Quel avenir pour la Birmanie ? Perspectives de gauche

0
176

Deux ans après avoir pris le pouvoir lors d’un coup d’État, la junte de Min Aung Hlaing au Myanmar continue d’être prise au piège d’une guerre civile qui ne montre aucun signe d’apaisement.

Depuis que l’armée a écrasé les grèves de masse qui ont émergé en opposition au coup d’État, des dizaines de milliers de jeunes armés, de petits agriculteurs et de travailleurs (forces de défense du peuple, ou PDF), aux côtés d’organisations ethniques armées (EAO) se sont affrontés avec les Tatmadaw, l’armée du Myanmar. , dans certaines parties des États Chin, Shan, Karen et Kachin, dans la région de Sagaing et dans tout le delta de l’Irrawaddy.

Le Tatmadaw souffrirait d’un manque de ressources et de problèmes de moral qui minent sa capacité à se battre. On pense que pas moins de 8 000 soldats et policiers ont été tués par des groupes d’opposition, tandis qu’environ 10 000 ont fait défection vers l’opposition. En revanche, les forces de l’EAO et du PDF dans les États Chin, Karen et Kachin avancent maintenant dans un territoire précédemment contrôlé par la junte et mettent en place des gouvernements locaux intérimaires alors qu’ils assurent le contrôle des territoires nouvellement conquis.

La junte a mené une campagne de terreur permanente contre ses opposants. Plus de 16 500 personnes ont été arrêtées depuis le coup d’État et plus de 13 000 d’entre elles sont toujours en prison, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques. L’AAPP estime que plus de 2 500 personnes ont été tuées depuis que la junte a pris le pouvoir.

Les tribunaux dirigés par la junte ont imposé la peine de mort à 138 personnes, dont 41 par contumace. En juillet, quatre prisonniers politiques accusés d’avoir perpétré des « actes terroristes » contre le gouvernement militaire ont été pendus. Ces exécutions sont les premières à avoir lieu au Myanmar depuis la fin des années 1980. En novembre, sept étudiants de l’Université de Dagon ont été condamnés à mort pour des accusations similaires. On ne sait pas quand les étudiants seront exécutés.

« La junte cible les étudiants et les jeunes parce que nous avons été à l’avant-garde de la résistance au régime », raconte Min*, étudiant militant et membre de l’Union des étudiants de l’Université de Yangon. Drapeau rouge de Birmanie. “Le but des procès et des exécutions est de semer la peur dans le cœur de ceux qui souhaitent résister au régime.”

Mais Min dit que c’est le régime qui vit dans la peur. « La junte est terrifiée à l’idée que des jeunes mènent une révolution contre le régime. La junte est méprisée et détestée par la majorité des habitants du Myanmar. La junte est peut-être au pouvoir, mais elle ne contrôle pas.

Min est en fuite du Tatmadaw depuis début avril 2021, après que des mandats d’arrêt ont été émis contre lui et d’autres militants étudiants pour incitation à la mutinerie dans les forces armées. Depuis lors, Min est basé dans les « zones libérées », un territoire frontalier contrôlé par les EAO et qui n’est plus sous le contrôle de la Tatmadaw. Il est récemment retourné dans les basses terres centrales mais reste caché.

« À cause de la terreur, les réseaux militants étudiants sont dispersés et isolés dans toute la campagne », dit Min. “Et la situation dans les grandes villes rend impossible l’organisation de manifestations qui ne seront pas violemment réprimées par les forces de sécurité.”

C’est une histoire similaire dans les zones industrielles de Yangon. “Les directeurs d’usine tentent de régner par la peur et la terreur”, raconte Ko Maung*, chercheur indépendant et militant syndical. Drapeau rouge. « Si les travailleurs ont des griefs, il y a la menace que s’ils protestent, les patrons appellent l’armée. La peur a un impact énorme sur la confiance des travailleurs à s’organiser et à résister.

Ko Maung et de nombreux militants syndicaux ont été contraints de fuir vers la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar après que la junte a interdit un certain nombre de syndicats et émis des mandats d’arrêt contre des dirigeants syndicaux associés aux syndicats illégaux. Mais dans une tentative de légitimer l’arrangement post-coup d’État, la junte soutient que les syndicats, la syndicalisation et la négociation collective restent légaux, ce qui signifie qu’un certain nombre de syndicats restent légaux. Il a fourni un espace limité à travers lequel les travailleurs ont continué à s’organiser collectivement pour améliorer les salaires et les conditions.

Dans les usines de confection des zones industrielles de Yangon, où les syndicats au niveau des usines maintiennent leur force et leur cohésion, Ko Maung affirme que la menace d’une grève est suffisante pour parer aux attaques des directeurs d’usine et forcer des concessions. « Les patrons n’osent pas forcer ces travailleurs à faire des heures supplémentaires », dit-il. “Parce que les travailleurs répondent en disant : ‘Si vous demandez des heures supplémentaires, nous ferons grève !'”

La confiance de classe résiduelle que Ko Maung souligne est l’héritage de plus d’une décennie d’organisation syndicale qui s’est déroulée sous le régime civilo-militaire. L’expansion des droits de grève et de formation d’un syndicat a créé un espace permettant aux militants de créer des centaines de nouveaux syndicats au cours de cette période. Et contrairement aux pays dans lesquels les syndicats sont bien établis, avec des bureaucraties enracinées et des dirigeants passifs, nombre de ces syndicats ont été créés par des grèves sauvages et des émeutes.

La période de régime civilo-militaire a également créé un environnement combatif parmi les étudiants, qui se sont battus pour rétablir les syndicats étudiants, qui avaient été interdits sous la junte précédente. Cet activisme a conduit à la création d’associations politiques dans lesquelles les étudiants pouvaient discuter et débattre ouvertement de sujets politiques pour la première fois depuis plus de cinq décennies.

Un certain nombre de forums plus explicitement radicaux ont également fleuri, y compris des cercles de discussion marxistes. Ces groupes sont devenus aujourd’hui les principales organisations d’extrême gauche au Myanmar : l’Organisation de la jeunesse gauchiste stalinienne-maoïste, le groupe trotskyste Marxisme révolutionnaire et le Social Democratic United Front (SDUF). Aux côtés des sections militantes des syndicats étudiants et syndicaux, ces groupes ont été cruciaux pour appeler les premières manifestations d’opposition au coup d’État, qui ont à leur tour servi de détonateur social pour les grèves de masse qui ont suivi.

Aung Maung*, membre du SDUF, affirme que l’expérience politique a permis à la gauche radicale de saisir les possibilités ouvertes par le coup d’État. “Nous savions que si nous donnions une avance, la résistance de masse suivrait”, explique-t-il. “Et s’il y avait une résistance de masse, nous savions qu’il y aurait une révolution pour arrêter le coup d’État, une révolution pour abolir complètement la junte, la clique militaire et le capitalisme militaro-bureaucratique.”

La junte de Min Aung Hlaing représente une aile de la classe dirigeante birmane : le personnel dirigeant de la Tatmadaw, les conglomérats contrôlés par l’armée, les capitalistes d’État birmans, les copains inféodés aux réseaux de clientélisme de l’État et les sections les plus réactionnaires du clergé bouddhiste et de l’extrême droite.

La perspective dominante de la gauche au Myanmar est que la lutte armée peut se substituer au pouvoir social de la classe ouvrière pour renverser la junte. Elle est en partie éclairée par la conclusion tirée par beaucoup après l’effondrement de la vague de grèves de février et mars : la classe ouvrière n’a pas le pouvoir de vaincre le régime de Min Aung Hlaing ; seule la lutte armée peut gagner.

L’exception importante est le groupe trotskyste marxisme révolutionnaire. Ils soutiennent que l’incapacité de la vague de grèves de février et mars à renverser la junte était due à l’absence d’une direction politique capable d’étendre le mouvement de grève à des sections plus larges de la classe ouvrière, de transformer le mouvement en une lutte pour le contrôle de la production et promouvoir des mutineries généralisées au sein des forces armées.

La tâche clé des révolutionnaires au Myanmar, selon eux, doit être de construire un parti marxiste révolutionnaire capable d’organiser les travailleurs les plus avancés pour diriger la masse des travailleurs et entraîner derrière eux les masses plus larges (petits agriculteurs et minorités ethniques) dans une révolution qui non seulement renverse le régime militaire, mais écrase toute la classe dirigeante birmane.

Dans une polémique avec les trotskystes écrite pour la publication du SDUF social-démocrateLin Htal Aung* soutient que, pour réussir, la lutte contre la junte a besoin d’une alliance interclasse :

« Le mouvement est une lutte de libération nationale dans laquelle la bourgeoisie émergente et une partie de la bourgeoisie nationale révolutionnaire ont uni leurs forces [with the working class and small farmers] … Il est vrai que la révolution doit construire un leadership ouvrier. Mais en même temps, les conditions pratiques exigent que nous luttions pour une forme de démocratie inférieure à la démocratie ouvrière. Par conséquent, nous essayons de construire un front révolutionnaire qui inclut toutes les classes.

Les marxistes soutiennent que les divisions de classe sociale sont inconciliables et que les programmes politiques qui expriment un désir d’unité entre les travailleurs et les capitalistes ne peuvent que renforcer la main de la classe dirigeante tout en paralysant le mouvement ouvrier. Mais Lin Htal Aung soutient que le mouvement contre la junte « ne peut pas avoir une vision politique qui ne représente qu’une seule classe ». C’est précisément ce qu’il propose lorsqu’il dit que des éléments de la « bourgeoisie révolutionnaire » (le personnel dirigeant des EAO et des partis associés) ont les mêmes intérêts que les classes qu’ils oppriment et exploitent.

Une seule classe peut devenir dominante dans un tel mouvement : soit les capitalistes, qui veulent une forme de démocratie dans laquelle ils peuvent exploiter et opprimer les autres classes, soit la classe ouvrière – à la tête d’autres groupes opprimés – qui vise non seulement à instaurer la démocratie, mais renverser toute la classe dirigeante.

Dans un article pour la publication La lutte, Jack*, membre du marxisme révolutionnaire, soutient qu’en pratique cette perspective signifie l’abandon de l’indépendance politique de la classe ouvrière : « Présenter les éléments réactionnaires au public comme la classe révolutionnaire est une trahison de la révolution. En d’autres termes, les intérêts de la classe ouvrière sont subsumés sous les intérêts d’une partie de la bourgeoisie ».

Lutter pour une perspective qui maintient l’indépendance politique de la classe ouvrière ne signifie pas qu’une organisation pourra gagner une audience de masse. En effet, la terreur du gouvernement rend l’opposition dans les centres urbains de plus en plus difficile et dangereuse. Mais la résistance continue des travailleurs – combinée aux manifestations flash mob en cours organisées par les jeunes – montre qu’il y a encore de la place pour l’organisation clandestine dans les villes.

En effet, la brutalité qui caractérise la junte de Min Aung Hlaing ne produit pas seulement la misère, elle produit également une colère généralisée et un désir d’alternative. Si la situation évolue, un nouveau mouvement de masse dans les centres urbains pourrait se développer.

Rahul Kyaw Ko Ko a contribué à cet article.

* Les noms ont changé.

Source: https://redflag.org.au/article/what-future-myanmar-perspectives-left

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire