Queensland Labour récompense les flics misogynes

0
55

Le gouvernement travailliste du Queensland a renforcé les pouvoirs de la police et des tribunaux. Bon nombre des nouvelles lois, annoncées fin décembre, ciblent les délinquants juvéniles. Ils comprennent l’augmentation de la peine maximale pour vol de voiture à dix ans d’emprisonnement, la construction de deux nouveaux centres de détention pour jeunes et l’augmentation de la possibilité pour les tribunaux d’imposer des dispositifs de repérage aux jeunes détenus.

L’annonce fait suite à une augmentation historique du financement de la police en 2020 et à l’abolition de la présomption de libération sous caution pour certains jeunes détenus en 2021. L’année dernière, les travaillistes du Queensland ont voté contre un projet de loi, proposé par les Verts, visant à relever l’âge minimum d’incarcération criminelle de dix à quatorze.

La population carcérale du Queensland a augmenté de près de 70 % au cours de la dernière décennie, les pauvres et les opprimés étant les plus touchés. La plupart des détenus sont confrontés à la perspective de l’itinérance à leur libération et un sur trois vit avec un handicap. L’inégalité est pire dans la détention des jeunes. Le Queensland enferme plus de jeunes que tout autre État australien et 62 % des jeunes détenus sont autochtones.

Le travail a fourni à plusieurs reprises à la police et aux magistrats des ressources et une autorisation politique pour enfermer des personnes, malgré les révélations d’abus dans le système de justice pénale du Queensland.

L’édition 2019 de “Watch House Files”, diffusée par l’ABC Quatre coins programme, exposé généralisé pratiques d’incarcération de jeunes détenus dans des prisons pour adultes, y compris des cas de placement de jeunes filles avec des délinquants sexuels adultes. Le rapport de suivi de l’année dernière a montré que cette pratique s’est poursuivie.

Le renforcement des pouvoirs de la police est particulièrement flagrant compte tenu des enquêtes récentes et des fuites de dénonciateurs révélant une misogynie extrême, des attitudes d’extrême droite et du racisme au sein du service de police du Queensland.

Une enquête commandée par le gouvernement a publié un rapport accablant sur les réponses de la police du Queensland à la violence domestique et familiale, Un appel au changementen novembre. Une partie importante de l’enquête était basée sur des entretiens avec des victimes-survivantes de violence domestique, ainsi que des centaines de Police du Queensland membres.

Le rapport a révélé que les membres de la police du Queensland ont largement exprimé une vision misogyne typique de l’extrême droite : que l’oppression des femmes est une invention de la gauche. Le Syndicat de la police du Queensland a condamné l’enquête comme étant «réveillée» et a qualifié les organisations de femmes de «DV [domestic violence] industrie”. De nombreux flics pensent que les femmes fabriquent généralement des plaintes pour violence domestique par jalousie ou vengeance contre leurs partenaires masculins ou inventent des accusations de viol comme alternative au dépôt d’affaires de garde d’enfants devant le tribunal de la famille.

Sans surprise, Police du Queensland Il a été révélé que des membres s’étaient comportés de manière épouvantable envers les femmes cherchant de l’aide. Un répondant anonyme, un ancien Police du Queensland membre, décrit :

«Les policiers utilisaient des noms désobligeants et faisaient des commentaires et des blagues dégradants sur les clients. Celles-ci comprenaient des déclarations telles que « c’est juste une salope de drogué », « elle ne mérite pas d’avoir ces enfants ». La référence la plus courante était « grub ». En réponse à la violence domestique, j’ai eu des policiers qui ont dit: “C’est juste une sale larve qui essaie de se venger de lui et c’est une perte de temps”.

Un ancien officier de police s’est souvenu d’un détective principal qualifiant une déclaration fournie par une femme victime de viol de « câlin de lutte » et a déclaré : « Ce n’est pas un bon viol à moins que vous n’obteniez [an erection] en le lisant ».

Aux côtés de l’officiel enquête, plusieurs dénonciateurs à condition que le Gardien avec des exemples d’attitudes racistes et anti-manifestations, y compris l’utilisation d’insultes raciales, le désir de blesser des manifestants de la rébellion Extinction en 2019 et des insultes contre le conseiller local des Verts, Jonathan Sriranganathan.

L’enquête a recommandé l’introduction de protocoles de formation spéciaux, de mécanismes de signalement et de diverses pratiques d’embauche pour lutter contre le sectarisme au sein des services de police. Mais ces révélations ne sont pas simplement le produit de mauvaises méthodes RH ; elles découlent directement de la fonction essentielle de la police en tant qu’exécuteurs violents d’un statu quo inégal. Pour maintenir la loi et l’ordre du capitalisme – un système basé sur l’inégalité et l’oppression – la police doit accepter les valeurs de la société qu’elle est chargée de défendre.

La police opère en toute impunité, convaincue que peu importe le nombre d’allégations de comportement obscène révélées, elle peut être assurée d’une augmentation du financement et d’un coup de pouce de la part de quiconque est au gouvernement. Si la police sait qu’elle peut tuer et s’en tirer (aucun policier n’a jamais été reconnu coupable du meurtre d’un autochtone en Australie), qu’est-ce qui l’empêchera d’exprimer ses préjugés ?

Les Police du Queensland Service et la première ministre du Queensland, Anastasia Palaszczuk, ont refusé même les aveux symboliques d’actes répréhensibles en réponse à la Appel pour changer enquête. Palaszczuk a rejeté les appels à la démission de la commissaire de police du Queensland, Katarina Carroll, qui a vigoureusement nié l’existence d’une misogynie généralisée au sein de ses forces.

Certains ont fait valoir que Carroll ne devrait pas perdre son poste de première femme commissaire de police du Queensland, car elle ne peut être tenue responsable de la misogynie «héritée». Mais une ancienne policière a déclaré à l’enquête : « Nous espérions tous qu’une femme commissaire aurait changé la culture, malheureusement cela ne s’est pas produit ».

Au lieu de cela, Palaszczuk a affirmé que le gouvernement du Queensland est heureux que la police continue dans cette voie et lui a en effet donné une plus grande capacité à le faire.

Source: https://redflag.org.au/article/queensland-labor-rewards-misogynist-cops

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire