Il puisait à deux sources principales. L’un était la situation des universités elles-mêmes. Entre 1950 et 1965, la proportion d’étudiants universitaires dans la population a triplé. Les universités françaises devenaient des institutions de masse dans lesquelles un grand nombre d’étudiants étaient formés pour leurs futurs rôles dans une économie capitaliste sophistiquée. Pourtant, cette transformation s’est produite avec seulement de pitoyables injections de financement et de ressources de la part du gouvernement. Les étudiants avec de grandes illusions dans la vie intellectuelle ont été confrontés à des universités sous-financées et débordées, et bientôt des protestations ont éclaté sur des campus comme Nanterre et la Sorbonne.

L’autre source était l’activisme anti-impérialiste. De nombreux étudiants ont d’abord été impliqués dans l’activisme en s’opposant à la guerre coloniale brutale du gouvernement français en Algérie dans les années 1950. Cette tradition de protestation anti-impérialiste s’est poursuivie avec l’implication des étudiants français dans le mouvement international contre la guerre du Vietnam. Les étudiants du monde entier ont été émus par la résistance vietnamienne à la guerre criminelle des États-Unis et, en 1968, l’offensive du Têt par les forces vietnamiennes a électrisé le mouvement anti-guerre français, attirant des milliers d’étudiants dans des manifestations et des affrontements avec la police.

Ces mouvements ont soutenu non seulement le sentiment de défi et d’audace qui a caractérisé les événements de mai, mais aussi certains de ses leaders étudiants les plus influents. Les étudiants révolutionnaires ont joué un rôle clé dans la tentative de lier les luttes des travailleurs et des étudiants.

Alors que les grèves de masse prenaient de l’ampleur à partir du 15 mai, les étudiants révolutionnaires recherchaient de jeunes travailleurs, désireux de discuter et de débattre de la politique et de la stratégie de la révolte. Des centaines de comités d’action sont constitués à cet effet : des groupes improvisés réunissant étudiants et ouvriers de base pour trancher les questions politiques et tenter d’approfondir le mouvement de grève.

Parallèlement aux comités d’action, des réunions de masse quotidiennes ont eu lieu dans la Sorbonne occupée et au théâtre national français, l’Odéon. Ici, les idées de la gauche révolutionnaire pouvaient se faire entendre parmi les travailleurs, qui se prouvaient déjà leur propre pouvoir social en fermant la société française. De plus en plus, ils cherchaient des idées qui pourraient relier leurs griefs au travail et leurs expériences de grève à une analyse du capitalisme et à un argument pour le renverser.

Un ouvrier Renault plus âgé a expliqué l’impact du mouvement étudiant sur ses collègues :

« Dans les premiers jours de mai, chaque soir, j’emmenais cinq ou six ouvriers dans ma voiture à la Sorbonne. Quand ils retournaient au travail le lendemain, ils étaient complètement changés… Quand un ouvrier se rendait à la Sorbonne, il était reconnu comme un héros. Au sein de Renault, il n’était qu’une chose. À l’université, il est devenu un homme. Cette atmosphère de liberté dans le sens d’être considéré comme humain a donné une grande combativité aux jeunes travailleurs.

Des dizaines de milliers d’étudiants et de jeunes travailleurs en sont venus à s’identifier comme des révolutionnaires de diverses allégeances à travers l’expérience de Mai 68.

En même temps que les travailleurs acquéraient de l’expérience dans la lutte et le militantisme, les dirigeants des principaux syndicats se préparaient à mener leur lutte en retraite. Le Parti communiste français en particulier avait pendant des années mis un frein à la résistance ouvrière. Façonné par la politique du stalinisme, le parti s’était adapté au capitalisme. Sa stratégie de changement consistait à se présenter aux élections avec le Parti socialiste encore plus modéré et à organiser des actions revendicatives symboliques en complément des négociations polies entre patrons et responsables syndicaux, laissant libre cours aux frustrations des travailleurs sans risquer de trop perturber l’économie. . Mai 68 a été si remarquable en partie à cause de la façon dont le mouvement étudiant a agi comme un disjoncteur à ce modèle, à commencer par la transformation des grèves édentées de 15 minutes à Sud en une occupation d’usine indéfinie.

Pourtant, lier lutte ouvrière et militantisme étudiant ne suffisait pas à déloger totalement l’influence droitière des dirigeants du PCF, qui avaient construit une organisation de masse pendant des décennies et s’étaient acquis la loyauté résiduelle de nombreux travailleurs. En l’absence d’une organisation comparable pour lutter pour une politique révolutionnaire intransigeante, la direction modérée des syndicats ne pouvait être empêchée de mettre un terme aux grèves.

Cela ne s’est toutefois pas fait sans combat. Les responsables de la CGT l’ont appris en présentant au vote de Renault Billancourt l’« accord Grenelle », un accord qui offrait des concessions aux revendications ouvrières en échange de la fin des grèves générales. L’élément clé de cet accord était une augmentation de 35% du salaire minimum – moins que les 600 francs que les travailleurs réclamaient. Il n’a rien proposé sur d’autres demandes clés telles que la limitation des heures de travail et l’amélioration des retraites. À Billancourt, les travailleurs radicaux ont chahuté les fonctionnaires et, dans la plupart des lieux de travail, les travailleurs ont voté pour continuer la grève jusqu’à ce que leurs revendications spécifiques à l’usine soient satisfaites.

À ce stade, de Gaulle joue sa carte maîtresse. Le 30 mai, il a appelé à la dissolution du parlement et à des élections générales. Pour le Parti communiste, s’assurer une influence parlementaire était une priorité absolue. Il était nécessaire, à leurs yeux, de mettre fin au mouvement de grève le plus rapidement possible, en prouvant leur crédibilité en tant que frein fiable au radicalisme ouvrier et en ouvrant la voie pour se concentrer sur les élections.

Pour ce faire, ils ont eu recours à des tactiques de division épouvantables. Tout au long de la grève, la CGT avait tenté de couper les contacts entre étudiants et grévistes, barrant même physiquement les portes d’usines comme Renault Billancourt aux militants étudiants. Les votes d’acceptation des concessions du Grenelle et de fin des grèves, quant à eux, ont été délibérément posés à chaque usine individuellement. Dans certaines usines, des bulletins du Parti communiste ont été publiés et diffusés, rapportant que l’usine avait voté pour le retour au travail…avant de aucun vote n’avait eu lieu !

Isolés des travailleurs des différentes entreprises et industries, et du mouvement étudiant, les lieux de travail individuels ont été laissés vulnérables aux pressions des dirigeants syndicaux et ont été ramenés au travail un par un. Du coup, malgré tout, de Gaulle a pu s’accrocher au pouvoir. Le mouvement s’était terminé dans une impasse difficile même si, à un moment donné, le sort du capitalisme français avait apparemment été en jeu.

L’héritage de 68 n’a cependant pas pu être totalement effacé. Le gouvernement de Gaulle a boité pendant moins d’un an après les événements de mai. Une génération de militants révolutionnaires, quant à elle, a été profondément façonnée par l’expérience de la révolte. Mai 68 témoigne de la possibilité de luttes révolutionnaires, du pouvoir de la classe ouvrière et de la capacité des étudiants à agir comme un détonateur social, capable d’ébranler même la société capitaliste la plus stable en apparence.

Source: https://redflag.org.au/article/when-students-sparked-general-strike-may-68-paris

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire