Qu’est-ce que la classe sociale ? | Drapeau rouge

0
229

Une récente Sondage essentiel ont constaté que 79% des Australiens pensent que les classes sociales existent toujours en Australie. Ce n’est pas surprenant, compte tenu de la répartition des richesses. Par exemple, l’Australia Institute Inégalité sur les stéroïdes rapport estime que les 10 % des salariés australiens les mieux rémunérés ont reçu 93 % des bénéfices de toute la croissance économique au cours de la décennie 2009-2019.

Parmi les répondants au sondage Essential, 49% se considèrent comme faisant partie de la classe moyenne, 30% s’identifient comme appartenant à la classe ouvrière et 4% comme faisant partie de la classe supérieure. Cela pose une question : qu’est-ce est une classe sociale ?

Les définitions tournent généralement autour du revenu. « Classe moyenne », nous dit-on souvent, signifie gagner quelque chose comme le revenu médian, soit environ 65 000 $ par an. selon le Bureau australien des statistiques. Il n’y a pas de consensus sur le montant en dessous ou au-dessus de ce chiffre qu’une personne peut gagner tout en étant au milieu.

Il s’agit d’une façon vague de définir la classe et est propice aux interprétations erronées et aux distorsions. Un article publié dans le australien L’année dernière, les revenus annuels compris entre 120 000 et 160 000 dollars étaient qualifiés de “revenus moyens” dans le but de défendre les réductions d’impôts haut de gamme qui devaient être mises en œuvre par le gouvernement fédéral travailliste l’année prochaine.

En réalité, selon les dernières informations disponibles statistiques d’après l’Australian Taxation Office, les personnes qui gagnent autant d’argent font confortablement partie des 15 % des revenus les plus élevés en Australie.

Des classifications plus sophistiquées font référence aux niveaux d’éducation, aux intérêts culturels et aux occupations familiales ainsi qu’au revenu. Mais encore une fois, le résultat est imprécis. Toute personne titulaire d’un diplôme universitaire devient de la classe moyenne, et «classe ouvrière» devient souvent synonyme de «classe inférieure», c’est-à-dire toute personne économiquement moins bien lotie ou ayant un niveau d’éducation formelle inférieur à celui de la «classe moyenne».

Les socialistes sont plus précis. Alors que le revenu peut souvent être un indicateur de classe sociale, nous définissons cette dernière en termes de relation des personnes à l’infrastructure économique de la société. Cela nous donne trois catégories : la classe capitaliste, la classe ouvrière et les classes moyennes.

Les capitalistes sont les parasites au sommet. Ce sont les dirigeants, les PDG et les membres du conseil d’administration qui possèdent et/ou contrôlent les grandes entreprises, et avec eux les machines, les terres agricoles, les immeubles de bureaux, les médias, les réseaux électriques, les infrastructures de télécommunications, les ports, etc. Ils possèdent les « moyens de production », qu’ils utilisent dans le seul but de générer du profit.

Les travailleurs, en revanche, ne possèdent aucun moyen de production. Ils peuvent posséder des biens personnels comme une voiture, un téléphone, peut-être une maison. Mais tandis que les travailleurs utilisent leur propriété personnelle pour subvenir à leurs besoins quotidiens, les capitalistes utilisent leur propriété privée comme capital— un moyen de générer de la richesse en exploitant les travailleurs.

Un travailleur peut cultiver des légumes dans son jardin pour réduire les frais d’épicerie ; un capitaliste agricole utilise des milliers d’acres de terres agricoles pour réaliser un profit. Une maison détenue par un travailleur n’est qu’une maison, mais elle devient un capital lorsqu’elle appartient à un investisseur immobilier, utilisé pour générer de la richesse sur le marché.

La menace de la pauvreté, de l’itinérance et de la famine ne donne aux travailleurs d’autre choix que de vendre la seule chose qu’ils peuvent : leur capacité de travail. Ils sont privés de contrôle sur une grande partie de leur vie quotidienne, n’ayant que peu d’influence sur le travail qu’ils font ou sur les lieux de travail dans lesquels ils sont employés. Même les dignités simples comme les repas et les pauses toilettes dans de nombreux endroits ne peuvent être prises que si elles sont autorisées par le patron.

Le nombre de personnes correspondant à cette définition de la « classe ouvrière » est difficile à quantifier. Diane Fieldes, écrivant dans l’anthologie 2005 Classe et lutte en Australie, estimé que la classe ouvrière constitue une majorité substantielle de la population – plus du double du chiffre de 30% du sondage Essential.

« Classe moyenne » prend également un sens différent dans ce cadre. Il décrit ceux qui se situent entre la classe ouvrière et la classe des grands capitalistes. Il existe de nombreuses catégories différentes qui s’inscrivent ici : les propriétaires de petites entreprises, les cadres intermédiaires, les responsables syndicaux, les universitaires et les bureaucrates de l’État, pour n’en nommer que quelques-uns. Ils peuvent avoir des relations différentes et contradictoires avec les moyens de production – certains sont de petits capitalistes, d’autres de simples bureaucrates. Ce qu’ils ont généralement en commun, c’est qu’ils contrôlent leur propre travail ou celui des autres. Ils représentent certainement beaucoup moins de 49 % de la population.

La définition marxiste de la classe est beaucoup plus utile que les définitions vagues basées sur le revenu ou l’éducation.

Premièrement, cela nous donne une compréhension du fonctionnement du capitalisme. Les travailleurs et les patrons n’existent pas isolément ; ils sont intimement liés par l’exploitation. Les capitalistes possèdent les moyens de production, mais ont besoin de travailleurs pour faire fonctionner les machines, entretenir les infrastructures, récolter les récoltes, servir les clients, etc. Les travailleurs sont ceux qui produisent les biens ou les services que leurs patrons vendent dans un but lucratif.

Mais il y a le hic. Pour que le patron réalise un profit, il doit vendre les produits à un prix supérieur aux coûts de production, ce qui inclut essentiellement ce qu’il paie à ses travailleurs. Ainsi, les travailleurs ont créé de la valeur, mais cette valeur leur a été confisquée par le capitaliste, et seule une fraction en est revenue sous forme de salaire. Ce n’est pas seulement le cas des cols bleus, mais également des travailleurs du commerce de détail, de l’hôtellerie, de la santé, de l’informatique, de l’administration et d’ailleurs.

Le succès d’une entreprise dépend des bénéfices qu’elle peut réaliser, et donc du degré d’exploitation de ses travailleurs. Les profits sont la pierre angulaire du capitalisme – et chaque centime d’entre eux provient du travail exploité. En comprenant l’exploitation, nous pouvons comprendre comment 93 % de la richesse est allée aux 10 % les plus riches au cours de la dernière décennie.

Deuxièmement, la définition marxiste montre que les classes ont des intérêts opposés. Ce qui est bon pour les capitalistes, c’est ce qui fait augmenter leurs profits. Cela signifie souvent, par exemple, payer moins les travailleurs, réduire les coûts dans la mesure du possible et abaisser les normes de sécurité au travail. Ce qui est bon pour les travailleurs, c’est le contraire : être mieux payé et avoir plus de droits au travail. Penser à la classe simplement comme à une personne qui se situe sur le spectre allant du « faible revenu » au « revenu élevé » obscurcit cette tension.

Troisièmement, définir les classes par leur relation aux moyens de production nous dit qui a le pouvoir dans la société. Les capitalistes possèdent la partie la plus importante de l’économie, ils prennent donc toutes les décisions importantes sur ce que la société produit et comment cela sera produit. Et à cause de ce contrôle, les gouvernements doivent les rallier. Sinon, ils pourraient déplacer leurs investissements à l’étranger, menacer l’économie ou même carrément renverser les gouvernements.

Mais les profits sont générés par les travailleurs, ce qui leur donne un autre type de pouvoir. Lorsqu’un lieu de travail se met en grève, sa production s’arrête et, par conséquent, aucun profit ne peut être réalisé. Les patrons se donnent beaucoup de mal pour éviter que cela ne se produise. Ils monteront les travailleurs les uns contre les autres et répandront des mensonges sur les syndicats pour empêcher les travailleurs de s’organiser.

Enfin, nous pouvons voir qui est nécessaire pour diriger la société et qui la dirige au jour le jour. Les capitalistes se présentent comme les quelques méritants qui sont indispensables. Mais leurs profits et leurs richesses sont les fruits du travail des travailleurs. Les travailleurs, et non les patrons, construisent des bâtiments, gèrent des hôpitaux et stockent des étagères. Les travailleurs dirigent le monde, mais sous le capitalisme, ils sont obligés de le diriger pour la classe capitaliste.

Un autre monde est possible, où les travailleurs dirigent le monde pour eux-mêmes, du simple fait que les patrons ont besoin de nous, mais nous n’avons pas besoin d’eux.

Source: https://redflag.org.au/article/what-social-class

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire