Questions et réponses : Un an après Kamloops, la recherche de réponses continue | Nouvelles sur les droits des Autochtones

0
53

Avertissement : L’histoire ci-dessous contient des détails sur les pensionnats qui peuvent être bouleversants. La ligne d’écoute téléphonique pour les survivants des pensionnats indiens et les familles du Canada est disponible 24 heures sur 24 au 1-866-925-4419.

Canada – Il y a un an cette semaine, la Première Nation Tk’emlups te Secwepemc a annoncé qu’« une perte impensable dont on parlait mais qui n’était jamais documentée » avait été confirmée.

La communauté de la côte ouest du Canada a déclaré avoir découvert les restes de 215 enfants autochtones sur le terrain du pensionnat indien de Kamloops. “Certains n’avaient que trois ans”, a déclaré Kukpi7/Chief Rosanne Casimir.

Pendant des décennies, les communautés autochtones étaient au courant des décès dans les pensionnats, les établissements d’assimilation forcée que plus de 150 000 enfants des Premières Nations, inuits et métis au Canada ont été forcés de fréquenter entre la fin des années 1800 et les années 1990.

Mais les découvertes à Kamloops ont envoyé des ondes de choc à travers le pays, suscitant de nombreux appels à la justice et à la responsabilité pour les nombreux abus qui ont eu lieu dans les institutions soutenues par l’État et dirigées par l’église.

Dans les semaines et les mois qui ont suivi Kamloops, de nombreux autres lieux de sépulture non marqués ont été découverts dans les provinces de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan et de l’Alberta, et les communautés autochtones ont lancé de nouvelles recherches ailleurs au pays.

Pendant ce temps, les églises qui dirigeaient les institutions – notamment l’Église catholique romaine – ont fait face à une pression publique croissante pour publier des documents liés aux pensionnats et rendre compte de leur rôle dans les torts qui ont été commis.

Ici, Al Jazeera parle à Stephanie Scott, directrice exécutive du Centre national pour la vérité et la réconciliation (NCTR) de l’Université du Manitoba, de ce qui s’est passé au cours de l’année depuis la découverte des tombes anonymes à Kamloops, du soutien dont les survivants des pensionnats ont besoin , et que faut-il faire de plus pour découvrir toute la vérité sur ce qui s’est passé.

Al Jazeera : Les survivants des pensionnats parlaient de décès dans les établissements depuis des décennies. Mais quel impact la découverte de Kamloops l’an dernier – et les découvertes subséquentes sur d’autres anciens sites – a-t-elle eu sur eux et sur le Canada en général?

Stéphanie Scott : J’ai travaillé à la Commission de vérité et réconciliation (CVR) et j’étais responsable de la collecte des déclarations (PDF). Donc, j’avais parcouru tout le pays, d’un océan à l’autre, et j’avais rencontré des survivants, des aînés et des gardiens du savoir.

Et peu importe où j’étais dans le pays, nous avons toujours entendu des récits oraux de survivants qui mentionnaient la mort de leurs pairs et d’enfants qui avaient disparu ou qui n’étaient pas revenus du pensionnat, ou qui étaient tombés malades et avaient été emmenés, pour ne jamais être vus encore.

Nous étions passés par la Commission, il y avait un rapport complet sur les enfants disparus et les enterrements anonymes (PDF) – et même [with that], cela n’a toujours pas atténué l’impact émotionnel de ce qui est arrivé à ces petits. Tout d’un coup… cela a simplement établi cette connexion avec le cœur, et les gens – autochtones et non – ont vraiment voulu comprendre ce qui s’était passé.

Al Jazeera : Alors, à quoi a ressemblé l’année écoulée, avec de plus en plus de tombes anonymes découvertes à travers le pays ?

Scott : Pour nous au NCTR, le travail a vraiment quadruplé.

Nous avons des survivants qui cherchent leurs dossiers. Ils veulent obtenir de l’information sur leur séjour dans les pensionnats. Cela a laissé un impact émotionnel qui a augmenté les recherches à travers le pays sur d’autres sites d’anciens pensionnats. Nous savons que ce travail va se poursuivre, je prévois, pendant les 10 à 20 prochaines années avant que nous ne comprenions exactement ce qui s’est passé.

Le registre national des étudiants du mémorial compte actuellement plus de 4 000 noms. Nous continuons à faire des recherches. Des noms sont trouvés chaque jour. Le public appuie de plus en plus la recherche dirigée par des Autochtones dans ces enquêtes. Il existe un soutien pour les moyens de guérir à la fois individuellement et collectivement[ly] en tant que peuples autochtones.

Je vois des peuples non autochtones se rassembler et ils écoutent vraiment et apprennent les vérités avec lesquelles les survivants continuent de vivre. En fait, ils écoutent et reconnaissent ce qui s’est passé. Pour moi, cela a été le plus grand changement – ​​que tout d’un coup les Canadiens dans leur ensemble prêtent attention et se lèvent et demandent ce qu’ils peuvent faire.

Al Jazeera : Vous avez mentionné que plus de 4 000 noms sont actuellement inscrits sur le registre. Selon vous, combien de noms figureront finalement sur cette liste ?

Scott : Au cours de la TRC, l’estimation était d’environ 6 000 noms. Je peux vous dire que depuis un an, on continue d’acquérir des records – des records que la TRC ne détenait pas – donc je dirais qu’on va dépasser les 6 000. En regardant juste une école, nous avons ajouté un peu plus de 20 noms supplémentaires.

Ce nombre va certainement augmenter.

Des chaussures trônent sur les marches de l'Assemblée législative provinciale pour symboliser les enfants autochtones décédés dans les pensionnats
Plusieurs communautés autochtones ont découvert des tombes anonymes sur d’anciens sites de pensionnats au cours de la dernière année [File: Shannon VanRaes/Reuters]

Al Jazeera : Lorsqu’un nom est ajouté à cette liste, cela affecte sans aucun doute leurs familles et leurs proches, mais aussi les communautés dans leur ensemble. Quelle est l’ampleur de cet impact et dans quelle mesure est-il important pour les communautés de savoir ce qui est arrivé aux enfants ?

Scott : Des noms continuent d’être ajoutés chaque jour.

Quand on pense qu’on est en 2022, et qu’on ne connaît toujours pas tous les enfants – il y a encore des familles, des mères, des grands-mères, des papys et des tantes qui ne savent pas ce qui est arrivé à leurs enfants qui sont allés dans des pensionnats et qui ne sont jamais revenus à la maison .

J’ai lu des histoires d’enfants qui ingèrent de la pruche pour se suicider, afin qu’ils n’aient pas à vivre dans les écoles. Ou j’ai lu une lettre d’un père, écrivant à l’administration de l’école, qui disait : « Comment as-tu pu enterrer mon enfant sans même me le dire ? Et c’est des semaines plus tard, après leur mort.

Ou des enfants qui étaient morts et qui n’ont pas pu être renvoyés chez eux parce que c’était tout simplement trop cher de mettre leur corps dans le train. Je lis donc ce genre de choses et je pense que les gens ont vraiment besoin de comprendre ce qui s’est passé, quels sont ces impacts et l’héritage qui a été laissé.

Comment pouvez-vous vivre une vie fructueuse en sachant que votre enfant a disparu ? Qu’ils avaient fréquenté une institution qui était censée être un établissement d’enseignement, mais à la fin, ces petits – les petits enfants vulnérables ont été torturés [and faced] d’horribles abus. C’est de longue portée et c’est toujours présent et nous sommes toujours confrontés à ces impacts aujourd’hui.

Al Jazeera : De quel type de soutien les survivants des pensionnats, leurs familles et leurs communautés ont-ils besoin maintenant ?

Scott : Ils ont besoin de bien-être. Ils ont besoin de soutien en santé mentale. Ils ont besoin de cérémonies culturelles, de cérémonies autochtones traditionnelles, pour ceux qui pratiquent la spiritualité. Je pense qu’il est vraiment important que les gens se réunissent et parlent de ce qui s’est passé, de la façon dont cela les a touchés.

Pour certains des survivants avec lesquels nous avons travaillé, et pour les plus forts des plus forts, ils ont été bouleversés émotionnellement et je les ai vus verser des larmes parce que c’étaient leurs amis, c’étaient leurs frères et sœurs qui sont morts dans les pensionnats.

Être constamment conscient que jour après jour, il continue d’y avoir des petits perdus ou retrouvés dans des sépultures anonymes – c’est dévastateur pour une communauté.

Al Jazeera : Nous avons vu des délégués autochtones se rendre à Rome et rencontrer le pape, qui a ensuite présenté des excuses pour le rôle joué par les membres de l’Église catholique dans les abus des pensionnats. Comment les survivants avec lesquels vous avez travaillé ont-ils réagi à cela ?

Scott : Ils disent qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. Nous attendons des excuses plus complètes. Là [are] réparations qui doivent encore avoir lieu. Il doit y avoir; objets à restituer.

[Pope Francis] arrive [to Canada] en juillet, donc je pense que pour beaucoup [survivors], certains conviendront que c’est une bonne chose, c’est merveilleux, je suis content que cela se produise – et d’autres ne veulent absolument rien avoir à faire avec cela parce qu’ils en subissent toujours le préjudice. Ils n’en sont pas au point où ils sont même intéressés à écouter des excuses.

C’est tellement individuel qu’il est difficile de dire comment c’est pour tout le monde en masse.

Mais l’année dernière, nous avons travaillé avec les organisations religieuses et elles nous ont révélé qu’il y avait des boîtes sur des boîtes de dossiers que nous ne détenions pas auparavant. Donc, même cette relation avec le Centre national pour la vérité et la réconciliation pour nous faire savoir qu’il y a des informations que nous ne détenons pas, est un pas dans la bonne direction.

Cela ne veut pas dire qu’il est finalisé parce que je peux vous dire qu’il y a des décennies de travail à faire. Et chaque fois que je parle à une autre organisation, ou à un groupe d’église, ils me disent : « Oh, eh bien, nous avons un référentiel de documents ici. [Or,] “Oh, nous avons trouvé des documents qui n’avaient jamais été numérisés auparavant.”

Nous devons encore faire beaucoup plus de recherches pour découvrir toute la vérité au cours des prochaines années.

Un homme se tient la tête dans la main alors qu'il assiste à une veillée pour les enfants autochtones décédés dans des pensionnats au Canada
Des veillées, des manifestations et d’autres événements ont eu lieu partout au Canada pour se souvenir des enfants autochtones qui sont morts dans les pensionnats et pour demander justice [File: Cole Burston/AFP]

Al Jazeera : Dans l’ensemble, que voudriez-vous que les gens sachent sur la dernière année au Canada ?

Scott : Je pense qu’au cours de la dernière année, j’ai personnellement assisté à une croissance historique considérable de la sensibilisation du public et du soutien aux survivants, à leurs familles et à la recherche de la pleine vérité et comment cela va nous conduire sur la voie de la réconciliation. Nous ne sommes pas encore un pays totalement réconcilié, mais j’ai bon espoir.

Cela me donne de l’espoir parce que lorsque je voyageais pendant la Commission de vérité et réconciliation, les survivants m’ont dit à maintes reprises : « S’il vous plaît, partagez mon histoire, partagez ma vie et mon histoire orale afin que cela ne se reproduise plus.

Plus nous faisons cela, plus les Canadiens s’instruisent, ils doivent travailler – ils doivent défendre les 94 appels à l’action (PDF).

Cette interview a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/31/q-a-searching-for-full-truth-of-canada-residential-schools

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire