Quelle est l’importance du projet du gouvernement victorien de relancer la State Electricity Commission ?

0
46

Quelle est l’importance du projet du gouvernement victorien de relancer la State Electricity Commission ?

Le premier ministre de Victoria, Daniel Andrews, a annoncé un plan pour relancer la State Electricity Commission, qui, si le parti travailliste est réélu, prendra une participation majoritaire dans des projets de production d’énergie renouvelable et deviendra potentiellement également un détaillant.

Le lendemain du jour où le gouvernement a publié une série de communiqués de presse au sujet de la proposition, la première page du Revue financière australienne a déclaré : « Andrews nationalise l’électricité ». L’ancien premier ministre libéral Jeff Kennett, qui a supervisé la privatisation de l’approvisionnement en électricité de Victoria dans les années 1990, a qualifié le plan de “choquant” et de “déchirant”, tandis que Dylan McConnell, du Climate & Energy College de l’Université de Melbourne, l’a qualifié de “jeu”. changeur » et « un véritable changement de paradigme ».

La proposition a une signification politique évidente. Victoria a été le premier État du pays à privatiser son réseau électrique. Et les personnes et les institutions qui supervisent le capitalisme australien depuis plusieurs décennies ont poussé de plus en plus les capitaux privés et les marchés privés dans des domaines auparavant détenus par l’État et gérés dans l’intérêt public.

Il est donc contraire à l’histoire récente et au consensus idéologique associé sur l’efficacité du marché qu’un gouvernement s’annonce comme un acteur dans un domaine créé uniquement pour les entreprises privées à but lucratif. Cela coupe encore plus lorsque le gouvernement ALP en question est l’un des plus favorables aux entreprises de l’histoire du parti travailliste victorien et a agrémenté l’annonce d’un niveau de rhétorique anti-profiteur que vous entendez rarement dans la politique officielle.

À quel point cette proposition est-elle radicale ?

La première chose à noter est que ce n’est pas du tout la « nationalisation » que Analyse financier déclaré. Le plan du parti travailliste est de créer une entité gouvernementale qui sera en concurrence sur le marché de la production d’électricité en partenariat avec des capitaux privés et, très probablement, selon le premier ministre, avec des caisses de retraite (dont certaines ont déjà d’importants investissements dans le secteur de l’électricité de Victoria).

Selon la proposition, le gouvernement conservera une participation majoritaire dans les nouvelles centrales électriques qu’il construit, qui produiront toutes de l’électricité à partir de sources renouvelables. Il y aura un investissement initial de 1 milliard de dollars pour générer 4,5 gigawatts d’électricité. Au-delà de cela, la Commission nationale de l’électricité relancée envisagera de devenir “un détaillant géré par l’État, de s’associer à un détaillant éthique ou de rester uniquement sur le marché de gros”.

Bien que l’annonce ait ébouriffé les plumes, elle doit être relativisée. Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre l’architecture et l’économie du système électrique victorien, et comment il se compare à d’autres États.

La State Electricity Commission d’origine a été créée en 1921. Pendant de nombreuses années, d’autres sociétés et entités ont également exploité des centrales électriques dans l’État, mais la SEC dans les années 1970 a fourni de l’électricité à presque tout le Victoria. Puis, en 1993, le gouvernement libéral de Kennett a scindé les opérations de la Commission et, entre 1995 et 1997, les a vendues à des entreprises privées.

D’un seul fournisseur intégré, le système comporte désormais quatre parties distinctes. Premièrement, la production d’électricité. Deuxièmement, la transmission, qui est le mouvement de l’énergie d’une centrale électrique ou d’un autre générateur vers une sous-station, généralement via des lignes électriques à haute tension maintenues en l’air par de grandes tours en acier. Troisièmement, la distribution, qui achemine l’énergie des sous-stations vers les habitations et les locaux à l’aide de lignes à moyenne et basse tension. La distribution est en fait la dernière étape de la fourniture d’énergie. Mais nous avons aussi une quatrième couche : la vente au détail.

Chacun de ces niveaux désagrégés est détenu et contrôlé par une société privée ou un ensemble de sociétés privées concurrentes.

En termes de production d’électricité, l’ancienne SEC produisait plus de 90 % de l’électricité de Victoria à partir des centrales au charbon de la vallée de Latrobe. Ces centrales privatisées fournissent toujours environ les deux tiers de l’énergie totale, mais un patchwork plus décentralisé de production d’énergie renouvelable, avec un patchwork associé de propriétaires, émerge dans six zones de l’État.

En termes de transmission, le système à haute tension de 6 000 kilomètres est détenu et entretenu par un monopole privé réglementé, AusNet Services. Une fois que l’électricité arrive à l’étape de la distribution, il y a cinq autres entreprises qui subissent une réduction. Ils sont propriétaires des poteaux électriques locaux, des fils et des compteurs et sont responsables du raccordement des locaux au réseau. Chacun des cinq – Powercor, United Energy, Citipower, Jemena et (encore) Ausnet Services – détient un monopole réglementé dans une partie différente de l’État.

L’Institute for Energy Economics and Financial Analysis a récemment découvert que les entreprises de transport et de distribution de la côte est de l’Australie recevaient des super-profits supérieurs de 67 % au « niveau normal de profit », soit 10 milliards de dollars supplémentaires au cours des huit dernières années seulement. Ils y sont parvenus en surestimant les coûts de construction, d’exploitation et d’entretien du réseau, puis en facturant ces coûts surestimés. Les grands gagnants ont été les actionnaires des entreprises, qui « ont conservé les différences entre les revenus et les coûts ».

Derniers sont les détaillants. Il y en a au moins 34, dont certaines ont également des participations dans l’industrie de la production d’électricité. Selon la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, environ 13 % de la facture d’électricité d’un ménage sont absorbés par les coûts et les bénéfices du détaillant. Le hic, c’est que les détaillants ne livrent pas du tout d’électricité. Ils l’achètent en gros et se disputent ensuite le droit de nous fournir un contrat de vente au détail et de nous envoyer la facture — majoration comprise, bien sûr.

Ainsi, à chaque étape – production, transmission, distribution et vente au détail – une entreprise privée réalise un bénéfice qui s’ajoute au prix final payé pour l’électricité, qui est bien supérieur au coût réel de la simple fourniture de l’électricité et de l’entretien du réseau.

Avec cette architecture de système et son économie associée en vue, il devient rapidement évident à quel point la proposition du gouvernement travailliste est vraiment limitée. Il ne remet aucune infrastructure dans les mains du public. L’arène de la vente au détail restera à but lucratif et privée. Les systèmes de transport et de distribution resteront à but lucratif et privés. L’infrastructure de production d’électricité existante et les projets déjà prévus resteront à but lucratif et privés.

Ce que nous avons, c’est une proposition pour une entité gouvernementale, la SEC relancée, de rivaliser sur le marché de la production d’électricité tout en s’associant à des capitaux privés ou institutionnels, qui recevront également un profit (vraisemblablement proportionnel à la participation d’investissement).

Qu’en est-il de l’ampleur de l’investissement proposé ? Ce n’est pas énorme dans l’ordre des choses. “On estime que 20 gigawatts de production d’énergies renouvelables sont nécessaires d’ici 2035 [to meet the government’s renewable energy targets]soit environ 4,4 fois plus que les 4,5 GW que la SEC développerait », notent Patrick Durkin et Angela Macdonald-Smith dans le Analyse financier. Ainsi, les investissements dans la production d’électricité devraient encore, à ce stade, provenir en très grande majorité des entreprises privées à but lucratif.

Comment cela se compare-t-il à la situation dans d’autres États?

Les réseaux électriques de Tasmanie, d’Australie-Occidentale, du Territoire du Nord et du Queensland appartiennent à 100 % au gouvernement. En Nouvelle-Galles du Sud, un réseau électrique est privé, deux sont majoritairement privés et un appartient au gouvernement. Le réseau du Territoire de la capitale australienne est un partenariat public-privé.

Ce n’est qu’à Victoria et en Australie-Méridionale que les réseaux sont à 100% privés. À première vue, la proposition de Daniel Andrews transformera le réseau électrique victorien du plus privatisé d’Australie en… le deuxième plus privatisé d’Australie.

Il n’est donc pas étonnant que malgré tout le bruit et la fureur de Jeff Kennett et de certains des dirigeants de sociétés de production d’électricité existantes, un éventail d’investisseurs institutionnels et privés potentiels aient été positifs quant au potentiel de gagner de l’argent en s’associant avec le gouvernement. — qui garantira probablement un taux de rendement fixe pour ses co-investisseurs.

“Nous devons obtenir des capitaux d’investissement à plus long terme dans nos projets”, a déclaré Nick Sankey, directeur national de BlueFloat Energy, à la presse financière cette semaine. “En tant que développeur éolien offshore de premier plan, nous pouvons être un facilitateur dans ces projets dans lesquels le gouvernement aimerait investir.”

“Nous sommes toujours intéressés à nous associer aux gouvernements sur des projets qui peuvent aider à maximiser les rendements à long terme”, a déclaré David Whiteley, directeur général d’IFM Investors.

“Nous voyons une possibilité importante pour d’autres investisseurs privés de participer”, a déclaré un porte-parole du Clean Energy Investor Group.

Ainsi, alors que la relance prévue par le gouvernement de la State Electricity Commission est une classe de maître sur la façon de créer un récit politique, sa proposition, dans son état actuel, contient très peu de choses qui remettraient fondamentalement en question les profits massifs sur le marché de l’énergie privatisé de Victoria.

Source: https://redflag.org.au/article/how-significant-victorian-governments-plan-revive-state-electricity-commission

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire